8

Critique de Damned

par Le Doc le dim. 10 avril 2016 Staff

Rédiger une critique
"On dit que les prisons sont remplies d'hommes innocents. Mick Thorne n'était pas de ceux-là. Au cours de son procès, il avait plaidé coupable, contre l'avis de son avocat. En quatre ans passés ici, il n'était jamais revenu sur ses aveux. Et n'avait jamais demandé pardon. Du point de vue de Mick, on a le choix entre assumer ses actions ou s'enfuir en gueulant. Et pas une fois dans sa vie, Mick n'avait fui."
Dès les premiers récitatifs, le scénariste Steven Grant établit autant le ton de son récit que le credo de son personnage principal. Mick Thorne sort de prison avec une chose en tête : respecter la promesse qu'il a faite à son compagnon de cellule mourant. Et quand Mick Thorne donne sa parole, il va jusqu'au bout de ses engagements...et gare à ceux qui se mettront en travers de sa route.

Comme il l'écrit dans sa préface, Steven Grant a toujours voulu écrire un polar noir en bande dessinée, ce qui n'a pendant longtemps pas été une mince affaire dans un marché dominé par les comics de super-héros. Dans les années 80, son travail ressemblant le plus à ce type de thriller fut la mini-série "Cercle de sang" réalisée pour l'éditeur Marvel et qui remit le Punisher sur le devant de la scène. Le fameux justicier aux méthodes expéditives vivotait dans les recoins de l'univers Marvel depuis plusieurs années et le succès de "Cercle de sang" signa le renouveau du personnage qui aura droit à 3 titres mensuels dans les années qui suivirent (et c'est sans compter une flopée de mini-séries et d'apparitions dans les séries des autres héros Marvel).
Sur "Cercle de sang", Steven Grant a fait équipe avec le dessinateur Mike Zeck (et ce n'était pas la première fois, puisque les deux compères avaient déjà rodé leur collaboration sur un Marvel Team-Up de 1980), qui sortait du marathon des premières Guerres Secrètes, le premier "méga-évent" Marvel (comme on les appelle maintenant). Pour ma part, les "Guerres Secrètes" ne sont pas vraiment représentatives du talent de Mike Zeck, pressé (il me semble) par les délais et peu valorisé par l'encrage.

Grant et Zeck reformèrent leur duo à plusieurs occasions, dont un graphic novel du Punisher et un très bon diptyque sur Batman (publié en France dans l'éphémère revue Batman Legend), et purent enfin s'atteler pleinement au genre polar à la fin des années 90 grâce au label Homage de l'éditeur Wildstorm. Et c'est ainsi qu'est né "Damned".
"Damned" ne prétend pas révolutionner le polar noir, mais il en utilise les codes avec une grande efficacité pour nourrir le parcours de Mike Thorne : pessimisme ambiant, violence prégnante, environnement urbain réaliste, écriture comportementaliste...
La partie graphique est solide et met idéalement en valeur l'atmosphère développée par le scénariste; l'ensemble se révèle de plus très bien ficelé et tient en haleine grâce à un suspense maîtrisé et des rebondissements bien amenés.

À noter qu'il s'agit de la deuxième édition française de cette mini-série, qui fut publiée précédemment par Kymera dans un format souple en 2005.

En bref

8
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (641)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
7,99€
Boutique en ligne
7,99€
Boutique en ligne
7,99€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)