5

Critique de Ten Grand #1

par Blackiruah le mer. 23 juil. 2014 Staff

Rédiger une critique
Tout droit sorti du studio « Joe’s comics » de JM Straczynski, « Ten Grand » nous narre l’histoire de Joe, tueur à gage qui ne réalise que des contrats de 10 000 dollars.
Mais c’est loin d’être si simple.
Alors qu’une cliente veut lui proposer un contrat, notre héros va être pris au dépourvu lorsqu’il découvre sa cible. La personne ciblée n’est autre qu’une de ses anciennes victimes qu’il avait déjà tuée.
Et c’est pas fini !
Puisque cette dernière avait aussi assassiné le tueur à gage et sa femme. Mais un ange a ressuscité Joe afin qu’il travaille pour lui avec pour récompense de pouvoir revoir sa femme.
Ainsi, l’assassin va aller à la recherche de sa cible qui nous amènera à découvrir tout un univers fantastique et noir.

Noir est bien le mot car « Ten Grand » est une vraie plongée dans un univers sombre et glauque. Le personnage principal, qui semble dans un premier temps désabusé, va nous présenter à travers sa traque l’étendu de ce monde aux limites floues avec l’enfer et le paradis. Cela permettra à JM Straczynski de livrer une histoire axé principalement autour de son personnage principal en distillant au fur à mesure des informations sur son passé qui crée de la sympathie pour notre cher Joe revitalisé par cette étrange quête.
Mais passé ce cap, le déroulé reste classique. A vrai dire je n’ai été que très rarement surpris sur les grandes lignes, et j’ai peur de connaître déjà comment tout cela va finir. Mais le travail sur Joe fonctionne et l’attachement envers ce dernier me poussera à lire la suite.

Et pourtant le style de cette œuvre n’est pas franchement à mon gout.
Dans un premier temps, Ben Templesmith livre des planches dans la lignée de ce qu’il sert usuellement. Vu qu’il s’encre et colorise sa partie, l’artiste instaure tout de suite une ambiance sombre, glauque grâce aux tons de couleurs grises et jaunâtres. De même, l’encrage accentué autour des silhouettes leur donne un aspect inquiétant qui convient bien au récit.
Mais suite à des problèmes de retard du premier artiste, JM Straczynski a trouvé une pirouette scénaristique pour changer d’artiste. Et là, attention, c’est le jour et la nuit.
CP Smith (que je ne connaissais pas) fait partie de ces dessinateurs qui utilisent les images de synthèse. L’encrage est donc très léger, d’autant plus que la palette de couleur est claire et un effet de brouillard persiste sur l’ensemble de sa partie. Ce travail donne un effet onirique qui, mine de rien, sert aussi le récit vu le contexte. Mais je ne reste pas très fan de ce genre, surtout dans les tons clairs qui prononcent l’effet numérique et donc brident l’immersion dans le récit.

Niveau édition, on reste sur un ouvrage classique de la collection contrebande avec quelques illustrations et des couvertures des numéros VO.

Ce premier volume de ce nouveau label de Joe Michael Straczynski livre donc une œuvre particulière pas vraiment au niveau scénaristique mais plutôt sur l’aspect visuel qui accentue dans un premier temps le côté glauque de l’œuvre puis sur un aspect onirique par la suite. Si vous aimez les œuvres sombres aux tendances loftcratiennes ou fantastiques, jetez-y un œil : ça devrait vous plaire.
Pour ma part, même si je ne l’ai pas trouvé original, le récit parvient à rendre son personnage intéressant et touchant, ce qui suffit à attiser ma curiosité. Et pourtant, je ne suis pas fan de ces pattes graphiques, espérons que la suite amène plus de surprise.

En bref

5
Blackiruah Suivre Blackiruah Toutes ses critiques (476)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Ten Grand
3
Ten Grand T.2

Ten Grand T.2 Staff

Lire la critique de Ten Grand T.2

Boutique en ligne
15,95€
Boutique en ligne
15,95€
Boutique en ligne
15,95€
Laissez un commentaire