8

Critique de Ragnarök #2

par Ben-Wawe le mar. 28 nov. 2023 Staff

Rédiger une critique
Le lent et cruel retour de l'espoir dans les Contrées du Crépuscule, entre puissance narratrice et références mythologiques fines

L'éditeur Black River poursuit la publication de la série Ragnarök, débutée précédemment par Glénat Comics mais uniquement sur un tome.
Black River a également republié le premier volume (cliquer ici pour la critique), et entame ainsi la sortie des inédits de ce titre étonnant et puissant. Avec des bonus très pertinents, entre préambule explicatif intéressant et des recherches graphiques passionnantes.

Ragnarök est un ensemble de publications de l'éditeur américain IDW Publishing, qui laisse les coudées libres à Walter Simonson pour retourner auprès du personnage de Thor. L'auteur complet, autant scénariste que dessinateur, a réalisé de nombreuses prestations remarquées sur Detective Comics, Manhunter, Orion ou Star Wars, mais son œuvre la plus formidable reste son passage sur le titre Thor de Marvel Comics.
En effet, Walt Simonson, dont l'épouse Louise a énormément marqué l'univers X-Men, a dirigé ce Thor entre 1983 et 1987, tutoyant des sommets rarement égalés, et s'emparant pleinement des mythes nordiques.

Ragnarök est une sorte de continuation de cette œuvre. Le premier tome révélait la victoire des Grands Ennemis d'Asgard lors du Ragnarök, crépuscule des dieux. Des décennies après, la Terre est devenue les Contrées du Crépuscule – sans Soleil, sans Lune (absorbés par des monstres), avec des morts-vivants (draugar, terme adapté) qui hantent ces terres désolées et tourmentent les Humains. Ils sont dirigés par Angantyr, le seigneur des morts, qui envoie Brynja, une assassin Elfe Noire, pour mener une quête terrible : tuer un dieu mort.
Brynja agit ainsi pour préserver a fille, Drifa, d'un destin funeste, lié à ses pouvoirs de précognition, en accord avec son mari, Regn. Brynja dirige des mercenaires, mais... tous périssent au réveil de ce fameux dieu décédé : Thor, mystérieusement absent du Ragnarök, au corps émacié mais à la puissance encore présente !
Thor s'engage auprès de la mourante Brynja pour sauver Drifa, et redécouvre le monde après l'apocalypse. Regn et Drifa poursuivent le dieu, qui a découvert ses proches décédés dans les ruines d'Asgard... ce qui provoque autant sa douleur que sa colère.

Le deuxième tome de Ragnarök débute sur un bûcher funéraire organisé par Thor, hélas interrompu par Drifa et Regn. Surtur, démon absolu du feu, envoie quantité de soldats enflammés, pour embraser définitivement Asgard. Malgré l'aveu de sa responsabilité dans la mort de Brynja, Regn accepte d'aider Thor, dans un combat terrible, où l'Elfe Noir utilise une épée maudite offerte par Angantyr.
Un accord est scellé entre Thor et Regn, afin d'assouvir autant une juste vengeance qu'une quête pour redonner de l'espoir aux Contrées du Crépuscule. Plusieurs rebondissements intenses accompagnent leurs avancées, notamment la lutte contre le destin funeste de Drifa, puis l'organisation d'une attaque contre Angantyr.
Le sort de Ratatosk, l’écureuil divin proche de Thor (qu'il a maintenu en vie depuis Ragnarök), n'est pas définitif, malgré sa mise à mort par Regn dans le premier tome, et l'opposition à Angantyr paraît terrible. Autant Thor que Regn vont devoir accepter des sacrifices personnels et marquants, pour leurs proches, pour le monde... et pour l'honneur.

On le comprend, ce deuxième volume de Ragnarök va plus vite, plus fort et plus intensément que le premier ! Celui-ci était en effet très agréable et sympathique, mais avec un rythme assez lent : chaque épisode avait une fonction, intégrait un rebondissement et organisait l'ambiance.
Une bonne idée, mais malgré tout très académique. Ça change, ici.

Walt Simonson accélère dans cette suite inédite. Plusieurs événements se passent dans les numéros, après un début maîtrisé, pour intégrer pleinement ce contexte et surtout les références mythologiques. L'auteur surfe sur les connaissances des lecteurs et spectateurs sur l'univers de Thor, mais va bien plus loin que les éléments communs de l'Asgard de Marvel Comics.
En effet, Walt Simonson est particulièrement précis et fin dans sa mise en avant des mythes nordiques, notamment des éléments spécifiques comme les draugar, et le monde après Ragnarök. C'est fin, fluide, pertinent et très intéressant.

Surtout, le rythme fonctionne parfaitement. Walt Simonson impose une vraie dynamique, en liant ses personnages : l'alliance entre Regn et Thor est difficile, basée sur un accord d'opposition et une promesse de vengeance, mais... ça fonctionne. Un ressort classique, mais très efficace car bien mené et bien amené. Et ce n'est qu'un exemple parmi toutes les bonnes idées du tome.
Le scénariste gère ainsi très bien ses personnages, avec Thor en héros principal – certes noble, mais avec un penchant pour la violence, bien qu'il se contienne. Il est autant proche qu'éloigné du modèle comics habituel, et de celui des mythes. Il est surtout très bien animé, avec les personnages autour. Regn, Drifa, Ratatosk, le troll et même Angantyr sont bien écrits, et ont des « voix » différentes, qui forment un ensemble très pertinent.

Le récit se révèle ainsi intense, prenant, en véritable ode à la puissance épique de tels mythes. Walt Simonson se rapproche ainsi des fameux poèmes intenses des mythes nordiques, et leur rend très bien hommage tout en... racontant une bonne histoire.
Ragnarök reste ainsi et avant tout une bonne bande-dessinée, avec une maîtrise de ses codes. Fort agréable, et très juste.

Graphiquement, Walt Simonson n'a évidemment plus la beauté et la fluidité dans son trait, comme il a pu l'avoir jadis. Le poids des ans se fait sentir, et ce n'est ni une insulte, ni une injustice de le dire.
Il faut cependant tout de suite contrer cela, en confirmant que le graphisme est réussi. Certes, ce n'est pas « beau » en soi (quoique, qui pourrait dessiner du « beau » sur les Contrées du Crépuscule ? Ce serait hors de propos), mais c'est particulièrement efficace et intense.
Les planches sont bien construites, l'ensemble est fluide, les bagarres sont particulièrement prenantes, et la puissance est totale. C'est épique, et particulièrement détaillé. Un trait très adapté, définitivement.

En bref

La suite inédite de Ragnarök ne déçoit pas. Au contraire, Walt Simonson va plus vite, plus fort et plus intensément, en multipliant les rebondissements après un premier tome pertinent mais académique. Ici, la dynamique est forte, la lecture est prenante, le récit est épique et intense avec un graphisme adapté, avec des références mythologiques fines et des événements déchirants. Vivement la suite, encore !

8
Positif

Un rythme intense pour un récit épique.

Des références mythologiques fines et très bien amenées.

Des personnages très bien écrits et animés.

Negatif

Un graphisme pas « beau », bien qu'adapté.

Un récit classique, malgré son caractère épique.

L'attente pour la suite !

Ben-Wawe Suivre Ben-Wawe Toutes ses critiques (78)
Autres critiques de Ragnarök
Boutique en ligne
18,90€
Boutique en ligne
18,90€
Boutique en ligne
18,90€
Boutique en ligne
18,90€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)