6

Critique de Wolverine #119

par Le Doc le ven. 18 août 2023 Staff

Rédiger une critique
Chasseur blanc, coeur noir...

Entre la fin du long run de Larry Hama et le bref retour de Chris Claremont, Warren Ellis avait pris les commandes de la série Wolverine pour un unique arc narratif de quatre épisodes (#119 à 122). Cette saga intitulée Not dead yet en V.O. et La Mort aux trousses en V.F. a marqué les débuts marvelliens du dessinateur philippin Leinil Francis Yu qui a ensuite signé une dizaine d'épisodes du titre du mutant griffu à la fin des années 90. S'il est devenu inégal avec les années, j'aime encore beaucoup ses débuts pour lesquels il avait formé un duo efficace avec son compatriote Edgar Tadeo à l'encrage. Je les trouve ici aussi bon dans les scènes statiques (et il y en a pas mal compte tenu de la place prise par les discussions entre Logan et McLeish) que dans l'action très sauvage (Logan et ses adversaires ne retiennent pas vraiment leurs coups).

Le premier chapitre débute à Hong Kong, dix ans auparavant. Logan discute avec un écossais nommé McLeish qui lui raconte à quel point il est le meilleur dans sa partie, à savoir tuer. Le futur Wolverine le laisse pour sortir avec son amie Ai-Cha. De retour chez la jeune femme après une séance ciné, le couple découvre le père de Ai-Cha assassiné. Logan repère McLeish et le file en moto (une poursuite bien énergique) avant de le tuer en l'écrasant avec sa bécane et en faisant exploser son bateau (pourquoi faire les choses à moitié ?). Dix ans plus tard, Logan rentre chez lui pour y trouver un cadavre et un indice qui mène à McLeish. Le chasseur blanc au coeur noir serait-il toujours en vie après tout ce temps ? 

Not Dead Yet est une histoire facile d'accès, qui ne nécessite pas de connaître tout ce qui s'est passé avant ce #119. Warren Ellis examine l'aspect berserker de Wolverine, son côté animal qu'il tente de contrôler, en l'opposant à un tueur impitoyable qui adore tuer comme il le dit lui-même en ouverture de la troisième partie. Les premiers échanges sont intéressants...mais le problème est qu'Ellis se répète un peu trop et cette partie de l'histoire devient vite redondante. Cet arc en 4 parties est donc très décompressé et aurait franchement pu tenir en un seul numéro spécial, comme un annual par exemple.  Mais malgré ces défauts, la lecture reste divertissante, grâce à  la partie graphique, à l'atmosphère qui se dégage de la traque et aux bastons bien teigneuses.

En bref

6
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (1580)
Autres critiques de Wolverine
Boutique en ligne
36,00€
Boutique en ligne
36,00€
Boutique en ligne
36,00€
Boutique en ligne
36,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)