8

Critique de Batgirl - Année Un

par Blackiruah le jeu. 19 févr. 2015 Staff

Rédiger une critique
Barbara Gordon est un personnage important dans l’univers de Gotham. Fille du commissaire Gordon, elle a occupé 2 rôles essentiels. Tout d’abord, elle a incarné Batgirl, luttant au côté de Batman et Robin, puis devint Oracle, informatrice de talent auprès des héros de DC, après la tragédie de « Killing Joke » qui la privera de l’usage de ses jambes. Enfin avec l’arrivée des new 52, notre héroïne redevient Batgirl (sans vraiment savoir comment son handicap a été guéri).

Il est donc aisé de constater que Barbara est un élément phare de la mythologie batmanienne. Tout comme le « dynamic duo », DC Comics a décidé de lui consacrer une mini-série « year one » dépoussiérant la genèse de l’héroïne.

Scott Beatty et Chuck Dixon, au scénario, ont la bonne idée de ne pas tout réinventer et s’inspirent grandement de sa première apparition du « Detective Comics » n°359. Tout comme ce numéro, Killer Moth est l’ennemi principal de l’héroïne mais les scénaristes ont décidé de pousser plus loin en installant le vilain comme la némésis de Barbara. Mais le reste est grandement modernisé comme la narration.
Tel le « Year one » de Frank Miller, c’est Barbara qui raconte sa genèse (d’ailleurs la forme est identique avec des écrits sur des bouts de cahier). Ce choix permet de créer une complicité avec le lecteur qui découvre une Batgirl courageuse, un poil rebelle et moderne. La jeune fille maitrise déjà la haute technologie et se lance vaillamment dans sa quête pour devenir une super-héroïne amenant de l’action mais aussi des conflits intéressants avec son père, mais aussi avec Batman & Robin pas forcément fans de l’arrivée d’une nouvelle justicière.
D’ailleurs, il est plaisant de voir disparaitre cette candeur du commissaire Gordon puisqu’il suspecte rapidement sa jeune fille de tenir ce rôle si particulier. Ce fait permet aux auteurs d’aborder les relations adolescente/père savoureuses par moment.
En somme, le récit est bien construit de manière à comprendre l’avenir de l’héroïne sans s’ennuyer même s’il s’avère très classique.

La vraie sensation réside dans la beauté des planches de Marcos Martin. Dès l’ouverture de l’album, on est frappé par la clarté des couleurs qui traduit le ton lumineux du récit. A mi-chemin entre le cartoon et le réalisme, le trait fluide et fin de l’artiste apporte de la clarté et du dynamisme aux scènes d’actions tout en gardant un aspect réel à travers ses proportions justes. Tout comme Alan Davis, ses visages cartoony sont diablement efficaces tant il communique parfaitement les émotions. Marcos Martin fait un travail exceptionnel en faisant des illustrations évoquant « Batman le dessin animé» sans le copier. Une belle réussite.

L’édition deluxe met bien en valeur le récit grâce au grand format idéal pour contempler le travail de l’artiste. On y trouve aussi une préface et un sketchbook en fin de volume toujours agréable à découvrir.

« Batgirl - Année un » est le volume idéal pour découvrir la genèse de l’héroïne. L’œuvre est agréable à lire et aborde tous les aspects essentiels. Ce volume est destiné à tous et surtout aux fans de « Batman, le dessin animé » qui apprécieront d’autant plus le travail léché de Marcos Martin !

En bref

Barbara Gordon est un personnage important dans l’univers de Gotham. Fille du commissaire Gordon, elle a occupé 2 rôles essentiels. Tout d’abord, elle a incarné Batgirl, luttant au côté de Batman et Robin, puis devint Oracle, informatrice de talent auprès des héros de DC, après la tragédie de « Killing Joke » qui la privera de l’usage de ses jambes. Enfin avec l’arrivée des new 52, notre héroïne redevient Batgirl (sans vraiment savoir comment son handicap a été guéri). Il est donc aisé de constater que Barbara est un élément phare de la mythologie batmanienne. Tout comme le « dynamic duo », DC Comics a décidé de lui consacrer une mini-série « year one » dépoussiérant la genèse de l’héroïne. Scott Beatty et Chuck Dixon, au scénario, ont la bonne idée de ne pas tout réinventer et s’inspirent grandement de sa première apparition du « Detective Comics » n°359. Tout comme ce numéro, Killer Moth est l’ennemi principal de l’héroïne mais les scénaristes ont décidé de pousser plus loin en installant le vilain comme la némésis de Barbara. Mais le reste est grandement modernisé comme la narration. Tel le « Year one » de Frank Miller, c’est Barbara qui raconte sa genèse (d’ailleurs la forme est identique avec des écrits sur des bouts de cahier). Ce choix permet de créer une complicité avec le lecteur qui découvre une Batgirl courageuse, un poil rebelle et moderne. La jeune fille maitrise déjà la haute technologie et se lance vaillamment dans sa quête pour devenir une super-héroïne amenant de l’action mais aussi des conflits intéressants avec son père, mais aussi avec Batman & Robin pas forcément fans de l’arrivée d’une nouvelle justicière. D’ailleurs, il est plaisant de voir disparaitre cette candeur du commissaire Gordon puisqu’il suspecte rapidement sa jeune fille de tenir ce rôle si particulier. Ce fait permet aux auteurs d’aborder les relations adolescente/père savoureuses par moment. En somme, le récit est bien construit de manière à comprendre l’avenir de l’héroïne sans s’ennuyer même s’il s’avère très classique. La vraie sensation réside dans la beauté des planches de Marcos Martin. Dès l’ouverture de l’album, on est frappé par la clarté des couleurs qui traduit le ton lumineux du récit. A mi-chemin entre le cartoon et le réalisme, le trait fluide et fin de l’artiste apporte de la clarté et du dynamisme aux scènes d’actions tout en gardant un aspect réel à travers ses proportions justes. Tout comme Alan Davis, ses visages cartoony sont diablement efficaces tant il communique parfaitement les émotions. Marcos Martin fait un travail exceptionnel en faisant des illustrations évoquant « Batman le dessin animé» sans le copier. Une belle réussite. L’édition deluxe met bien en valeur le récit grâce au grand format idéal pour contempler le travail de l’artiste. On y trouve aussi une préface et un sketchbook en fin de volume toujours agréable à découvrir. « Batgirl - Année un » est le volume idéal pour découvrir la genèse de l’héroïne. L’œuvre est agréable à lire et aborde tous les aspects essentiels. Ce volume est destiné à tous et surtout aux fans de « Batman, le dessin animé » qui apprécieront d’autant plus le travail léché de Marcos Martin !

8
Blackiruah Suivre Blackiruah Toutes ses critiques (476)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Batgirl - Année Un
Boutique en ligne
19,00€
Boutique en ligne
19,00€
Boutique en ligne
19,00€
Laissez un commentaire