8

Critique de Escale à Yokohama #14

par Tampopo24 le dim. 3 mars 2024 Staff

Rédiger une critique
Vers de nouveaux horizons

Voilà l’heure de dire au revoir à Alpha et son joli petit monde en douce déliquescence est venu et ce n’est pas sans une pointe de regret et de nostalgie que j’ai refermé la dernière page de cette aventure si belle de bout en bout.

Hitoshi Ashinano nous offre un ultime volume en forme d’au revoir géant où le calme et la solitude se la disputent au plaisir de retrouver de temps en temps les personnes aimées pour échanger avec elle sur tout et rien. Les chapitres sont donc, comme toujours, calmes, tranquilles, sans tension avec une mélancolie qui s’est envolée par rapport à la dernière fois, ne laissant derrière elle que le plaisir et des moments contemplatifs où on réfléchit sur la vie ou prend juste plaisir à admirer ce qu’on a sous les yeux. C’est tellement beau et reposant.

Alors bien sûr, comme notre héroïne au temps si long, on se perd un peu dans la chronologie de l’oeuvre, ne voyant pas bien le temps passer, jusqu’au moment où celui-ci nous frappe et nous rattrape, mais quel bonheur de voir passer de temps en temps des personnages chéris qui ont grandi et changé, évolué et offre de nouveaux tableau à Alpha, qui elle, aurait pu rester immuable mais regarde tendrement cette évolution et s’adapte.

J’ai ainsi été frappée et totalement charmée à de nombreux moments symboliques dans ce tome : une ouverture qui rappelle les débuts de la série avec le rôle de ce vent qui emporte tout ; des retrouvailles avec notre chère mamie qui rend prend la cigarette apaisante xD ; une sublime journée à la plage en mode souvenir tout en couleur ; un chapitre sublime sur un client de passage dont Alpha se rappelle et à qui sa conversation fait un bien fou ; de brèves retrouvailles lointaines avec Takahiro où la passion de l’auteur pour l’aviation ressort ; où encore cette ultime balade souvenir d’Alpha avant la conclusion, juste un moment entre elle, ses souvenirs et l’appareil les symbolisant. Les trouvailles de mise en scène quasi muettes et intérieures d’Ashinano sont magiques et touchent en plein coeur !

En bref

Dans une littérature qui nous offre souvent à des récits post-apocalyptique violents, Hitoshi Ashinano nous a montré qu’on pouvait aussi parler de l’érosion de la Terre et de ses changements inéluctables avec lenteur, douceur et tendresse, à travers le regard d’un robot pas comme les autres, qui semble terriblement humain. Un peu comme dans les Histoires de moine et de robot de Becky Chambers, voici une SF positive, philosophique et humaniste qui met du baume au coeur et montre qu’il n’y a pas que le drame devant nous.

8
Positif

Un final tout en douceur

Une sage de SF positive et contemplative

Une émotion palpable à chaque dernier moment avec les personnages

Une très belle mise en scène sobre et travaillée

Negatif

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (1630)
Autres critiques de Escale à Yokohama
Boutique en ligne
6,95€
Boutique en ligne
6,95€
Boutique en ligne
6,95€
Boutique en ligne
6,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)