9

Critique de Star Wars - Classic #5

par Le Doc le lun. 16 janv. 2017 Staff

Rédiger une critique
Cette cinquième livraison de l'Intégrale du premier comic-book "Star Wars" publié par Marvel dans les années 70/80 propose la première partie de la seconde période importante de la série (après les épisodes de Archie Goodwin en grande partie dessinés par Carmine Infantino). Le run de David Michelinie et Walt Simonson a débuté au numéro 51 et s'est terminé au #69 pour le scénariste et au #66 pour le dessinateur (et co-scénariste).

David Michelinie était alors principalement connu pour sa longue prestation sur la série "Iron Man" et il allait s'installer durablement sur les univers de Lucasfilm puisqu'on l'a retrouvé par la suite sur la série "The Further Adventures of Indiana Jones" et les adaptations des deuxième et troisième aventures cinématographiques du célèbre archéologue aventurier. Walt Simonson n'en était pas à son premier travail sur une franchise puisqu'il venait de signer une douzaine d'épisodes de "Battlestar Galactica". Après "Star Wars", Walt Simonson est devenu le scénariste et dessinateur de "The Mighty Thor", avec le succès que l'on connaît. Depuis le #49, Tom Palmer est devenu l'encreur régulier de "Star Wars" et a grandement participé à la régularité graphique du titre jusqu'à son dernier épisode, le #94.

Habitué du travail d'équipe, David Michelinie n'a pas écrit "Star Wars" en solo très longtemps puisque Walt Simonson a participé à l'élaboration des intrigues dès le #57. Le cinquième volume de l'Intégrale compile les épisodes 51 à 61, qui sont à classer parmi les meilleurs de la série.

On débute par un diptyque palpitant et mené de main de maître (#51 et 52) qui voit nos héros se lancer à l'assaut de la nouvelle arme de l'Empire, un engin de la mort baptisé le Tarkin. Dark Vador (avec sa manière bien particulière de châtier la moindre erreur) doit quant à lui faire face à une mutinerie des officiers placés sous ses ordres.
Après avoir du quitter Hoth au début de "L'Empire contre-attaque", la Rébellion cherche une nouvelle base d'opération...et si possible dans un climat un peu plus tempéré. Le choix s'est porté sur la planète Arbra. Le #55 permet au lecteur de faire la connaissance des Hoojibs, mignonnes petites boules de poils télépathes dont le "porte-pensée" Plif deviendra un des personnages récurrents de la série. Un répit un peu plus léger qui ne dure pas puisque les rebelles affrontent ensuite un représentant très dangereux de la faune d'Arbra.

Les #56 et 57 sont centrés sur Lando Calrissian, qui effectue un retour mouvementé sur Bespin, la cité des nuages dont il fut l'administrateur avant son départ précipité dans "L'Empire contre-attaque". C'est l'occasion d'en apprendre un peu plus sur le fonctionnement de la cité et d'insister sur le rôle important des Ughnauts. Le #58 donne à C-3PO et R2D2 l'occasion de briller et la mission du #59 permet à Luke, Lando et Chewie de former un trio efficace (avec tous ces détours, ça ne m'étonne pas que la recherche de Han Solo ait pris autant de temps). Les #60 et 61 sont les deux premiers chapitres d'une longue saga aux rebondissements dramatiques qui remettront en question la position de Luke au sein de la Rébellion.
Voilà une série d'épisodes remarquablement écrits et dessinés, aux péripéties très bien ficelées et au cliffhangers accrocheurs. Des personnages comme Shira Brie et Plif sont d'excellentes additions à ce premier Univers Etendu de la Saga des Etoiles.

Je reviens maintenant sur les épisodes 53 et 54, réalisés par une équipe composée de Chris Claremont au scénario, Carmine Infantino et Walt Simonson aux dessins et Frank Giacoia, Al Milgrom, Tom Palmer et Alan Kupperberg à l'encrage. Après que son vaisseau ait été attaqué par des impériaux, la princesse Leia échoue sur une planète aux personnages et à l'environnement très familier. Il s'agit en fait du recyclage de planches de Carmine Infantino prévues à l'origine pour la série "John Carter of Mars" avant l'annulation de celle-ci. Pour que les pages ne soient pas perdues, Chris Claremont a imaginé une nouvelle intrigue et concocté de nouveaux dialogues et Walt Simonson a retouché les dessins existants pour les adapter à l'univers Star Wars. La cuisine a bien pris, malgré un côté un peu trop verbeux.

Un récit inédit en V.F. clôt le sommaire. Publié par le petit éditeur Blackthorne Publishing (qui a sorti à l'époque une poignée de titres Star Wars avant que Dark Horse récupère les droits), ce second "Star Wars 3D" (ici pas d'effets en 3 dimensions, la bande dessinée est reproduite en noir et blanc) propose une version alternative de la découverte de la planète Hoth (qui diffère donc de celle des strips de presse Star Wars). Une sympathique rareté que l'on doit au vétéran Len Wein et à un débutant nommé Patrick Zircher. Son trait n'était pas encore assuré (les finitions de certaines cases laissent à désirer) mais l'ensemble n'est pas déshonorant (j'aime bien le rendu des visages des acteurs, les silhouettes sont élégantes, les scènes d'action sont pêchues)...

Une galerie d'illustrations complète ce copieux programme.

