6

Critique de Ghostbusters #4

par Le Doc le dim. 4 sept. 2016 Staff

Rédiger une critique
Ce tome 4 des exploits des Casseurs de Fantômes compile les épisodes 13 à 16 de la première série des "Ghostbusters", publiés fin 2012 aux Etats-Unis par l'éditeur IDW. Ces quatre numéros ont d'ailleurs clôturé le volume 1 du comic-book, avant le lancement du volume 2 en février 2013 qui a permis au scénariste Erik Burnham et au dessinateur Dan Schoening de poursuivre leurs intrigues en cours (ce quatrième album se terminant sur une fin ouverte, à l'instar du dernier épisode d'une saison d'une série télévisée).

À propos des auteurs, il est d'ailleurs dommage que les noms composant l'équipe créative ne figurent pas dans cette édition française qui ne contient que les pages de BD, sans page de résumé de l'album précédent et sans démarcation entre chaque épisode...mais passons...

Après avoir sillonné les routes d'Amérique dans le road-trip intitulé "Haunted America" ("Spectres à gogo" en V.F.), les Ghostbusters sont enfin de retour à New-York. Ils découvrent alors qu'ils ont de la concurrence : les Ghost Smashers sont une équipe de filles super-sexy dirigées par Ron Alexander, un crétin arrogant qui utilise des packs de protons défectueux. Ron était déjà apparu à plusieurs reprises depuis le début de la série : rejeté par les Ghostbusters, son ressentiment l'a conduit à voler des plans et les copier pour leur apporter ses améliorations et lancer son propre business. Mais n'est pas Ray et Egon qui veut et la catastrophe n'est pas loin...

Après avoir planté les graines de ce dernier arc depuis plusieurs mois, Erik Burhnam (ici secondé au scénario par Tristan Jones, qui est également dessinateur) précipite un peu trop la confrontation entre les deux équipes, qui déçoit dans la dernière ligne droite. Les filles ne sont que des belles plantes aux traits de caractères à peine esquissés (mais elles seront de retour dans le volume 2 et y seront peut-être un peu mieux développées) et les empoignades entre nos héros et Ron Alexander sont superficielles. Mais comme souvent, et malgré un épisode 15 un brin décevant, la bonne humeur de l'ensemble est communicative...c'est bien rythmé et le dessin cartoony toujours aussi expressif et dynamique.

Le dernier épisode du volume 1 est en grande partie une histoire solo de Winston Zeddemore qui doit passer une partie de son Noël à affronter une vieille connaissance à la Full Metal Jacket...et à propos de vieille connaissance, un certain conservateur de musée frappadingue va de nouveau se dresser sur le chemin des Ghostbusters !

En bref

6
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (535)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Ghostbusters
Boutique en ligne
14,95€
Boutique en ligne
14,95€
Boutique en ligne
14,95€
Laissez un commentaire