Inspirer un motif

Tendre romance adulte, The BLue Flowers and the ceramic forest continue de jouer la carte de la sobriété des sentiments, ce qui s'accorde à merveille avec la sobriété des dessins de Yuki Kodama. Une réussite !

L'heure pour Aoko de faire face à son passé est venue. Et c'est accompagnée de son fidèle Tatsuki, devenu très proche d'elle, qu'elle va affronter cela. L'autrice nous montre comment entre jeunesse des sentiments et maturité de l'âge, on peut gérer ce genre de moment délicat sans drame ni chichi. Ce fut très simple, très sobre mais avec une belle émotion contenue et le pointage de l'importance de l'honnêteté et l'écoute de l'autre. Oui, Kumahei a le droit de revenir s'expliquer pour se défaire de ce poids qu'il a sur l'âme. Non Aoko n'est pas obligée de lui pardonner même si son histoire est touchante et attendrissante.

L'important cependant fut ailleurs pour moi, non pas dans ce passé dont on se déleste, mais dans ce présent et ce futur en construction où l'on sent les héros marcher d'un même équilibre dans une direction encore précaire. J'ai été très touchée par la présence tranquille et rassurante de Tatsuki tout au long de l'épreuve d'Aoko. C'est vraiment quelqu'un de fiable, qui n'en fait jamais trop mais est toujours là quand on en a besoin. Leur rapprochement se vit donc comme une évidence et l'autrice passe même à la vitesse supérieure mêlant réalisation de ceux avec imagination et confection d'une nouvelle pièce d'art à deux. Ils sont magnifiques dans cette position. Et si je regrette un peu le côté "midinette" inspiré par une remarque de leur patron, je ne peux nier qu'il y a une part de réalisme quand on nous dit que quelqu'un s'intéresse à nous et qu'on devient ultra sensible à tout comme Aoko. Ce fut donc mignon tout plein de suivre leur rapprochement et leurs rougissements.

Mais si j'aime aussi tant cette série, c'est pour la place que l'art y tient. J'aime beaucoup la façon dont l'autrice utilise ce médium comme expression de leurs sentiments refoulés. Les moments où elle dessine les fulgurances de Tatsuki sur le motif qu'il veut sont magiques, ceux où Aoko admire sa technique et se demande ce qu'elle ressentirait à la place de l'argile sont presque sensuels. L'ensemble est plein de poésie avec une vraie harmonie en train de se forger entre eux et un très beau message sur un artiste homme qui accorde à part égale la reconnaissance qu'il doit à sa partenaire femme. C'est si rare. Il y a tant d'histoires où l'homme seul a laissé son nom, s'accaparant tout le mérite d'une réalisation.

En bref

Avançant lentement sur le chemin de la reconstruction sentimentale et d'une nouvelle histoire à deux, le duo Aoko-Tatsuki continue de me séduire par sa fragilité à fleur de peau, son équilibre précaire, mais surtout la construction de son harmonie sentimentale et artistique commune. L'autrice manie la sobriété pour encore mieux faire ressortir la profondeur de leurs sentiments et ça me touche en plein coeur.

8
Positif

Une sobriété au service de sentiments profonds

Une façon mature de traiter le thème de l'ex

Une romance slow burn qui avance avec subtilité et émotion

L'alliance art, création, sentiments

La place de la femme dans les duos célèbres

Negatif

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (1694)
Autres critiques de The Blue Flowers and The Ceramic Forest
Boutique en ligne
8,20€
Boutique en ligne
8,20€
Boutique en ligne
8,20€
Boutique en ligne
8,20€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)