Lien direct vers l'article : https://mariomonkey.wordpress.com/2016/03/11/critique-sans-aller-a-lecole-je-suis-devenu-mangaka/ Syoichi Tanazono, ça ne vous dit rien? Et si je vous dis que cet oeuvre est recommander par le célèbre Akira Toriyama ? Là vous être curieux par contre. C’est exactement l’effet que j’ai eu en apercevant ce manga à la librairie, que j’ai acheté par pure curiosité Sans aller à l’école je suis devenue mangaka est un One Shot de Syoichi Tanazono, son premier manga relier, en france il est éditer chez les éditions Akata L’oeuvre prend pour thématique centrale la phobie scolaire, sujet on ne peut plus délicat, encore plus à notre époque où l’éducation et le milieu scolaire sont régulièrement remis en question… et pas uniquement au Japon ! Il suffit d’observer l’état de l’éducation en France actuellement pour comprendre que cette oeuvre de près de 300 pages a un thème universel. Synopsis de l’éditeur : Le jeune Masatomo aurait pu avoir une vie normale : jusqu’à son entrée à l’école primaire, il était en effet un petit garçon plutôt jovial. Mais hélas, en première année, sa trop colérique professeur lui donne un gifle particulièrement violente et pas du tout justifiée. Dès lors, la spirale infernale commence pour Masatomo, qui n’ose plus retourner à l’école : peur du regard d’autrui et des rumeurs, incapacité à sortir de chez lui, difficultés à s’intégrer et à se comporter naturellement avec les autres… Tous les ans, malgré les efforts de ses parents, mais aussi de nombreux professeurs et pédagogues, il n’arrivera jamais à suivre une scolarité ordinaire. Préférant passer ses journées chez lui, à copier des dessins de Dragon Ball… Et si, au fil des pages, une vocation salvatrice était en train de naître DANS CE MANGA SEMI-AUTOBIOGRAPHIQUE, SYOICHI TANAZONO NOUS RACONTE AVEC JUSTESSE SES DIFFICULTÉS D’INTÉGRATION À L’ECOLE… « L’histoire d’un enfant descolarisé » `Tout commence brusquement, ayant du mal avec le système scolaire, Masatomo se leva est alla demander à son professeur des explications sur un sujet particulier, mais, avec stupéfaction, celle ci la gifla devant toute la classe. Il y a en effet une notion qui revient constamment, tout au long du manga : celle de « normalité ». En ne parvenant pas à aller en cours et à s’intégrer au groupe, le jeune Masa a peur de devenir « anormal ». Il cherche à être « normal », à faire partie du groupe, de cette société… quitte à ne pas être totalement lui-même en étant superficiel en étant le leader d’une petite bande à un certain moment. Cependant, il se rendit compte beaucoup trop tard qu’il blessa la seule personne qui était quand il était isolé, le jeune Hurii. Il finit donc tout seul une fois de plus.. La question que l’on se pose est-ce que être « normal » signifie-t-il forcément être bien ancré dans la société ? Cette interrogation vient constamment à l’esprit du lecteur au fil des pages où il découvre le parcours de ce gosse qui, au bout de ses interrogations sur son avenir, voit se dessiner une lueur d’espoir à travers une chose : le manga. Et plus spécifiquement, un manga. Comme vous l’aurez remarquer, la présence de Dragon Ball est présent dans la quasi totalité de l’oeuvre, l’oeuvre d’Akira Toriyama est celle qui donnera une lueur d’espoir au jeune garçon, qui avec passion, dessinera ses personnages préférés tel que Sangoku ou Végéta en essayant de faire en sorte que cela ressemble aux originaux. Mais c’est surtout lorsque qu’il a assister à une exposition de ses planches originales qu’il a pu rééllement s’interresser à l’auteur. Enfin, à la fin il va réussir à rencontrer monsieur Akira Toriyama, une rencontre qui va changer sa vie, une simple rencontre entre un fan et le créateur lui permettra de savoir qu’elle voie se dernier voudra choisir : le manga. ( Pour ce qui est des dessins, les traits sont simple, propre, on ne voit pas d’exageration est c’est très bien, un style qui colle particulièrement bien avec l’univers et l’histoire que Syoichi Tanazono veut nous raconter ) Conclusion : Une belle oeuvre du début à la fin, ce manga montre que une simple rencontre, une simple action peut changer notre vie, l’auteur raconte avec brio ses problèmes qu’il a dû surpasser étant enfant. J’ai fait en sorte de ne pas tout révéler pour éviter de gâcher votre lecture, ce n’est pas un résumé, mais mon avis sur l’oeuvre. Seul point noir que j’ai à relever : il y a un certains blanc sur la vie de l’enfant et qu’on ne le retrouve que des années plus tard … une fois devenu adulte et mangaka. On aimerait en savoir un petit peu plus, bien évidemment, ce n’est pas très gênant. Même si on se pose certaines questions quand à son parcours. Son parcours difficile a fait de lui ce qu’il est, il en a fait une force porteuse d’espoir qui se ressent directement sur son style, j’espère le revoir très vite dans une autre oeuvre, avec un autre univers pour voir comment il a évoluer. ( peut être que ça ressemblera a du DBZ qui sait… ) En fin de tome, on trouve une jolie postface du mangaka, mais aussi un long texte de 4 pages d’Akira Toriyama lui-même, où il revient sur sa rencontre avec le jeune Tanazono. ---------------------------------- J'espère que cet article vous a plu :) Twitter : MarioMonkeyTV Site : MarioMonkey.wordpress.com

En bref

7
MarioMonkeyTV Suivre MarioMonkeyTV Toutes ses critiques (5)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Sans aller à l'école, je suis devenu mangaka
Boutique en ligne
9,55€
Boutique en ligne
9,55€
Boutique en ligne
9,55€
Boutique en ligne
9,55€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)