8

Critique de East of West #1

par Blackiruah le mer. 12 mars 2014 Staff

Rédiger une critique
Jonathan Hickman a le vent en poupe ces derniers temps. L’auteur livre de belles prestations sur ses séries Avengers/New Avengers, il a scénarisé le dernier crossover Marvel – Infinity - qui est un succès critique et ses séries indépendantes se portent bien. Justement, Urban a flairé le bon coup en publiant sa dernière série « East of West ».

Dans un univers futuriste où la guerre de Sécession n’est pas arrivée à terme redéfinissant les Etats-Unis, 3 jeunes adolescents sortent subitement de la terre d’un lieu qui semble mystique. Surpris de l’absence du quatrième, le groupe va rechercher le dernier membre manquant. En parallèle, un cow-boy blanc de peau et de vêtement, accompagné de deux mystérieux guerriers, recherche les dirigeants du pays qui ont essayé de le tuer pour se venger.

Jonathan Hickman a vu les choses en grand avec cette série et c’est plutôt réussi dans l’ensemble. Comme à l’accoutumée, on découvre une histoire à grande échelle où l’auteur nous distille les informations qui permettent de comprendre la direction de son titre. Ainsi, subtilement, plus on avance dans le récit, plus on saisit les ambitions de l’auteur qui nous invite à se laisser porter par son aventure épique aux allures de grand récit à tendance biblique.
Si on aime bien le style d’écriture du scénariste, on est charmé par cet univers et le récit balance avec rythme entre action et intrigue qui nous empêche de s’ennuyer.

Visuellement, Nick Dragotta fait un travail superbe qui donne beaucoup de relief à cet univers. Avec un aspect lisse, soigné et aussi très réaliste, on fait face à des planches aérées et surtout très lisibles. Les illustrations traduisent bien l’esprit science-fiction et western du titre.
La performance est vraiment solide, vu que les scènes d’actions traduisent une vraie violence, et les échanges entre personnages qui dégagent une réelle tension. Un travail graphique de qualité qui permet à cette série d’être originale.

Issue de la collection « Urban Indies », la série suit le modèle de base en format moyen : couverture cartonnée en phase avec ce qui est connu de l’éditeur toujours appréciable.

Ambitieux, « East of West » est une série de qualité de science-fiction avec des pointes de western qui repose non seulement sur de superbes dessins de Nick Dragotta livrant un univers riche et soigné mais aussi sur un récit mystérieux d’envergure mené haut la main par Jonathan Hickman. Vous aurez de belles surprises en lisant cette œuvre qui ne peut vous décevoir si vous aimez les récits intrigants sur fond d’apocalypse.

En bref

Jonathan Hickman a le vent en poupe ces derniers temps. L’auteur livre de belles prestations sur ses séries Avengers/New Avengers, il a scénarisé le dernier crossover Marvel – Infinity - qui est un succès critique et ses séries indépendantes se portent bien. Justement, Urban a flairé le bon coup en publiant sa dernière série « East of West ». Dans un univers futuriste où la guerre de Sécession n’est pas arrivée à terme redéfinissant les Etats-Unis, 3 jeunes adolescents sortent subitement de la terre d’un lieu qui semble mystique. Surpris de l’absence du quatrième, le groupe va rechercher le dernier membre manquant. En parallèle, un cow-boy blanc de peau et de vêtement, accompagné de deux mystérieux guerriers, recherche les dirigeants du pays qui ont essayé de le tuer pour se venger. Jonathan Hickman a vu les choses en grand avec cette série et c’est plutôt réussi dans l’ensemble. Comme à l’accoutumée, on découvre une histoire à grande échelle où l’auteur nous distille les informations qui permettent de comprendre la direction de son titre. Ainsi, subtilement, plus on avance dans le récit, plus on saisit les ambitions de l’auteur qui nous invite à se laisser porter par son aventure épique aux allures de grand récit à tendance biblique. Si on aime bien le style d’écriture du scénariste, on est charmé par cet univers et le récit balance avec rythme entre action et intrigue qui nous empêche de s’ennuyer. Visuellement, Nick Dragotta fait un travail superbe qui donne beaucoup de relief à cet univers. Avec un aspect lisse, soigné et aussi très réaliste, on fait face à des planches aérées et surtout très lisibles. Les illustrations traduisent bien l’esprit science-fiction et western du titre. La performance est vraiment solide, vu que les scènes d’actions traduisent une vraie violence, et les échanges entre personnages qui dégagent une réelle tension. Un travail graphique de qualité qui permet à cette série d’être originale. Issue de la collection « Urban Indies », la série suit le modèle de base en format moyen : couverture cartonnée en phase avec ce qui est connu de l’éditeur toujours appréciable. Ambitieux, « East of West » est une série de qualité de science-fiction avec des pointes de western qui repose non seulement sur de superbes dessins de Nick Dragotta livrant un univers riche et soigné mais aussi sur un récit mystérieux d’envergure mené haut la main par Jonathan Hickman. Vous aurez de belles surprises en lisant cette œuvre qui ne peut vous décevoir si vous aimez les récits intrigants sur fond d’apocalypse.

8
Blackiruah Suivre Blackiruah Toutes ses critiques (476)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de East of West
Boutique en ligne
15,50€
Boutique en ligne
15,50€
Boutique en ligne
15,50€
Laissez un commentaire