6

Critique de Perfect crime #1

par terry le ven. 27 janv. 2017

Rédiger une critique
Pour ceux qui aiment les histoires courtes, à chute et à morale, du style eerie, creepy, le film wishmaster; ou en manga, petshop of horror, les premières histoires d'XXXholic, ou la fille des enfers, ce manga est pour eux. La trame est très classique, des gens qui cherchent à se débarrasser d'une personne s'adressent à un tueur, Usobuki, via un bout de papier dans une cabine téléphonique ( comme une sorte de city hunter glauque, sadique et meurtrier, hinhin) et... si la victime désignée est bel et bien éliminée, ce n'est pas toujours pour le résultat attendu par le commanditaire!
Usobukui fonctionne beaucoup par psychologie: après une rencontre avec lui, les victimes finissent toujours par courir à leur propre perte, de leur propre chef... et les commanditaires aussi!

Malsain, le manga n'hésite pas à s'attarder sur de la violence, des hallucinations, un peu de sexe; les victimes et les commanditaires sont peu recommandables (même les victimes qui semblent sympathiques au début versent très rapidement dans une folie dangereuse qui nous empêche d'éprouver de l'empathie pour elles) même si Usobuki bat tous les records, avec son air dégoûté de l'espèce humaine; Il y a bien un jeune inspecteur plein de fougue qui a remarqué les témoignages citant Usobuki, et que ce dernier semble remarquer comme allant lui "donner plus de fil à retordre" que l'inspectrice de la première histoire... un personnage plus positif qui pourrait terminer le volume sur une note un peu plus légère, mais une histoire impliquant l'assassinat d'un bébé par sa propre mère, c'est tellement mieux pour clore un volume, hohoho!
Il correspond aux canons du genre, avec des histoires indépendantes les unes des autrescet une construction assez rigoureuse: demande, acceptation apparente du contrat, mort de la victime, conséquence sur le commanditaire ( et parfois surconséquence: il y a des chutes "à tiroir" ) et pour terminer, un plan sur les yeux d'Usobuki exprimant son dégoût de l'espèce humaine... et on passe à l'histoire suivante!

Seul vrai bémol, la crédibilité : On peut se demander pourquoi les gens foncent voir un type qui a l'air aussi peu recommandable, et qui ne demande pas d'argent, pas même l'âme (comme la fille des enfers) pour des meurtres sadiques (ce qui arrive aux victimes est quand même gratiné...): ils pourraient se douter qu'il risque d'y avoir une contrepartie! Ladite contrepartie semblant tout simplement l'éradication de chaque camp, victime comme commanditaire, du fait de la haine d'Usobuki envers ces gens mal intentionnés, irrécupérables... La dernière affaire, celle de la mère célibataire avec son bébé, n'a pas de logique à se trouver dans un tel système: elle veut juste se débarrasser de son rejeton, pas forcément qu'il meure dans d'atroces souffrances (ce qui est clairement la méthode d'Usobuki)... Pourquoi ne le refile-t-elle pas à quelqu'un d'autre ( en l'occurence, le commanditaire, qui ne désirait que ça apparemment) tout bêtement?

Un manga plutôt efficace et bon dans son genre thriller fantastique, même si effectivement le côté hyper malsain, complaisant, et "personne à sauver" peut rebuter... Par contre ça ne souffre pas d'approximation, ni d'être prolongé trop longtemps; j'espère que la série ne dure pas 40 volumes!
D'où sort Usobuki? D'où lui viennent ses pouvoirs, pourquoi cette haine des humains, pourquoi les chats l'adorent-ils, et est-ce que le jeune inspecteur réussira à lui mettre des bâtons dans les roues?

En bref

6
terry Suivre terry Toutes ses critiques (17)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Perfect crime
Boutique en ligne
7,99€
Boutique en ligne
7,99€
Boutique en ligne
7,99€
Boutique en ligne
7,99€
Laissez un commentaire