Nouveau titre semi-autobiographique publié par les éditions Akata, Sans aller à l’école, je suis devenu mangaka de Syoichi TANAZONO est un ouvrage troublant mais surtout émouvant. Masatomo est un jeune garçon qui ne parvient pas à s’intégrer et à suivre le cursus scolaire. Accablé par le regard et le comportement des autres à son égard mais également submergé par des remords et son envie d’entrer dans la « normalité » sans pour autant y parvenir, il en vient à ressentir un mal auquel les médecins n’ont pas d’explications. Et malgré l’aide de professeurs particuliers qui font tout leur possible pour l’aider à réintégrer le milieu scolaire et à extérioriser ses émotions, ce mal-être le poursuit. Cependant, il n’est pas totalement mal dans sa peau. Il arrive aisément à s’exprimer lorsqu’il laisse place à sa créativité et à son imagination. Grand fan de Dragon Ball, c’est une explosion de joie et de plaisir lorsqu’il dessine les personnages ou qu’il lit un des tomes. Et dès lors qu’on lui apprend qu’il va rencontrer Akira TORIYAMA, l’auteur de la série, de nouvelles émotions naissent en lui ! C’est par ailleurs le début d’une nouvelle voie qui s’offre à lui et à ses créations. Excellent titre montrant très nettement les difficultés rencontrées par certains jeunes à s’intégrer dans les milieux scolaires ou même à entrer dans cette « normalité » fixée par notre société, Sans aller à l’école, je suis devenu mangaka est un titre fort et poignant ! Même si le jeune garçon peut parfois paraître agaçant, quand on ne le voit pas agir comme on l’aurait fait, on comprend parfaitement sa détresse et son mal-être. Chaque personne a une sensibilité différente face aux regards des autres mais quand on est jeune, cette sensibilité est nettement plus prononcée. Cela peut ainsi perturber la personne touchée et ralentir son évolution personnelle. En l’occurrence, ici, un retard scolaire et un isolement. Mais l’auteur parvient tout de même à montrer que malgré ses difficultés, il est possible de s’en sortir, de passer outre la « normalité » et de trouver quelque chose qui nous fera avancer. Quelque chose qui nous permettra de nous exprimer, nous affirmer et vivre pleinement, sans forcément suivre la voie qui nous a été dictée. Dans ce cas-ci, ça a été le dessin et le côté créatif de l’enfant qui ont contribué à son épanouissement. C’est donc avec émotion que Syoichi TANAZONO nous livre ici une part de son histoire à travers cet ouvrage semi-autobiographique. Il délivre ainsi un message fort à tous ceux qui pourraient le lire avec une trame maîtrisée, un dessin sobre et léger mais qui transmet parfaitement l’atmosphère et les émotions ressenties par notre jeune héros.

En bref

8
Neginator Suivre Neginator Toutes ses critiques (151)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Sans aller à l'école, je suis devenu mangaka
Boutique en ligne
9,55€
Boutique en ligne
9,55€
Boutique en ligne
9,55€
Boutique en ligne
9,55€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)