10

Critique de Peleliu #11

par Auray le sam. 18 juin 2022 Staff

Rédiger une critique
La fin d'une guerre, le début d'une autre

Peut-être que, comme moi, vous avez profité de l'opération du lancement en grande pompe de la fusion des éditeurs Vega et Dupuis. Effectivement, en cherchant bien, je suis sûr que l'on peut encore trouver un des trois tomes qui étaient proposés à l'époque au doux prix de trois euros. Ce tome onze signe la fin du périple pour nos soldats, et, cela confirme une série relativement courte... mais, totalement puissante !

Car, on a suivi Tamaru avec nos tripes et nos larmes. L'auteur de mon cancer couillon, Kazuyoshi Takeda, a su vulgariser l'Histoire, dans le sens noble du terme, de toute une partie de la Guerre du Pacifique. Celle-ci est encore trop souvent ignorée. On retrouvera toujours dans cette conclusion, les petites fiches inter chapitres qui remettront dans leurs contextes les faits dessinés.

Sinon, notre survivant a bien vieilli aujourd'hui, et, c'est sur la fin de sa vie qu'il racontera la fin de cette guerre où des millions de jeunes soldats japonais ont laissé leur vie pour leur patrie. Vous avez bien lu le chiffre, on reste vraiment épaté de cette injustice, car, comme toujours, cet évènement restera injuste.

D'ailleurs, on n'a pas trouvé tous les ossements des personnes abattues, dont le squelette de Yoshiki. Celui-ci représentera tous les soldats inconnus. Le Japon a depuis mis en place un monument sur l'île pour accueillir les familles, et, permettre par une véritable cérémonie, afin d'avancer un peu. L'occasion dans le passé pour Tamaru de revoir certains personnages. Quelques surprises seront au rendez-vous.

Enfin, après ce genre d'évènements, on parle de la difficulté de se réinsérer dans la société. Il est déjà difficile de se rendre dans les familles des victimes, alors, se familiariser tout de suite avec les nombreux changements de la société japonaise de l'époque... Il faut rajouter à cela les soucis de logement, d'emploi. Il va vraiment falloir rapidement rebondir si on ne veut pas de nouveau être en mauvaise santé. Malheureusement, c'est dès le premier pied posé sur le pays natal que l'on se fera prendre au piège. Et puis, ne parlons même pas de cette scène dans un bar, où l'on mentionne cette guerre de Corée, qui a déjà des conséquences dans la vie de tous les jours situés en 1950.

Pour conclure, la fin de Peleliu, Guernica of paradise, est mémorable. Par le lien des descendants, il permet ici de prendre du recul, et, de mettre en avant que tout ceci a trop marqué l'histoire humaine par une terrible cruauté dont il fait trop souvent preuve. Heureusement, il y a aussi de bons sentiments : l'amitié, la solidarité, le patriotisme, le courage, l'art du dessin, les chansons, la nature sauvage... L'homme est un animal de toutes les complexités, le manga Peleliu a su le retranscrire à chaque page.

En bref

« Papy. Me voici, enfin. Je suis sur l'île de Peleliu... Là où vous étiez, il y a 70 ans. »

10
Positif

Petite série de onze tomes

Le dessin tout en rondeurs est un des points forts, et ceux, jusqu'à la dernière page

Un scénario aux sentiments complexes, très bien retranscrits

Les fiches explicatives indispensables à la qualité souhaitée

Tamaru, vieilli, mais inchangé, dernier observateur de la dévastation de cette île

On n'oublie pas les survivants

Negatif

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (713)
Autres critiques de Peleliu
7
Peleliu T.2

Peleliu T.2 Staff

Lire la critique de Peleliu T.2

7
Peleliu T.1

Peleliu T.1 Staff

Lire la critique de Peleliu T.1

Boutique en ligne
8,00€
Boutique en ligne
8,00€
Boutique en ligne
8,00€
Boutique en ligne
8,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)