2

Critique de Freezing #1

par ivan isaak le mer. 12 mai 2010 Staff

Rédiger une critique
Freezing est le nouveau seinen de Doki-Doki, avec à la baguette le duo Lim Dall Young / Kim Kwang Hyun, à qui l’on doit déjà Aflame Inferno « disponible » chez Kami. Afin de contrer les Nova, des envahisseurs inter-dimensionnels, des jeunes filles accompagnées de leur binôme masculin sont formées par l’Académie Genetics… Des envahisseurs inter-dimensionnels, les Nova, sont arrivés sur Terre. Afin de les combattre, des jeunes filles se font implanter des « stigmates », prélevés sur le corps des Nova, et sont formées par l’Académie Genetics afin de devenir des Pandora. A chaque Pandora est associé un (ou plusieurs) limiteur, c’est-à-dire un garçon plus jeune. Aoï Kazuya est un adolescent de 15 ans qui intègre l’Académie Genetics pour laquelle avait autrefois travaillé sa sœur, une ancienne Pandora, morte au combat. Dès son arrivée, il fait la connaissance de Satellizer El Bridget, surnommée la Reine intouchable, qu’il confond avec sa défunte sœur. Le caractère de Satellizer est à l’origine de combats inter-Pandora et Kazuha se retrouve au centre de ces derniers… Sous couvert d’une série mêlant action et science-fiction, Freezing nous propose en premier lieu un fan-service omniprésent et souvent excessif. Si l’on met de côté qu’une fois de plus les personnages féminins se retrouvent équipés d’attributs mammaires défiant toutes les lois de la gravité (et de la biologie bien entendu), ce sont surtout les situations incroyablement clichées servies par Lim Dall Young qui consternent le plus… Les enchainant comme d’autres enfilent les perles, le scénariste fait preuve ici d’un manque total d’inventivité et réussi même à nous sortir des scènes archi-revues (l’héroïne sort de la douche avec sa serviette, elle se retrouve face au héros et oups ! la serviette tombe…). Le troisième chapitre nous offre même une scène dont les « dialogues » sont dignes d’un film porno de seconde zone… Et c’est finalement assez dommage puisque l’histoire en elle-même aurait pu être un poil intéressante si elle était un tant soit peu mise en avant dans ce premier volume. Alors que plusieurs combats ont lieu dans ce tome (dont un à la conclusion assez violente tout de même), nous n’apercevons que furtivement un Nova, censé être l’ennemi de l’humanité… Graphiquement, l’auteur semble exceller dans les scènes de fan-service de bases, avec grosses poitrines et culottes à gogo. A noter que Doki-Doki tente d’appâter le lecteur avec un autocollant « Par l’auteur de Kurokami », en référence au fait que Lim Dall Young soit également le scénariste du titre de Ki-oon… Ce premier volume de Freezing nous présente une énième série fan-service, où le « scénario » n’est qu’un prétexte utilisé pour montrer des filles suréquipées en petite tenue… Avec une introduction telle que celle-ci, Freezing part sur de très mauvaises bases. A réserver aux fans du genre, et encore…

En bref

2
ivan isaak Suivre ivan isaak Toutes ses critiques (1061)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Freezing
Boutique en ligne
7,50€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)