5

Critique de Garôden

par Den d Ice le jeu. 29 sept. 2011 Staff

Rédiger une critique
Un nouveau Taniguchi ? Pas si nouveau que cela puisqu’il date de 1985. Ce one shot tranche avec ce que nous avons l’habitude de lire de cet auteur, puisqu’on nous plonge dans l’univers des combats, mais surtout du dépassement de soi, à travers une rivalité bien ancrée et saine. Bien que le titre date de 25 ans, le style graphique de l’auteur est le même, avec une volonté certaine d’être le plus réaliste possible.

Scénaristiquement, l’histoire pourra être considérée comme simpliste, mais Garôden va au-delà. On découvre la quête d’un homme qui met tout en œuvre pour accomplir son objectif : se dépasser, toujours plus et toujours plus loin afin de prendre sa revanche sur son rival. Une idée fixe, persistante, insistante, qui ne laisse pas de place à d’autres idées, loisirs ou distractions. Tanba le sait depuis le jour où il a été vaincu, il ne vit que pour la revanche.
On notera un problème de cohérence : les éditions Casterman mettent en avant le catch, alors qu'en définitive, le sujet est superficiellement traité, ce n'est qu'une excuse pour souligner l'objectif principal : la revanche.

Cette quête aussi noble soit-elle, donne une impression de lourdeur, d’insister péniblement sur cet objectif si évident. De plus, malgré le talent graphique de Taniguchi, on se rend rapidement compte que les phases d’action, qui nécessitent du dynamisme, ne sont pas son fort. Le découpage, le tramage, les effets dynamisant sont adaptés pour des tranches de vie, mais certainement pas pour les moments forts où l’action est le maître mot. Il est assez inattendu de la part de Taniguchi de dessiner des scènes érotiques. Mais rassurez-vous (ou pas), ces scènes ne sont pas choquantes pour autant, et trouve leur place aisément.

Comme à son habitude Taniguchi nous emmène facilement dans son récit, aux côtés de Tanba, qui ne vit que pour cela. Cet objectif nous est relaté avec justesse et tact. Néanmoins cette obsession engendre un point négatif incontestable : le délaissement des autres protagonistes, leurs points de vue, leurs envies ou objectifs. Vous êtes prévenu dans cette histoire il n’y en a que pour Tanba.

En bref, cette lecture reste sympathique mais n'est clairement pas son meilleur ouvrage. Si vous cherchez à découvrir cet auteur, préférez plutôt d'autres titres comme Quartier Lointain, Le Journal de mon Père ou Le Sommet des Dieux.

En bref

5
Den d Ice Suivre Den d Ice Toutes ses critiques (870)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
12,95€
Boutique en ligne
12,95€
Boutique en ligne
12,95€
Boutique en ligne
12,95€
Laissez un commentaire