4

Critique de Opus #2

par Charlie One le sam. 7 déc. 2013 Staff

Rédiger une critique
La course poursuite contre Rin et son plan consistant à changer son destin et l’histoire du manga de Chikara continue.

Tous les ingrédients présents dans le premier tome sont plus ou moins repris dans celui-ci, à la différence près que le mélange semble avoir mieux pris. En effet, avec un enjeu beaucoup plus concret qui est représenté ici par la destruction imminente du monde imaginaire, il est beaucoup plus aisé de plonger à un rythme effréné dans cette succession de scènes toutes plus folles les unes que les autres. Ce n’est pas aussi excellent que l’on veut nous le faire croire mais il y a du progrès dans le rendu final, c’est certain.

Peut-être que le traitement de la relation créateur/personnage de manga participe également à améliorer la qualité du récit. Les interactions entre Chikara et ses créations s’affranchissent un peu des simples reproches qui constituaient de mémoire l’essentiel des échanges dans le précédent volume.

Cependant, malgré tout ceci, il est une nouvelle fois difficile de discerner exactement le génie de cette œuvre. Certes, le mélange et la manipulation des mondes est un sujet fascinant mais Opus n’est pas réellement à la hauteur de mon point de vue (dessin, scénario, exploitation des idées).
Et puis, pouvons-nous parler de la fin ? Ou de la non-fin plutôt. Le petit extra à la suite du dernier chapitre qui adresse le problème est certes sympathique mais cela n’enlève pas le fait que le lecteur se fait avoir. Au final, l’intérêt de se procurer Opus (à ce prix qui plus est !) est donc plus que discutable. A réserver aux plus grands fans de Satoshi Kon. Uniquement.

En bref

4
Charlie One Suivre Charlie One Toutes ses critiques (311)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Opus
8
Opus

Opus

Lire la critique de Opus

4
Opus T.1

Opus T.1 Staff

Lire la critique de Opus T.1

Boutique en ligne
14,00€
Boutique en ligne
14,00€
Boutique en ligne
14,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)