7

Critique de Touhou: Forbidden Scrollery #3

par Auray le lun. 22 août 2022 Staff

Rédiger une critique
Yokai watch

La série Touhou continue à nous faire découvrir son petit monde rempli de sorcelleries. On parle parfois du nôtre, non loin de là. La preuve dans ce volume où l'on croise quand même un téléphone portable obsolète. Ça peut choquer dans les décors d'un japon très ancien de la dessinatrice Moé Harukawa, mais, c'est aussi très amusant de voir ces anachronismes.

Bon, le premier chapitre fut plus obscur encore une fois pour mon petit esprit étriqué peu habitué aux spécificités fantasmagoriques. Prenons cette phrase : « Tout est là ! L'oitekebori, l'okuri hyôshigi... L'okuri chôchin... et les Tanukis aussi ! ». Attention, je ne dis pas que ce n'est pas explicité, mais tout de même, il faudra faire un effort afin de se souvenir de tous les détails vu dans le chapitre précédent. Au final, on passe un peu à côté de cette histoire de lanternes qui effectuent des balades nocturnes.

Heureusement, le reste est pas mal. J'ai apprécié cette histoire d'amour maudite qui suit, par exemple. Effectivement, notre bibliothécaire retrouve des lettres datant de l'ère Édo de deux amants. Ceux-ci, par le décès de l'un des deux, ne se sont jamais retrouvés. De plus, il se peut que de nos jours, l'un fasse exactement l'opposé de ce qu'il était censer faire. Une de nos héroïnes ne va pas sortir de cette histoire indemne.

Puis, la troisième partie reste aussi digne d'intérêt. Un Kitsuné s'est mis en tête d'apprendre à lire auprès de jeunes enfants scolarisés. On se demande du coup si tous les yôkais sont foncièrement mauvais, car, on peut dire que ce dernier a un tout autre objectif. Les écrits laissés sur le papier d'une porte ancienne pourraient par contre faire paniquer les écoliers. Un dilemme que nos filles vont devoir encore une fois résoudre rapidement.

Enfin, la dernière partie parle de rats que l'on doit absolument chasser. C'est un problème d'hygiène qui commence à toucher tout le village. C'est aussi le moment de parler de dessins de chats qui, à l'époque, permettaient suivant les croyances, de faire disparaître les nuisibles. On va le voir, dans les Terres Illusoires, il existe des méthodes bien plus efficaces issues de la lumière lunaire.

Mise à part le premier chapitre, la suite de Touhou fut plus convaincante que précédemment. On continue donc cette petite série avec des chapitres qui se suivent, mais, qui ne se ressemblent pas. Si toute la série avait ce degré de qualité, je la conseillerais les yeux fermés. Après, il faut voir le prochain qui sera révélateur du sentier emprunté. Sinon, le bonus sur la conception d'une figurine pour l'édition spéciale japonaise est agréable à suivre... par contre, c'est carrément frustrant pour les fans de longue date. On ne peut pas toujours tout avoir dans la vie !

En bref

« J'ai commencé à réaliser que tous les yokais ne sont pas forcément mauvais... »

7
Positif

Des histoires plus accessibles et poétiques

Les guests des jeux vidéo sont déplacés en arrière-plan

Toujours de très beaux décors

Un bonus rare avec la rencontre d'un créateur de figurine

Negatif

Un premier chapitre à lire avec l'encyclopédie des yôkais

On lit les secrets de la fabrication de la figurine de Kosuzu en bavant

Encore beaucoup de clins d'oeil qui passeront à la trappe

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (767)
Autres critiques de Touhou: Forbidden Scrollery
Boutique en ligne
6,95€
Boutique en ligne
6,95€
Boutique en ligne
6,95€
Boutique en ligne
6,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)