Quand un lézard se trouve sur votre lit et vous dit qu’il est de votre devoir de sauver la Terre que faites-vous ? Vous le balancez par la fenêtre bien sûr !

Cette introduction à Samidare est pour le moins originale. L’histoire ne l’est pas mais les décisions prises par l’auteur pour nous présenter les différents personnages restent décalés par rapport à ce que l’on peut voir ailleurs. Nous suivons donc Yuhi et Samidare qui s’en vont sauver le monde… mais pas que. En effet, l’auteur ajoute un twist quant à la motivation de la princesse. Personnellement, j’ai un peu peur de ce choix car il peut se révéler casse-gueule pour la suite.

Le gros point noir de ma lecture sera sans conteste le passé de Yuhi. Mes craintes se sont concrétisées au fil de ma lecture et nous avons là un héros très torturé psychologiquement. Et ça je n’aime pas, c’est trop facile, trop répandu. On frise l’excès.

On peut donc remercier Mizukami de mettre avant tout l’accent sur le grotesque du synopsis et des aventures de Yuhi ponctuées d’humour tout au long des chapitres. La série se voudra sûrement plus sombre par la suite mais pour l'instant la légèreté reste de mise.

Le graphisme est moyen, un peu trop. Il se prête parfaitement aux situations comiques mais je ne suis pas fan des marionnettes de boue (un peu plus d’imagination s’il-vous-plait !) et du chara-design global.

Arrivé en fin de volume, la curiosité prend le pas sur les quelques passages moyens qui pouvait me faire douter de la qualité du titre. L’introduction d’un nouveau chevalier au dernier chapitre laisse également entrevoir un potentiel intéressant.

En bref

6
Charlie One Suivre Charlie One Toutes ses critiques (311)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de SAMIDARE, Lucifer and the biscuit hammer
Boutique en ligne
7,83€
Boutique en ligne
7,83€
Boutique en ligne
7,83€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)