7

Critique de Freesia #2

par ivan isaak le jeu. 29 juil. 2010 Staff

Rédiger une critique
Ichirô et Hiroshi font donc leur entrée dans le monde des exécuteurs suppléants. Si le premier est du genre premier de la classe, le second, dérangé mentalement, semble avoir des prédispositions pour ce métier bien particulier…

Higuchi a trouvé une nouvelle affaire pour l’agence Katsumi. La cible, Eiichi Sumigawa, va avoir droit à la mise en place du « dispositif spécial »… Ichirô et Hiroshi seront de la partie et ce dernier devra faire face à un protecteur aux capacités étrangement proches des siennes…

Second volume de Freesia et il est toujours aussi difficile d’avoir une opinion réellement tranchée sur cette série. Avec une atmosphère malsaine, un personnage principal mentalement atteint, un monde sans concession et où la violence est reine, le tout accentué par un trait sale et brutal, le titre ne laisse pas insensible et peut provoquer admiration ou dégoût suivant le lecteur… Sans réel fil conducteur pour le moment, l’auteur continue de nous présenter le monde de Freesia via les actes de notre héros et sa nouvelle vie d’exécutant suppléant. L’affrontement entre Kanô et « le fantôme » est remarquable de par sa mise en scène et permet à ce volume de se finir sur une très bonne impression, tout comme les évènements touchants notre autre néophyte, Ichirô.

Dérangeant et ne laissant pas insensible, Freesia continue d’intriguer et le lecteur ne sait pas vraiment ce qui l’attend par la suite. La fin du volume rehausse le niveau et réussit à donner l’envie de voir la suite. Freesia avance pour le moment sur le fil du rasoir et peut basculer dans le très bon ou le très mauvais à tout moment… Seule la suite nous dira la direction que le titre va prendre…

En bref

7
ivan isaak Suivre ivan isaak Toutes ses critiques (1061)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Freesia
8
Freesia

Freesia

Lire la critique de Freesia

Boutique en ligne
5,98€
Boutique en ligne
5,98€
Boutique en ligne
5,98€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)