7

Critique de Daredevil #110

par Le Doc le lun. 19 févr. 2024 Staff

Rédiger une critique
La Mort d'une Nation ?

Après avoir partagé la couverture avec Black Widow, la série Daredevil a retrouvé son titre initial au #108. Pour les responsables éditoriaux et le scénariste Steve Gerber, l'Homme sans Peur fonctionnait mieux en tant que héros solitaire et il faudra attendre encore quelques mois pour que Matt Murdock et Natasha Romanoff se séparent (la Veuve fera ensuite partie de l'hétéroclite équipe des Champions). Je ne sais pas si Steve Gerber savait vraiment quoi faire avec Natasha mais en tout cas elle finit hypnotisée par le vilain dans l'une de ses dernières sagas en plusieurs épisodes.

Entre Daredevil #108 et 112 (auxquels s'ajoute un chapitre supplémentaire dans Marvel Two-in-One #3), les héros ont affronté la menace du Spectre Noir...rien à voir avec les aliens ennemis de Rom le Chevalier de l'Espace, il s'agit d'une organisation criminelle qui provoque une vague de violence sur New York (Matt avait quitté San Francisco pour retourner dans sa ville natale), ses agents ayant même tenter de tuer le procureur Franklin "Foggy" Nelson. Steve Gerber en avait profité pour poursuivre une histoire débutée dans ses Shanna the She-Devil puisque la prêtresse des ténèbres Nekra fait partie du Spectre Noir et on apprend que Shanna, toujours sur la piste de son ennemie, est la nièce du commissaire O'Hara.

À la fin du #109, Black Widow ne tient pas longtemps face à Nekra et est faite prisonnière. Avec l'aide de la Chose dans le Two-In-One, DD parvient à pénétrer dans la forteresse volante du Spectre Noir mais le combat tourne court lorsqu'il est attaquée par Natasha qui ne contrôle plus ses actes. Daredevil et la Chose sont obligés de s'enfuir. Les deux héros se quittent au début du #110 et après avoir affronté un autre membre du Spectre Noir, DD découvre qu'il s'agit d'une armée composée de femmes au service d'un maître qui se fait appeler le Mandrill. 

Ce méchant au look grotesque se révèle être un mutant, dont le destin est lié à celui de Nekra, mutante elle aussi. Les deux êtres ostracisés ont décidé de se venger de la société qui les a rejetés grâce à cause de leur physique et de leurs capacités (le Mandrill a un pouvoir hypnotique qui fonctionne surtout sur les femmes et Nekra est invulnérable grâce à sa haine). Si le Mandrill rejoint la longue liste des adversaires peu mémorables de DD, les chapitres sont riches en action et ne manquent pas de rebondissements, notamment le final musclé du #111. Ce numéro marque même la première apparition du Samourai d'Argent, dont le costume sera retravaillé par la suite (il n'a pas ici le look...et aussi la caractérisation, je trouve...qu'il aura dans les séries mutantes).

Graphiquement, c'est pas mal du tout. Bob Brown dépendait beaucoup de l'encrage et pas de chance, il a souvent été associé sur Daredevil à Vince Colletta. Sur le #111, il est encré par Jim Mooney, ce qui donne un résultat plus solide. Comme il avait un peu de problèmes avec les délais (Daredevil était même repassé brièvement à un rythme bimestriel début 1974), Gene Colan, pourtant bien occupé avec Tomb of Dracula, est revenu donner un coup de main sur les #110 et 112.

En bref

7
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (1581)
Autres critiques de Daredevil
Boutique en ligne
95,00€
Boutique en ligne
95,00€
Boutique en ligne
95,00€
Boutique en ligne
95,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)