6

Critique de La Sorcière Rouge #1

par Blackiruah le jeu. 29 déc. 2016 Staff

Rédiger une critique
Depuis le dernier relaunch de Marvel, l’univers magique a repris du poil de la bête chez la maison des idées (facilité aussi par l’apparition de Strange au cinéma). Ainsi, nous avons pu découvrir la nouvelle série de Doctor Strange de Jason Aaron (excellente au passage), frère Vaudoo a une place non négligeable dans la série « Uncanny Avengers » et pour finir, l’éditeur a décidé de publier une nouvelle série sur la sorcière rouge.

Le personnage qui ressort petit à petit de l’oubli (et pas forcément en bien ni pour de bonnes raisons – cf. AXIS…) s’est refait une santé. Dorénavant, Wanda est définitivement loin de Vision et laisse une certaine distance entre son frère et elle. Et justement, elle va devoir affronter une menace seule qui sème et détruit différentes sources magiques pour des raisons mystérieuses, menace qui l’amènera à aller au quatre coins du monde.

Scénarisé par James Robinson accompagné d’un ensemble d’artistes, j’étais curieux de découvrir ce que le scénariste, qui a réussi à pondre une excellente dernière mouture de Squadron Supreme, nous réservait avec la sorcière. Eh bien je reste mitigé.

La lecture n’est pas désagréable, mais elle manque clairement d’ambition. Nous découvrons plusieurs récits indépendants dont l’intrigue de fond est bien trop vite résolue. D’ailleurs, chaque récit pourrait être lu indépendamment (sauf les épisodes 3 et 4 qui vont de pair) et est réalisé par un artiste différent. Et c’est là que le titre brille car chaque illustrateur va amener un style différent tout en s’éclatant avec le personnage. Je retiens particulièrement 3 artistes. Marco Rudy qui brille par ses planches déstructurées et ses peintures sublimes, Javier Pullido qui met en valeur son épisode à travers son trait élégant et le défunt Steve Dillon qui livre ici une performance de qualité.

Mais hormis l’expérience visuelle, il n’y a pas grand-chose à retenir si ce n’est que la série semble déjà bien ancrée dans l’univers avec une magie qui impose les mêmes conséquences (tout sort impose un prix), le vilain est issu de la série « Uncanny Avengers ». Bref, c’est cohérent si ce n’est une erreur sur un personnage qui apparaît comme un fantôme alors qu’il est bel et bien vivant dans « Vision ». J’ai eu du mal à voir où James Robinson voulait en venir, mais il ne se contente que de réinstaller le personnage et son univers magique en laissant quelques pistes pour l’avenir comme avec sa supposée mère.

Edition 100% oblige, le format cartonné au dos gris est de bonne facture tout comme les pages de l’ouvrage. Avec quelques bonus en fin de volume avec différentes variants, Panini a définitivement trouvé la bonne formule pour cette collection.

Cette nouvelle série de de la Sorcière rouge n’est pas une franche réussite et pêche par son manque d’ambition. Elle propose tout de même une expérience visuelle intéressante et quelques pistes motifs d’espoir pour l’avenir. J’en attendais tout de même plus de James Robinson, mais bon… L’espoir persiste. Affaire à suivre.

En bref

6
Blackiruah Suivre Blackiruah Toutes ses critiques (477)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de La Sorcière Rouge
Boutique en ligne
16,00€
Boutique en ligne
16,00€
Boutique en ligne
16,00€
Laissez un commentaire