5

Critique de Prunus Girl #2

par Sorata le mer. 16 oct. 2013 Staff

Rédiger une critique
On retrouve Aikawa et Maki dans leur vie de lycéens de tous les jours. Discussions entre filles, cours de cuisine et histoire de fantôme sont au programme de ce deuxième tome de Prunus Girls. Maintenant que l’effet du premier tome est un peu retombé, on est un peu déçu par le manque d’originalité qui nous est proposé ici. En dehors de cette histoire d’ambigüité sur le genre d’Aikawa, on a au final que très peu de chose. Heureusement que l’arrivée d’un nouveau personnage, Shion Hanazaka, vient un peu pimenter cette histoire. Shion est une amie de collège de Maki et elle crie à qui veut bien l’entendre qu’elle aime les filles. La rencontre avec Aikawa est d’ailleurs assez cocasse. Avec l’introduction de ce nouveau personnage, l’auteur approfondie un peu plus la question du genre dans les relations amoureuses. Même s'il est très délicat de traiter de ce sujet d’actualité qui aujourd’hui encore, déchaine les passions, l’auteur, grâce notamment à des touches très humoristiques bien placées, arrive parfaitement à nous faire partager sa vision des choses. Il apparait clairement, à l’image du rapprochement progressif des deux protagonistes, que l’amour semble plus fort que tout et qui dépasse même la question du genre. Mais même si le sujet traité est intéressant et bien amené par l’auteur, on reste tout de même sur des scènes de la vie de tous les jours trop banales et avec une forte impression de déjà vu. Au final, sans cette ambigüité sur le genre d’Aikawa que l’auteur arrive à faire perdurer dans ce deuxième tome et sans la présence du nouveau personnage, l’ensemble n’aurait pas valu la moyenne. Espérons que le troisième tome sortira un peu plus des sentiers battus.

En bref

5
Sorata Suivre Sorata Toutes ses critiques (140)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Prunus Girl
Boutique en ligne
31,72€
Boutique en ligne
31,72€
Boutique en ligne
31,72€
Boutique en ligne
31,72€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)