7

Critique de Lady Jane

par vedge le mer. 27 juil. 2022 Staff

Rédiger une critique
« children act »

C’est une histoire de filles, de femmes, de mères, de fille-mères. Au centre, la loi « children act » votée en 1989 en Angleterre, dont le but est, à priori, de protéger les enfants. Des enfants que l’on retire à leur mère, si les services sociaux pensent que les parents ne peuvent s’en occuper correctement. Mais, dès son entrée en vigueur, des dérives ont été constatées et des enfants enlevés à leur mère célibataire, mineure ou majeure, ou à des couples, sans enquête préalable. Sur la simple dénonciation de voisins, les parents se sont vu retirer la garde de leurs enfants, en perdant leurs droits, avec une interdiction de les revoir et d’accéder aux informations de leur placement.

C’est dans ce contexte que l’on fait connaissance, dans un petit village des bords de mer, avec deux femmes. Une jeune fille timide, tout d’abord, qui se cherche auprès d’une mère à qui la maladie de Tourette fait dire les pires insultes en public. Une femme plus âgée ensuite, dont on comprend petit à petit qu’on lui a arraché son enfant dans le cadre de la loi ci-dessus, causant une blessure à jamais ouverte et brûlante.

La rencontre de ces deux êtres à vif, au fort caractère, fait des étincelles, dont certaines permettent d’éclairer leur quotidien.

Le dessin de Michel Constant, que l’on connait pour la série Mauro Caldi, garde son style graphique tout en lui donnant la profondeur demandée par cette comédie dramatique.

Une belle rencontre entre deux femmes et une illustration des conséquences d’une loi mal appliquée sur des existences dramatiquement bouleversées.

En bref

Une belle rencontre entre deux femmes et une illustration des conséquences d’une loi mal appliquée sur des existences dramatiquement bouleversées.

7
vedge Suivre vedge Toutes ses critiques (2492)
Boutique en ligne
15,00€
Boutique en ligne
15,00€
Boutique en ligne
15,00€
Boutique en ligne
15,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)