8

Critique de BLUE GIANT SUPREME #8

par Tampopo24 le dim. 10 juil. 2022 Staff

Rédiger une critique
Quand la musique nous transperce !

Y a pas à dire Blue Giant Supreme est vraiment une grande série. Elle est l'une de celles sur lesquelles je me jette à peine sortie et qui me fait vibrer à chaque tome. Je suis avec enthousiaste les aventures musicales de nos jeunes héros à travers l'Europe et je suis derrière eux à chacune de leurs réussites ou de leurs déconvenues car leur passion est vraiment communicative.

J'ai d'abord au des réserves avec cette suite se déroulant en Europe car il y avait une telle puissance dans la première partie au Japon que je voyais mal l'auteur l'égaler. D'ailleurs il a commencé assez tranquillement et ce n'est que depuis quelques tomes que je ressens la même force. Mais alors dans ce tome, c'était criant !

Ishizuka Shinichi commence enfin à nous montrer toute la puissance de son groupe. Avec Dai qui a dû partir aider son père malade, le groupe a dû le remplacer. Mais lors de son retour, il doit démontrer qu'il mérite sa place, ce qu'il fait avec brio. Puis nous assistons ensuite au fil des chapitres à une vraie démonstration de style pour affirmer peu à peu le style de chacun et c'est magique !

J'ai une nouvelle fois adoré suivre les duels de nos musiciens sur scène, que ce soit des duels face à des musiciens de même calibre comme pour Dai et Ernest, que ce soit des duels face à d'anciens collègues comme pour Hannah et les Moren 5, ou des duels face à eux-mêmes comme pour Rafa, le batteur. Tous se transfigurent dans ce tome pour donner une vraie richesse et puissance au son de leur groupe qui se retrouve matérialisée dans les quelques images muettes du film de leur manager dans les ultimes pages qui montre les changements qui se sont opérés et leur expression sur le public. Magique !

Il faut dire que le mangaka a toujours cet art de la mise en scène. Il sait comme personne ou presque nous faire ressentir la puissance de la musique et son écho sur les spectateurs ainsi que son impact sur les musiciens. On sent littéralement vibrer les notes à travers les pages, les tempo nous transpercer et les rythmes nous traverser. C'est assez incroyable à vivre et il nous a gâtés dans ce tome avec les nombreux passages de son groupe sur scène. J'ai adoré les voir se trouver de plus en plus en tant qu'individus et en tant que groupe, chacun ayant une révélation.

Mais l'auteur sait également calmer le jeu et nous gratifier de petits moments du quotidien plein d'humour et de charme, comme Dai qui s'interroge sur le fait de draguer Hannah ou Bruno qui continue de provoquer leurs rivaux, ou encore Ernest et Dai qui se chamaillent en mode bagarre de chats des rues. C'est charmant et cela consolide encore les liens entre chacun.

En bref

Avec brio, Shinichi Ishizuka continue donc de mener son histoire vers son apothéose, nous faisant vibrer aux côtés des héros grâce à leur passion pour la musique et le jazz. J'adore découvrir la scène européenne à leur côté et plus particulièrement la scène française dans ce tome. C'est magique d'assister à leur métamorphose et à la création de leur groupe, encore plus aux côtés d'un mangaka qui maîtrise aussi bien l'art de la mise en scène. Chapeau bas, monsieur !

8
Positif

Une mise en scène puissante

Un auteur au sommet de son art

Des personnages qui se métamorphosent sous nos yeux

Un groupe qui s'affirme de plus en plus

Une musique qui transperce les pages

Negatif

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (840)
Autres critiques de BLUE GIANT SUPREME
Boutique en ligne
4,99€
Boutique en ligne
4,99€
Boutique en ligne
4,99€
Boutique en ligne
4,99€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)