4

Critique de Prunus Girl #3

par Sorata le mer. 8 janv. 2014 Staff

Rédiger une critique
Les vacances d’été sont déjà là et c’est une excellente occasion pour faire une bataille d’eau. Les garçons du lycée ne manquent d’ailleurs pas d’enthousiasme à l’idée de voir Aikawa en T-shirt mouillé. De son côté Maki toujours fidèle à lui-même, il se plie en quatre aux désirs de son ami… Ce troisième tome de Prunus Girl ressemble plus à un recueil de scénettes de la vie lycéenne plutôt qu’à une histoire à part entière. A l’image du chapitre 14, qui est une succession de petites histoires en deux pages. Difficile, donc, de se plonger dans cette histoire. D’autant plus que pour les autres chapitres, on a une forte impression de déjà vue. En effet, même si les mises en scènes sont différentes, le schéma global reste le même. Maki fait tout pour protéger ou rendre service à Aikawa et ce dernier fait d’ailleurs tout pour créer des situations gênantes et très ambiguës. Tout semble donc se répéter sans réellement avancer. Toutefois, on peut dire que le titre ne manque pas d’humour et que certaines situations sont assez amusantes. Comme cette histoire du garçon éperdument amoureux d’Aikawa qui fait tout pour pouvoir passer un peu de temps avec « lui ». Une situation qui n’est pas sans rappeler celle de Maki au tout début de l’œuvre. Mais cela ne suffira clairement pas à satisfaire un lecteur averti, surtout un avec ce style graphique qui reste assez banal. Au final, on constate que même si Prunus Girls traite plutôt d’un sujet sérieux, celui de la tolérance et de l’attirance entre deux personnes du même sexe, l’œuvre se veut avant tout humoristique. Mais les gags et péripéties des protagonistes s’enchaînent sans vraiment de fils conducteurs et rendent l’ensemble plutôt moyen.

En bref

4
Sorata Suivre Sorata Toutes ses critiques (140)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Prunus Girl
Boutique en ligne
70,26€
Boutique en ligne
70,26€
Boutique en ligne
70,26€
Boutique en ligne
70,26€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)