En bref

Cette cinquième livraison de l'Intégrale du premier comic-book "Star Wars" publié par Marvel dans les années 70/80 propose la première partie de la seconde période importante de la série (après les épisodes de Archie Goodwin en grande partie dessinés par Carmine Infantino). Le run de David Michelinie et Walt Simonson a débuté au numéro 51 et s'est terminé au #69 pour le scénariste et au #66 pour le dessinateur (et co-scénariste). David Michelinie était alors principalement connu pour sa longue prestation sur la série "Iron Man" et il allait s'installer durablement sur les univers de Lucasfilm puisqu'on l'a retrouvé par la suite sur la série "The Further Adventures of Indiana Jones" et les adaptations des deuxième et troisième aventures cinématographiques du célèbre archéologue aventurier. Walt Simonson n'en était pas à son premier travail sur une franchise puisqu'il venait de signer une douzaine d'épisodes de "Battlestar Galactica". Après "Star Wars", Walt Simonson est devenu le scénariste et dessinateur de "The Mighty Thor", avec le succès que l'on connaît. Depuis le #49, Tom Palmer est devenu l'encreur régulier de "Star Wars" et a grandement participé à la régularité graphique du titre jusqu'à son dernier épisode, le #94. Habitué du travail d'équipe, David Michelinie n'a pas écrit "Star Wars" en solo très longtemps puisque Walt Simonson a participé à l'élaboration des intrigues dès le #57. Le cinquième volume de l'Intégrale compile les épisodes 51 à 61, qui sont à classer parmi les meilleurs de la série. On débute par un diptyque palpitant et mené de main de maître (#51 et 52) qui voit nos héros se lancer à l'assaut de la nouvelle arme de l'Empire, un engin de la mort baptisé le Tarkin. Dark Vador (avec sa manière bien particulière de châtier la moindre erreur) doit quant à lui faire face à une mutinerie des officiers placés sous ses ordres. Après avoir du quitter Hoth au début de "L'Empire contre-attaque", la Rébellion cherche une nouvelle base d'opération...et si possible dans un climat un peu plus tempéré. Le choix s'est porté sur la planète Arbra. Le #55 permet au lecteur de faire la connaissance des Hoojibs, mignonnes petites boules de poils télépathes dont le "porte-pensée" Plif deviendra un des personnages récurrents de la série. Un répit un peu plus léger qui ne dure pas puisque les rebelles affrontent ensuite un représentant très dangereux de la faune d'Arbra. Les #56 et 57 sont centrés sur Lando Calrissian, qui effectue un retour mouvementé sur Bespin, la cité des nuages dont il fut l'administrateur avant son départ précipité dans "L'Empire contre-attaque". C'est l'occasion d'en apprendre un peu plus sur le fonctionnement de la cité et d'insister sur le rôle important des Ughnauts. Le #58 donne à C-3PO et R2D2 l'occasion de briller et la mission du #59 permet à Luke, Lando et Chewie de former un trio efficace (avec tous ces détours, ça ne m'étonne pas que la recherche de Han Solo ait pris autant de temps). Les #60 et 61 sont les deux premiers chapitres d'une longue saga aux rebondissements dramatiques qui remettront en question la position de Luke au sein de la Rébellion. Voilà une série d'épisodes remarquablement écrits et dessinés, aux péripéties très bien ficelées et au cliffhangers accrocheurs. Des personnages comme Shira Brie et Plif sont d'excellentes additions à ce premier Univers Etendu de la Saga des Etoiles. Je reviens maintenant sur les épisodes 53 et 54, réalisés par une équipe composée de Chris Claremont au scénario, Carmine Infantino et Walt Simonson aux dessins et Frank Giacoia, Al Milgrom, Tom Palmer et Alan Kupperberg à l'encrage. Après que son vaisseau ait été attaqué par des impériaux, la princesse Leia échoue sur une planète aux personnages et à l'environnement très familier. Il s'agit en fait du recyclage de planches de Carmine Infantino prévues à l'origine pour la série "John Carter of Mars" avant l'annulation de celle-ci. Pour que les pages ne soient pas perdues, Chris Claremont a imaginé une nouvelle intrigue et concocté de nouveaux dialogues et Walt Simonson a retouché les dessins existants pour les adapter à l'univers Star Wars. La cuisine a bien pris, malgré un côté un peu trop verbeux. Un récit inédit en V.F. clôt le sommaire. Publié par le petit éditeur Blackthorne Publishing (qui a sorti à l'époque une poignée de titres Star Wars avant que Dark Horse récupère les droits), ce second "Star Wars 3D" (ici pas d'effets en 3 dimensions, la bande dessinée est reproduite en noir et blanc) propose une version alternative de la découverte de la planète Hoth (qui diffère donc de celle des strips de presse Star Wars). Une sympathique rareté que l'on doit au vétéran Len Wein et à un débutant nommé Patrick Zircher. Son trait n'était pas encore assuré (les finitions de certaines cases laissent à désirer) mais l'ensemble n'est pas déshonorant (j'aime bien le rendu des visages des acteurs, les silhouettes sont élégantes, les scènes d'action sont pêchues)... Une galerie d'illustrations complète ce copieux programme.

9
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (536)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Star Wars - Classic
Boutique en ligne
27,95€
Boutique en ligne
27,95€
Boutique en ligne
27,95€
Boutique en ligne
27,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)