10

Critique de Daredevil #3

par Le Doc le sam. 14 nov. 2015 Staff

Rédiger une critique
Panini poursuit la publication de la série "Daredevil" avec un troisième volet de la collection 100% Marvel consacré à la prestation acclamée du scénariste Mark Waid et du dessinateur Chris Samnee (sans oublier Matthew Wilson aux couleurs). Comme à leur habitude, les auteurs nous embarquent à bord d'une véritable montagne russe émotionnelle et nous livrent cinq épisodes menés tambour battant, entre humour, drame et grand spectacle.

En bon connaisseur de la continuité qui se respecte, Mark Waid remet sur le devant de la scène une vieille connaissance de Tête-à-cornes, le Cascadeur (Stuntmaster en V.O.), créé par Roy Thomas et Gene Colan dans "Daredevil 58" en 1969, pour une intrigue en 2 épisodes qui parle en filigrane du rapport à la célébrité qu'entretiennent le héros et son adversaire. Après une discussion savoureuse entre Matt, Kirsten et Foggy, le genre de moment qui laisse un sourire sur le visage avant que l'émotion ne touche au détour d'une case, Waid dose suspense et révélations tout en orchestrant des scènes d'action pétaradantes qui mettent en valeur le dynamisme des planches riches en trouvailles du doué Chris Samnee.

L'histoire d'amour entre Kristen et Matt prend également un nouveau tournant, ce qui ne manque pas d'inquiéter l'avocat aveugle, dont le parcours amoureux n'a jamais été un long fleuve tranquille.
Dans l'épisode suivant, Matt Murdock décide finalement de concilier ses deux vies, son identité n'étant plus vraiment secrète, par l'intermédiaire d'un nouveau costume, idée séduisante pour un résultat brillant.

Tout semblait aller pour le mieux...et c'est alors que Daredevil rencontre l'étonnante Jubula Pride et que ressurgissent deux personnages croisés dans le premier album. Un final d'une tension implacable, palpitant, avec une belle montée en puissance implacable et une dernière page d'une grande efficacité.

Accompagné par les dessinateurs Marcos Martin, Paolo Riviera, Javier Rodriguez et Chris Samnee, Mark Waid a redonné un souffle indéniable à un personnage en perte de vitesse.
Le prochain album compilera les derniers épisodes de ce volume de la vie de Daredevil, qui reste l'une des meilleures séries Marvel du moment. Bientôt la fin, donc...sniff...

En bref

Panini poursuit la publication de la série "Daredevil" avec un troisième volet de la collection 100% Marvel consacré à la prestation acclamée du scénariste Mark Waid et du dessinateur Chris Samnee (sans oublier Matthew Wilson aux couleurs). Comme à leur habitude, les auteurs nous embarquent à bord d'une véritable montagne russe émotionnelle et nous livrent cinq épisodes menés tambour battant, entre humour, drame et grand spectacle. En bon connaisseur de la continuité qui se respecte, Mark Waid remet sur le devant de la scène une vieille connaissance de Tête-à-cornes, le Cascadeur (Stuntmaster en V.O.), créé par Roy Thomas et Gene Colan dans "Daredevil 58" en 1969, pour une intrigue en 2 épisodes qui parle en filigrane du rapport à la célébrité qu'entretiennent le héros et son adversaire. Après une discussion savoureuse entre Matt, Kirsten et Foggy, le genre de moment qui laisse un sourire sur le visage avant que l'émotion ne touche au détour d'une case, Waid dose suspense et révélations tout en orchestrant des scènes d'action pétaradantes qui mettent en valeur le dynamisme des planches riches en trouvailles du doué Chris Samnee. L'histoire d'amour entre Kristen et Matt prend également un nouveau tournant, ce qui ne manque pas d'inquiéter l'avocat aveugle, dont le parcours amoureux n'a jamais été un long fleuve tranquille. Dans l'épisode suivant, Matt Murdock décide finalement de concilier ses deux vies, son identité n'étant plus vraiment secrète, par l'intermédiaire d'un nouveau costume, idée séduisante pour un résultat brillant. Tout semblait aller pour le mieux...et c'est alors que Daredevil rencontre l'étonnante Jubula Pride et que ressurgissent deux personnages croisés dans le premier album. Un final d'une tension implacable, palpitant, avec une belle montée en puissance implacable et une dernière page d'une grande efficacité. Accompagné par les dessinateurs Marcos Martin, Paolo Riviera, Javier Rodriguez et Chris Samnee, Mark Waid a redonné un souffle indéniable à un personnage en perte de vitesse. Le prochain album compilera les derniers épisodes de ce volume de la vie de Daredevil, qui reste l'une des meilleures séries Marvel du moment.

10
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (641)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Daredevil
Boutique en ligne
16,00€
Boutique en ligne
16,00€
Boutique en ligne
16,00€
Boutique en ligne
16,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)