8

Critique de Arte

par blackgigi le sam. 9 janv. 2016

Rédiger une critique
LE COMBAT D'UNE JEUNE FEMME, CONTRE LES IDÉES REÇUES AU 16 ème SIÈCLE Arte adore dessiner par dessus tout et son père, aristocrate lui offre les cours des meilleurs professeurs de la ville. Elle a reçu une éducation digne de la parfaite épouse, elle sait un peu lire, écrire, coudre et a de bonnes manières, il ne manque plus qu'à constituer sa dot ainsi elle pourra se marier avec un bon partit ... Mais ça ne ce sont que les projets de ses parents, pas ceux d'Arte ! Son père venant de décéder, Arte se voit pressée de se marier par sa mère mais aussi, de reléguer sa passion du dessin à un simple loisir...Pas du tout prête à accepter cela, la demoiselle, à l'encontre totale des codes de l'époque veut devenir artiste peintre et s'assumer financièrement. De cette façon elle ne devra plus se marier par nécessité. Commence alors le "parcours du combattant" pour Arte, tout d'abord aucun maître ne veut d'une femme comme apprentie et pour trouver un atelier qui l'accepte enfin elle devra prouver sa détermination. Sortie de son cocon, Arte voit désormais sous un autre aspect les privilèges qui lui furent accordés lorsqu'elle vivait chez ses parents. En plus de cela, son maître ne la traite en aucun cas comme une femme, elle devra retaper une vieille cabane afin d'y dormir au "chaud", se travestir pour entrer dans un endroit fort intéressant, mais aussi montrer sa motivation aux clients et mécènes de son maître. Son caractère enjoué et son courage entraînera d'autres femmes admiratives à sa suite qui se verront contaminées par sa soif d'indépendance qui était à l'époque considérée comme de l'insolence. Remettre en question la suprématie des hommes dans un quelconque domaine était une révolution en soit en pleine période Renaissance . Heureuse de sa vie d'artiste Arte, va également subir quelques déconvenues, arrivera t-elle à les surmonter ? va - elle revenir chez sa mère et abandonner ses idéaux ? Premier manga de Kei Ôkubo, Arte touche ici un point sensible au Japon, qui reste un des pays les plus mal classés au niveau des égalités hommes/femmes au travail. Sous couvert d'une fiction au 16 ème siècle, on assiste ici à un combat qui en occident nous semble presque désuet alors que dans l'empire du soleil levant, il reste malheureusement dans l'actualité. Cette oeuvre a du toucher le cœur de maintes femmes japonaises et d'autres origines pour qui la condition de "soumises" à la gente masculine est loin d'être un choix consentit ... Au niveau du dessin le trait de l'auteure est soigné, délicat et raffiné comme si elle laissait le charme Florentin la guider . Elle avoue aimer particulièrement dessiner les femmes, leur chevelure, leurs courbes et vêtements ce qui explique la qualité du travail qu'elle nous offre. Au niveau du scénario, l’héroïne est naïve et forte à la fois, sa passion trace son chemin et on devine facilement son destin. C'est avec plaisir que nous découvriront la suite des aventures d'Arte dès le 11 février. Séverine Chougny / Le 04-01-16

En bref

8
blackgigi Suivre blackgigi Toutes ses critiques (124)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Arte
8
Arte T.11

Arte T.11 Staff

Lire la critique de Arte T.11

8
Arte T.9

Arte T.9 Staff

Lire la critique de Arte T.9

Boutique en ligne
7,99€
Boutique en ligne
7,99€
Boutique en ligne
7,99€
Boutique en ligne
7,99€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)