4

Critique de Spider-man Extra #14

par Le Doc le lun. 10 juin 2024 Staff

Rédiger une critique
Course contre la mort

J'aime toujours autant les dialogues de Stan Lee dans ses comics des années 60, son sens de la réplique bien adaptée à chaque personnage, sa façon de s'adresser aux lecteurs, de mettre en avant les noms de ses dessinateurs dans les récitatifs. The Man était vraiment un très bon dialoguiste et responsable éditorial...mais paradoxalement, ce que j'appréciais chez lui aux débuts de Marvel s'est révélé moins lisible lorsqu'il s'est remis à écrire un peu plus tard dans les années 80/90 et cela se vérifie avec le one-shot Spider-Man/Kingpin : to The Death dans lequel l'Homme Araignée s'allie avec Daredevil pour contrer les plans de leur ennemi de toujours, le Caïd. 

Stan Lee a écrit ce numéro spécial d'après une intrigue signée Tom De Falco. Il a retrouvé John Romita Sr aux dessins, ici encré par Dan Green. Et alors que le bouquin a été publié en 1998, l'ensemble a un petit côté "vieillot" qui souligne que le style du scénariste a eu un peu de mal à s'adapter à la narration des comics plus "modernes" (oui je sais, ça fait beaucoup de guillemets). Cela ne veut pas dire que je n'ai rien aimé dans ses dernières productions Marvel, juste que je l'ai trouvé plus divertissant sur des historiettes plus légères et basés sur l'humour (comme ses Stan Lee meets...). 

Spider-Man semble avoir pété les plombs alors que les témoignages sur des gangsters abattus par le héros se multiplient. Convaincu que l'Araignée a toujours été une menace, J.Jonah Jameson s'en frotte les mains et de nombreux héros se liguent pour arrêter Spidey (une scène loin d'être convaincante avec un Captain America qui passe pour un abruti). Seul Daredevil sait que son ami ne peut avoir commis ces actes et il lui propose son aide. Ils découvrent qu'il y a plusieurs faux Spider-Men, des criminels sur lesquels le Caïd teste une nouvelle drogue pour la vendre à un autre seigneur du crime appelé Zoltaro. Et les choses se compliquent quand DD est infecté...

Des rebondissements, de l'action bondissante, le trait toujours aussi fin et élégant de John Romita Sr qui s'accorde plutôt bien avec l'encrage de Dan Green...mais aussi une foire aux clichés (comme ce personnage de terroriste moustachu à la limite du comique involontaire, en lutte contre les "impérialistes décadents" ) et des dialogues laborieux pour ce one-shot anecdotique et oubliable.

En bref

4
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (1622)
Autres critiques de Spider-man Extra
Laissez un commentaire
Commentaires (0)