7

Critique de Sandman #5

par Blackiruah le dim. 18 janv. 2015 Staff

Rédiger une critique
Après un quatrième tome bouleversant où le Sandman mit fin à la vie de son fils, Neil Gaiman se permet, une dernière fois, de nous raconter des récits indépendants avant de se lancer sur la dernière ligne droite.

Ce nouveau volume est donc constitué de 3 parties distinctes.
La partie principale se focalise sur un groupe de personnes, qui ont fui une catastrophe apocalyptique, réfugiées dans une auberge nommée « la fin du monde ». Afin d’attendre la fin du déluge, ces derniers vont chacun nous raconter une histoire, toute liée au Sandman et dans un genre différent. Ces histoires prouvent que Neil Gaiman maitrise tous les genres : chaque récit présente certains aspects du rêve, d’autres en disent plus sur certains personnages. L’auteur parvient à les narrer dans des styles complètement différents (fantasy, stressant, gai, funèbre, etc.) et les dessinateurs, qui changent à chaque conte, parviennent à bien retranscrire l’ambiance.
Le seul problème est de perdre complètement la dramatique qu’avait installé le volume précédent, d’autant plus qu’il est difficile de saisir où l’auteur veut nous amener avant les derniers pages de l’arc qui nous remet sur les rails du vrai fil conducteur.

Ce volume brille surtout par la présence de 2 autres récits qui se détachent de l’intrigue principale. « Ramadan » et la mini-série « The Dream hunter » narrent deux contes, l’une sur Bagdad, l’autre japonaise. Ces 2 œuvres nous émerveillent grâce à la féérie et le mystère des histoires mises en place par le scénariste. Les illustrations ne sont pas en reste. P. Craig Russel parvient à saisir admirablement les 2 univers et adapte ces scénarios en épousant la culture de chaque récit. A découvrir absolument.

En somme, ce dernier volume de Sandman brille par ces 2 petites pépites livrées par Neil Gaiman aux touches féériques et poétiques qui apportent leur pierre à l’édifice de cette œuvre majeure. L’arc principal est, lui, assez perturbant car volontairement détaché du fil conducteur même s’il réserve un certain plaisir de lecture. La collection permet toujours de saisir en profondeur l’œuvre à travers des entretiens instructifs non seulement sur le contenu mais aussi sur les diverses techniques de narrations.
Cette collection est toujours aussi intéressante. Même si ce volume perd en intensité sur ce volume, il reste incontournable. Il ne reste plus que 2 volumes, le final risque d’être vraiment épique. Rendez-vous pour le 6ème tome !

En bref

7
Blackiruah Suivre Blackiruah Toutes ses critiques (486)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Sandman
9
Sandman T.7

Sandman T.7 Staff

Lire la critique de Sandman T.7

5
Sandman T.6

Sandman T.6 Staff

Lire la critique de Sandman T.6

Boutique en ligne
35,00€
Boutique en ligne
35,00€
Boutique en ligne
35,00€
Laissez un commentaire