6

Critique de Daredevil #8

par Le Doc le dim. 14 janv. 2024 Staff

Rédiger une critique
Contre l'Homme aux Echasses !

Le huitième numéro de Daredevil marque la première apparition de l'Homme aux Echasses, qui deviendra l'un des adversaires réguliers du héros aveugle. Mais même s'il croisera Daredevil à plusieurs reprises, l'Homme aux Echasses ne sera jamais une menace d'importance. Il faut quand même dire qu'il est assez ridicule dès le début, surtout quand il prétend que ses échasses le rendent "totalement invincible"...alors qu'il suffit de le faire trébucher pour qu'il perde sa stabilité...

Dans ce #8, le suspense tourne autour de la véritable identité de l'Homme aux Echasses : est-ce le timide Wilbur Day, venu demander de l'aide à Matt Murdock dans son litige l'opposant à son patron Carl Kaxton ? Mais si Kaxton est loin d'être un homme recommandable, le véritable vilain est bien Wilbur Day, voleur des inventions de son ancien boss. Et c'est justement une création très S.F. de Kaxton qui causera la première défaite de ce grand loser lorsque DD se sert d'un rayon qui réduit Day à une taille microscopique...

Malgré ses défauts, Daredevil #8 reste divertissant...ce qui n'est pas le cas du très mauvais #9. Karen Page arrive à convaincre Matt à rencontrer le Dr Eyck, le seul spécialiste capable de guérir sa cécité. Ils apprennent que Eyck se trouve maintenant au Lichtenbad, un petit pays de l'Est dirigé par Klaus Kruger, qui fut le correspondant étranger de Matt & Foggy à l'époque de la fac de droit. Lorsqu'il rencontre Kruger, Matt sent que quelque chose ne va pas autour de cette vieille connaissance qui ressemble à une version stéroïdée de Bela Lugosi. Il accepte donc de le suivre...

Sur place, il apprend que Kruger est en fait le tyran du Lichtenbad. Le bonhomme a kidnappé plusieurs spécialistes dans leur domaine pour le servir dans sa conquête du pouvoir, dont des savants et donc Matt Murdock qui est pour lui l'un des meilleurs avocats d'Amérique. Il ne faut pas longtemps pour que Matt se change en DD, sauve les prisonniers et combatte ce Fatalis du pauvre dans une aventure laborieuse à peine sauvée par les dessins de Wally Wood et quelques dialogues décalés. 

Le triangle amoureux entre Matt, Foggy et Karen est de plus en plus ennuyeux. Je n'aime pas du tout cette version de Franklin Nelson, aminci, amer, qui se déteste lui-même en espérant que son ami reste aveugle pour avoir Karen à lui tout seul. Cette histoire avec le Dr Eyck n'aura de tout façon pas de suite car entre le trio principal, il n'y aura aucune mention de ce qui s'est passé au Lichtenbad dans l'aventure suivante...

En bref

6
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (1579)
Autres critiques de Daredevil
Boutique en ligne
95,00€
Boutique en ligne
95,00€
Boutique en ligne
95,00€
Boutique en ligne
95,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)