6

Critique de East of West #2

par Blackiruah le dim. 31 août 2014 Staff

Rédiger une critique
Lors du précédent volume, on découvrait tout un nouvel univers et un récit axé autour des 4 cavaliers de l’apocalypse où la mort est un renégat et cherchait à se venger des 3 premiers. La fin annonçait une quête violente où la mort allait chercher son fils emprisonné par ses ennemis, mais on est très loin de tout ça avec ce second volume.

East Of West n’est pas une banale histoire de vengeance centrée sur Mort. Jonathan Hickman a toujours aimé compliquer ses intrigues. Cette série est, en réalité, une saga politique où l’auteur décrit l’évolution de différents pays qui agissent autour d’une prophétie qui semble être tout simplement l’apocalypse. Rien que ça.

Ainsi, ce second volume décrit un peu plus les personnages du conseil décisionnaire vu dans le premier volume, qui sont étroitement liés aux 3 cavaliers de l’apocalypse. Plusieurs aspects de 3 états sont abordés, le scénariste évoque notamment comment la justice est organisée dans l’état du Texas, décrit comment une révolution est gérée dans un autre état. Plus intéressant, les détails sont plus abondants en ce qui concerne la nation afro-américaine, notamment sur son origine, l’identité de son représentant (ainsi que son mode de vie) et leur puissance. Bref, l’auteur nous montre que l’histoire de Mort n’est en fait qu’un élément qui peut déstabiliser l’organisation mais surement pas le seul.
On finit donc par retrouver le cavalier déchu dans sa poursuite dans le dernier tiers du volume qui va le mener à rencontrer divers personnages influents sans toutefois avancer significativement.

L’ensemble est intéressant, surtout si on aime découvrir l’imagination de l’auteur et les revisites d’univers mais le récit reste déstabilisant car on a l’impression de lire une autre histoire. J’ai surtout eu l’impression de ne pas voir les promesses du premier volume et d’être contraint de découvrir une autre chose. Ajoutons que cette première partie est verbeuse et manque de liant entre les différents états, mais se révèle riche en information et étoffe un univers intrigant dont l’auteur ne souhaite que distiller certaines informations qui vont être utile par la suite.
Lorsque J. Hickman revient sur Mort, le récit redevient ce qu’il était précédemment : épique, violent et intrigant. C’est un plaisir de revenir sur cette intrigue qui reste la meilleure à mes yeux.

Nick Dragotta poursuit son travail au dessin. Si vous avez aimé son style lisse, idéal pour ce genre de récit, alors vous serez comblés. L’artiste a donné une vraie âme froide à travers ses planches qui sert ce récit sur fond d’apocalypse. Les designs sont tout aussi soignés : une réelle démonstration.

Ce second volume d’East of west est donc déstabilisant. Les promesses du premier volume ne sont pas totalement tenues. L’auteur met la vengeance de Mort au second plan et développe son univers qui dévoile un grand nombre d’intrigues assez floues. Le titre s’étoffe alors que paradoxalement l’intrigue du 1er volume perd en intensité et en intérêt.
Attention donc aux lecteurs qui s’attendent à une folle histoire de vengeance, Jonathan Hickman souhaite aussi aborder d’autres aspects de son univers : je le conseille donc à tout amateur de monde alternatif embourbé dans des affaires politiques mais aussi aux fans de sciences fiction ou récit apocalyptique, vous y trouverez votre compte.
Dans mon cas, cet univers m’a vraiment intrigué pour voir la suite : affaire à suivre.

En bref

6
Blackiruah Suivre Blackiruah Toutes ses critiques (477)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de East of West
Boutique en ligne
15,50€
Boutique en ligne
15,50€
Boutique en ligne
15,50€
Laissez un commentaire