9

Critique de Daredevil #181

par Le Doc le sam. 23 mars 2024 Staff

Rédiger une critique
Dernière carte...

Le #181 de Daredevil fait partie des sommets de la prestation de Frank Miller sur la série. Et il est à noter que le héros aveugle n'y tient d'abord qu'un rôle secondaire car pendant 25 pages, l'auteur s'intéresse à ses adversaires, son ennemi intime et son amour de jeunesse devenue mercenaire. Pendant ces deux premiers actes, Daredevil n'est pourtant pas oublié car il ne quitte pas les pensées d'un Bullseye obnubilé par la honte d'avoir été une nouvelle fois battu et surtout sauvé par le héros, ce qui a fait de lui un sujet de moqueries. Une obsession très bien retranscrite par l'atmosphère sombre qui se dégage des premières pages, plongée dans les pensées d'un esprit torturé qui s'abîme dans la monotonie des jours passés derrière les barreaux avant que l'interview avec un journaliste inconscient devienne le déclencheur d'une intense scène d'évasion.

Le Tireur tente ensuite de reprendre sa place d'exécuteur en chef du Caïd. Il apprend qu'Elektra a été chargée par Fisk de tuer Franklin Nelson et approche les avocats tout en restant en retrait car il a des doutes sur les liens entre Matt Murdock et Daredevil. Alors qu'il quitte le tribunal, Foggy monte dans un taxi conduit par Elektra. Heureusement pour l'avocat, Elektra n'arrive pas à se résoudre à assassiner le meilleur ami de Matt. Foggy s'enfuit et Elektra est attaquée par le Tireur. Le combat est acharné, violent, impitoyable...encore un bel exemple de la collaboration entre Frank Miller et Klaus Janson (le découpage du premier et les finitions du deuxième), séquence bien évidemment en partie censurée lors de la première publication dans Strange.

Et ce n'est pas encore fini pour cet épisode palpitant. Bullseye est maintenant sûr et certain que Matt Murdock et Daredevil ne font qu'un (il faudra une petite astuce de Matt pour le faire persuader du contraire). Le Caïd ne le croit pas et lui ordonne de lui apporter le cadavre de Daredevil comme preuve. Miller et Janson nous réservent alors un ultime affrontement...les adversaires ne retiennent pas leurs coups dans cet enchaînement de cases dynamiques, deux silhouettes décidées à s'entretuer se détachant sur les toits new-yorkais. Cette fois, Daredevil ne sauve pas le Tireur...mais le bonhomme est coriace et même une chute de plusieurs mètres ne suffira pas à le tuer (il restera cloué dans un lit d'hôpital pendant plusieurs mois). 

Après ce classique incontournable de la série, le #182 est toujours très bon, mais tout de même un peu moins fort. Matt Murdock se conduit étrangement parce qu'il traverse une phase de déni pendant laquelle il n'accepte pas le décès de la première femme qu'il a aimé. Parallèlement, Frank Miller prépare un court arc narratif avec le Punisher, qui recycle une intrigue développée avec Roger McKenzie lors de ses premiers mois sur le titre et rejetée à l'époque...

En bref

9
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (1580)
Autres critiques de Daredevil
Boutique en ligne
95,00€
Boutique en ligne
95,00€
Boutique en ligne
95,00€
Boutique en ligne
95,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)