2

Critique de The Song of Yoru & Asa #1

par Charlie One le lun. 2 janv. 2017 Staff

Rédiger une critique
Au cours d’une soirée post-concert en compagnie de quelques-unes de leurs groupies, Yoru et Asaichi, deux des membres du groupe, couchent malencontreusement (!) ensemble, le second parvenant à confondre dans le noir son collègue musicien pour une fille…



Au préalable, nous sommes introduits à Shiori, l'une des groupie, et son grand-frère peu fréquentable, qui graviteront autour du groupe et serviront à faire avancer l’intrigue pour le meilleur… mais surtout pour le pire. Tout d’abord dans un premier chapitre prequel au cours duquel nous découvrons que Yoru possède une voix capable d’influencer l’orientation sexuelle de ceux qui l’écoutent… Les réactions stéréotypées de « oniiii-chan » donnent rapidement le la et ne rassure en rien quant au talent scénaristique de Harada…



Et cela se confirme par la suite quand l’intrigue se concentre sur le couple titulaire. Il y a une différence entre le mec mal à l’aise et maladroit face aux avances d’un membre du même sexe et l’abruti à comportement homophobe qui se découvre bisexuel… Les mots me manquent face à une mise en scène pareille. Asaichi se révèle être un personnage extrêmement grossier et détestable, en plus d’être un pur simplet lorsqu’il s’agit de faire face à ses sentiments.



Tellement détestable et humainement dégradant qu’il est inconcevable d’imaginer une seule seconde que Yoru puisse avoir réellement des sentiments pour un type qui lui a adressé une fois la parole par le passé. C’est donc quelque part une bonne chose d'avoir fait du chanteur androgyne un imbécile soumis et masochiste dont le seul but dans la vie semble d’obtenir un sourire de l’élu de son cœur. Ou, en attendant, de le prendre en bouche aussi souvent que possible…

J’ai également du mal avec ce cliché éculé qui consiste à faire dire à un personnage « j’aime XXX mais je ne suis pas gay, il est spécial, c’est pour ça » C’est nul, pas inspiré et particulièrement énervant dans ce contexte. Pourquoi ne peut-il pas être simplement homo puisqu’il n’a jamais connu d’autre attirance à ce jour ? Ou bisexuel même. Et pourquoi faut-il qu’il adule un hypocrite qui crache son dégoût ?!



Toute cette relation en est si irritante que le plaisir à voir cette enflure d’Asa se faire torturer en milieu de tome devient palpable alors qu’objectivement l’auteur fait encore preuve d’une imagination tordue et nous pond une situation d’une violence à peine justifiée (jalousie ou réelle vengeance ?) où le viol semble être une punition adéquate…



Il n’y a rien de mignon ou de touchant dans ce couple mal associé. Il n’y a pas d’attachement pour Yoru et il n’y a qu’antipathie pour Asa. Le dégoût et la violence y sont mis à l’honneur et ce ne sont pas quelques faibles touches d’humour ou un coup de crayon dynamique fait pour l’érotisme ou encore un dernier chapitre plus contrôlé qui vont atténuer ce sentiment de gâchis.



Il y a bien des façons de raconter une relation toxique mais quand cela passe notamment par un flot d’insultes et de haine aboutissant à un happy end presque évident pour le protagoniste qui les profère, je dis non. Bordel, non. Il n’y a pas de rédemption. Juste un "amour" aveugle pour un jeune homme violent qui a besoin d'être confronté à un traumatisme pour finir (à peine) un peu moins con.



The Song of Yoru & Asa. Quelle horreur. Franchement...

En bref

The Song of Yoru & Asa manque complètement le coche et offre une piètre histoire de rapprochement entre deux jeunes hommes que la musique passionne. Les dessins réussis à fort caractère érotique sauvent le titre d'un zéro pointé mais l'incompréhension est totale. Qu'a pu bien penser l'équipe IDP pour choisir ce titre ?

2
Charlie One Suivre Charlie One Toutes ses critiques (311)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
0,00€
Boutique en ligne
0,00€
Boutique en ligne
0,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)