5

Critique de Daredevil #10

par Le Doc le dim. 14 janv. 2024 Staff

Rédiger une critique
Dans la ville endormie...

Chose peu courante à l'époque, les numéros 10 et 11 de Daredevil forment un arc narratif complet. Ce sont aussi les deux derniers épisodes du court run de Wally Wood, peu satisfait de sa collaboration avec Stan Lee. Wood n'appréciait pas vraiment la méthode Marvel, cadre de travail dans lequel il n'était payé que pour le dessin alors qu'il participait en grande partie à l'élaboration des histoires. Les crédits du #10 annoncent donc que Stan Lee a laissé Wally écrire l'intrigue (parce qu'il avait besoin d'une pause...typique de l'humour de Stan the Man)...mais c'était trop tard car Wood avait déjà décidé de quitter Marvel (pour aller bosser sur les T.H.U.N.D.E.R. Agents du petit éditeur Tower) et c'est Stan Lee qui a terminé cette histoire dans le #11 (pour lequel Wood n'est crédité qu'à l'encrage des dessins de Bob Powell). 

Dans les #10 et 11, Wood et Lee créent un mystère autour de l'Organisateur, chef d'une nouvelle organisation criminelle qui emploie comme hommes de mains les Ani-Men, des vilains de dixième zone aux looks joliment grotesques (Cat Man, Ape Man, Bird Man et le premier Frog Man qui n'a rien à voir avec les hommes grenouilles marvelliens qui suivront). L'Organisateur serait en fait l'un des fondateurs du Parti Réformateur, un groupe politique qui a proposé à Franklin Nelson de devenir leur candidat pour le poste de procureur s'ils gagnent les élections. Foggy en est très heureux mais Matt se doute que quelque chose n'est pas clair chez ce troisième parti, ce qui complique encore une fois les relations entre les deux amis...

Cette saga en deux chapitres tire un peu trop en longueur et arrivé à la fin, j'avoue que je me fichais un peu de la révélation de la véritable identité de l'Organisateur...et il est bien possible que le politicard véreux choisi par Stan n'était pas celui de Wood. Si je trouve l'ensemble très, très moyen, il pose les bases de la future évolution de carrière de Foggy et fait apparaître pour la première fois Deborah Harris, un flirt d'école qui lui fait oublier un temps ses sentiments pour Karen Page. Debbie n'est pourtant pas vraiment quelqu'un de confiance et elle manipule Foggy parce qu'elle est amoureuse de l'Organisateur (mais elle finit par se retourner contre lui car elle ne supporte plus ses méthodes). Deborah Harris ne quittera pas la vie de Foggy et deviendra quelques années plus tard un personnage récurrent de la série.

À la fin de ces deux épisodes, Matt Murdock décide de s'éloigner un peu du cabinet Nelson & Murdock, histoire de prendre un peu de temps pour lui-même et voyager...et aussi parce qu'il ne supporte plus la tension toujours présente entre lui, Karen et Foggy. Juste à temps pour l'arrivée d'un nouveau dessinateur régulier, un certain John Romita Sr qui s'est occupé de la partie graphique du #12 au #19. 


En bref

5
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (1579)
Autres critiques de Daredevil
Boutique en ligne
95,00€
Boutique en ligne
95,00€
Boutique en ligne
95,00€
Boutique en ligne
95,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)