10

Critique de L'Habitant de l'Infini #1

par MassLunar le mer. 6 déc. 2023 Staff

Rédiger une critique
Un manga de sabre immortel

Publié au début des années 90, L'habitant de l'infini est devenu une référence immortelle du manga de sabre, un titre soigné,  transperçé aussi bien par le souffle de la violence que de celui de la poésie, des traits magnifiés par le style à l'Encre de Chine de Hiroaki Samura qui a crée ici son oeuvre majeure .

Une oeuvre majeure que je découvre pour ma part grâce à cette réedition double préparée avec soin par le label Sakka de chez casterman qui ravit aussi bien le regard que le toucher. Lédition de base compte 30 volumes, on peut donc s'attendre à 15 tomes en double. De plus, en même temps que cette réédition, la suite de L'habitant de l'infini, Baumetsu, parait également pour la première fois en France. De quoi prolonger le plaisir pour les fans de la série originale...

Personnellement, c'est avec la timide adaptation du réalisateur Takashi Miike que j'ai découvert L'habitant de l'infini mais le film Blade of the immortal, malgré la réputation du réalisateur, fait pâle figure à côté de l'oeuvre original que nous dévorons de bout en bout dans ce premier tome.

Manji est un samourai errant devenu immortel à cause de mystérieux vers implantés dans son corps par une nonne de 800 ans, Yaobikuni. En quête de rédemption depuis la mort de sa petite soeur, il parcout le Japon de l'ère Edo en quête de milles brigands à abattre. Durant son périple, Rin, une jeune femme en quête de vengeance, vient le voir afin de proposer d'être son garde du corps. Ensemble, ils participeront à des rencontres toujours plus mortels pour l'immortel qui voit en Rin, le visage de sa petite soeur.

Ce premier tome débute en force avec une première confrontation très noire face à un brigand déguisé en prêtre. Pour les amateurs de combat de sabres, L'Habitant de l'infini est une petite pépite avec sa galerie d'adversaires haut en couleurs comme un psychopathe avide de femmes et de poésie ou encore un antagoniste aussi immortel fatigué par sa longue existence. Malgré (ou grâce à ) ses plus de 400 pages, ce premier tome se lit d'une traite avec la narration bien maitrisé de Hiroaki Samura qui captive aussi bien par ses instances de noirceurs que par ses notes de poésie. On s'amusera du langage et du comportement rude de Manji dont la condition d'immortel le fait souffrir mais aussi se relever. Manji incarne la figure du ronin, le samourai sans maître, précédé par la légende mais qui n'est pas forcément le defenseur de la veuve et l'orphelin.

Rongé par la mort de sa soeur, le guerrier déambule dans le Japon et ne possède qu'un but : celui de tuer milles êtres malfaisants afin de mettre fin à son immortalité. Nous sommes loin d'une figure honorable qui pourtant n'est pas dénué d'un certain honneur comme en témoigne sa relation avec Rin, l'autre personnage principal de cette oeuvre, une jeune femme tour à tour vulnérable et forte, elle aussi traumatisé par la mort de ses proches. Entre le rude sabreur et la jeune guerriere assoiffée de vengeance se tisse un lien profond qui procure de l'humanité et de la force pour l'une. 

Mais c'était sans compter les ennemis qui se dressent face à eux et plus particulièrement deux d'entre eux : le spadassin immortel et la geisha-guerriere. Ces personnages, très bien écrits, possèdent également leurs importances et apportent une touche d'émotions à ce titre qui ne se contente pas d'afficher une suite de combats mortels. 

Optant pour un dessin à l'encre de Chine, Hiroaki Samura privilégie un grain authentique dans le style de cette série. Le détail apporté à l'environnement, le sublime travail au niveau de l'encrage, la violence des combats accentuent toute l'immersion de cet enivrant manga de sabre tour à tour tranchant et sanglant mais aussi poétique et fin dans le traitement de ces personnages. Comment ne pas s'attendrir devant un triste baiser au bord d'une rivière éclairée par un éclat de lune , comment ne pas bondir devant la fureur des combats qui se concluent souvent par un démenbrage propre et net illustré en une seule planche foudroyante ? Si ce premier tome de L'habitant de l'infini fait son petit effet, c'est grâce à ce redoutable mélange entre la violence du sabre et la touche discrète mais bien présente des émotions. 

Avec Lone Wolf and cub, voici un autre titre majeur du manga de sabre à avoir absolulment dans sa bibliothèque et rien de tel que cette double édition pour découvrir ou redécouvrir ce titre culte et toujours aussi immortel que L'habitant de l'infini par Hiroaki Samura. 


En bref

Une découverte et surtout un gros régal pour ce manga de sabre éternel qui bénéficie là d'une réédition double soignée. Un titre culte, indispensable pour les amateurs de sabres de samourai qui ne manqueront pas d'être touchés par sa rage des combats et la subtilité de ces personnages et de son intrigue. Un indispensable tout simplement.

10
Positif

Une réédition de qualité pour un indispensable du manga de sabre

Des personnages forts à commencer par le rude immortel et la tourmentée Rin sans compter toute une bonne floppée d'assassins tous plus stylés les uns que les autres

Le style authentique de Hiroaki Samura qui nous immerge entre violence sanglante et subtils éclats de délicatesse

Le soin apporté à la reconstitution du Japon de l'ere Edo sans noyer son lecteur dans un flot d'informations

Negatif

MassLunar Suivre MassLunar Toutes ses critiques (520)
Autres critiques de L'Habitant de l'Infini
Boutique en ligne
13,95€
Boutique en ligne
13,95€
Boutique en ligne
13,95€
Boutique en ligne
13,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)