7

Critique de Sandman #4

par Blackiruah le mar. 15 juil. 2014 Staff

Rédiger une critique
Sandman nous revient avec un quatrième volume qui va (enfin) développé l’intrigue principale, à savoir le devenir du maître des rêves.

En fait, cet album va nous replonger dans les affaires des infinis vu précédemment dans la série. Parmi ces avatars, Destruction avait disparu. Lasse de cette situation, Délire va alors décider à rechercher son grand frère. Elle va alors demander de l’aide au rêve qui vient tout juste de vivre une déception amoureuse. Evidemment, il l’aidera mais cette recherche nous permettra de constater que notre héros a sacrément évolué depuis le premier volume.

Ce nouveau volume s’articule autour du récit principal. Tout d’abord, se trouvent quelques récits indépendants, qui vont servir à la fois pour l’histoire centrale mais aussi pour la dessinatrice Jill Thompson, maman de la série « Scary Godmother », qui lui permettra de s’habituer à l’univers de Sandman. Puis, commence l’arc central « Vies brèves » où Neil Gaiman nous transporte dans son voyage à la fois onirique, farfelu mais aussi noir. Ce parcours sera d’une importance capitale pour le rêve. Il fera office de quête initiatique sur un plan personnel de l’infini qui va s’avérer plus humain qu’auparavant.
Ce récit va aussi nous amener à découvrir plus en détail les relations entre chaque entité qui intervienne dans leur style. Notons la présence remarquée de Délire où le talent du scénariste parvient à en faire un personnage attachant, drôle mais surtout complètement délirant !
Malgré l’intrigue prenante, le seul problème de cet arc reste le rythme de lecture assez lourd et certaines intrigues assez curieuses trop vite réglées. Vu la taille de l’album, réservez-vous quelques soirées pour pouvoir lire cette quatrième partie.

Visuellement, en mettant de côté la colorisation d’époque, Jill Thompson maîtrise l’univers. Elle parvient à créer et insuffler de la vie aux différents univers de chaque infini. D’ailleurs, la dessinatrice semble être en osmose avec Neil Gaiman vu que l’ambiance visuelle traduit parfaitement le récit. Mais ça reste très contemplatif, mais aussi très statique : j’aurais aimé que les planches amènent plus de dynamisme pour augmenter le rythme de lecture.

Niveau édition, cet énorme quatrième volume contient énormément de bonus avec un très grand nombre de couvertures et d’illustrations pour diverses occasions ainsi que les interviews d’analyse de la série toujours aussi instructifs pour parfaitement comprendre la série.

Malgré un petit problème de rythme et quelques facilités scénaristiques, ce 4ème volume poursuit le voyage dans son univers onirique et cru que Neil Gaiman dirige magistralement en amenant une vraie profondeur.
Ce volume est aussi essentiel pour la saga. Comme l’indique l’auteur, cet arc marque le début de la fin. Vous pouvez donc continuer cette série si vous avez apprécié la saga jusque-là. Pour ceux qui ne connaissent pas la série, tentez l’expérience, « Sandman » est un vrai ovni dans la bande-dessinée, tout type confondu.

En bref

7
Blackiruah Suivre Blackiruah Toutes ses critiques (477)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Sandman
9
Sandman T.7

Sandman T.7 Staff

Lire la critique de Sandman T.7

5
Sandman T.6

Sandman T.6 Staff

Lire la critique de Sandman T.6

Boutique en ligne
35,00€
Boutique en ligne
35,00€
Boutique en ligne
35,00€
Laissez un commentaire