6

Critique de The empty man

par Equinoxe le dim. 2 oct. 2016 Staff

Rédiger une critique
Cela fait un an que le monde est atteint d’une terrible épidémie. A ce jour, nous n’en connaissons toujours pas l’origine et ne sommes pas capables de la prévenir ou de la guérir. Chaque patient réagit différemment à l’infection, mais tous adoptent des comportements hyper-violents et se disent « forcés par l’homme vide ». Les autorités doivent faire face à de plus en plus de cas et se retrouvent confrontés à des massacres, des suicides, de la barbarie à l’état pur. Pour exemple, prenons Maureen Simmons, une mère de famille vivant à Atlanta, dont nous n’avons retrouvé que la peau, clouée sur le papier peint de sa chambre… Je vous ai présenté ici le fond de l’histoire, la base sur laquelle tient le scénario. C’est précisément cette épidémie et les mystères qui l’entourent qui ont su me captiver. D’où vient la maladie ? Pourquoi se déclenche-t-elle uniquement chez certaines personnes ? Pourquoi une telle violence ? C’est à ces questions que les agents Jensen et Langford espèrent trouver des réponses au cours de leur enquête. Ils doivent également faire face à des réactions et des regroupements inattendus provoqués par la peur et l’adoration de « l’homme vide ». Des cultes se développent, des sectes, des groupes de paroles… Au milieu de cela se mêlent des disparitions, des meurtres et autres complications qui, au final, viennent presque surcharger le récit. Les informations nous sont données au compte-gouttes, pour nous tenir en haleine, nous questionner, mais l’effet n’est malheureusement pas des plus réussis. Le déroulement de l’histoire est par moment trop lent, trop pénible à lire et si la première partie du comic-book parvient à nous captiver, la deuxième nous essoufflerait presque. Le style graphique est assez particulier, certaines cases semblent esquissées, à la limite du brouillon. La mise en couleur est assez peu détaillée et très sombre. Mais il s’agît, pour moi, d’un atout pour cette série. Le dessin nous amène à suivre l’histoire dans une ambiance particulière, sombre, tendue ou l’on se sent presque embourbé dans la noirceur du récit qui passe à merveilles des mots aux coups de crayon. En définitive je dirais que ce « The Empty Man » a énormément d’atouts mais qu’ils ne sont pas exploités à leur juste mesure. L’achèvement du récit nous laisse un sentiment mitigé, un peu sur notre faim, mais je ne regrette pas d’avoir eu ce livre entre les mains. Malgré tous ses défauts, ce comic-book a su me faire réfléchir, me questionner et c’est une grande partie de ce que j’attends dans mes lectures !

En bref

6
Equinoxe Suivre Equinoxe Toutes ses critiques (93)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
15,95€
Boutique en ligne
15,95€
Boutique en ligne
15,95€
Boutique en ligne
15,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)