8

Critique de Rachel Rising #7

par Blackiruah le jeu. 2 mars 2017 Staff

Rédiger une critique
Décidément le mois de Février 2017 aura été fatal pour mes collections : après la conclusion de Tony Chu, c’est à la série de Terry Moore, « Rachel Rising », de s’achever ce mois-ci.

Et ce n’est finalement pas dans la boucherie que se finit ce dernier volume où j’ai pu retrouver une dernière fois, Rachel et compagnie. L’auteur va en réalité au bout de cette idée de créer une sororité qui va devoir affronter les menaces magiques ou non avec Rachel, Zoé mais aussi Lilith.
Avec ce dernier volume, le lecteur est préoccupé par 2 points : comment vont-elles vaincre Malus, le démon qui massacre tout ce qui bouge depuis le début, et qui a bien pu agresser Rachel au début de ce volume. Fort heureusement, nous aurons bien les réponses à nos questions. Mais tout n’est pas parfait.
Le problème, avec les fins, est que nous attendons toujours le feu d’artifice ou du moins quelque chose de spectaculaire ou surprenant. Or, ici, c’est tout l’inverse. Terry Moore a choisi de régler l’ensemble de ses intrigues de manière très convenue sans réel suspens (malgré une maigre volonté de nous flouer sur l’identité de l’agresseur de Rachel).
Mais dans le fond, est-ce vraiment le but de l’auteur ? Je pense que ce dernier a surtout voulu former un groupe de personnes, les souder dans un contexte horrifique. En ce sens, c’est une formidable réussite. Terry Moore est parvenu à nous faire aimer (ou détester) tous ses personnages tout en parvenant à leur donner vie grâce à ses nombreuses intéractions très humaines.
De ce point de vue, la série « Rachel Rising » est exceptionnelle. Je me suis attaché à un grand nombre de personnages et j’ai adoré lire ces dialogues savoureux à chaque page.

La série a aussi été parfaite visuellement du début à la fin. L’élégance du trait de Terry Moore s’apprécie d’autant plus avec ces pages en noir et blanc. J’ai découvert un artiste qui illustre admirablement les femmes, sans exagération, renforçant le charme de cette saga.

Bref, je ne vous cache pas que je suis légèrement triste de ne plus pouvoir retrouver Rachel, Zoé et même Lilith dans l’avenir. Du moins, dans la série « Rachel Rising » en tout cas, je me suis vraiment attaché aux personnages de ces séries, et en fermant ce dernier album, c’est un peu comme quitter des amis récents avec ce sentiment de ne plus jamais les revoir. C’est triste tout de même, car ils étaient franchement sympas.

J’invite, en tout cas, tout lecteur à découvrir cette œuvre qui excelle dans le fait de donner vie et du fond à des personnages par le biais d’intéractions étonnantes qui devraient inspirer un grand nombre d’auteurs. En plus, c’est superbement illustré, pourquoi hésiter ?

En bref

Décidément le mois de Février 2017 aura été fatal pour mes collections : après la conclusion de Tony Chu, c’est à la série de Terry Moore, « Rachel Rising », de s’achever ce mois-ci. Et ce n’est finalement pas dans la boucherie que se finit ce dernier volume où j’ai pu retrouver une dernière fois, Rachel et compagnie. L’auteur va en réalité au bout de cette idée de créer une sororité qui va devoir affronter les menaces magiques ou non avec Rachel, Zoé mais aussi Lilith. Avec ce dernier volume, le lecteur est préoccupé par 2 points : comment vont-elles vaincre Malus, le démon qui massacre tout ce qui bouge depuis le début, et qui a bien pu agresser Rachel au début de ce volume. Fort heureusement, nous aurons bien les réponses à nos questions. Mais tout n’est pas parfait. Le problème, avec les fins, est que nous attendons toujours le feu d’artifice ou du moins quelque chose de spectaculaire ou surprenant. Or, ici, c’est tout l’inverse. Terry Moore a choisi de régler l’ensemble de ses intrigues de manière très convenue sans réel suspens (malgré une maigre volonté de nous flouer sur l’identité de l’agresseur de Rachel). Mais dans le fond, est-ce vraiment le but de l’auteur ? Je pense que ce dernier a surtout voulu former un groupe de personnes, les souder dans un contexte horrifique. En ce sens, c’est une formidable réussite. Terry Moore est parvenu à nous faire aimer (ou détester) tous ses personnages tout en parvenant à leur donner vie grâce à ses nombreuses intéractions très humaines. De ce point de vue, la série « Rachel Rising » est exceptionnelle. Je me suis attaché à un grand nombre de personnages et j’ai adoré lire ces dialogues savoureux à chaque page. La série a aussi été parfaite visuellement du début à la fin. L’élégance du trait de Terry Moore s’apprécie d’autant plus avec ces pages en noir et blanc. J’ai découvert un artiste qui illustre admirablement les femmes, sans exagération, renforçant le charme de cette saga. Bref, je ne vous cache pas que je suis légèrement triste de ne plus pouvoir retrouver Rachel, Zoé et même Lilith dans l’avenir. Du moins, dans la série « Rachel Rising » en tout cas, je me suis vraiment attaché aux personnages de ces séries, et en fermant ce dernier album, c’est un peu comme quitter des amis récents avec ce sentiment de ne plus jamais les revoir. C’est triste tout de même, car ils étaient franchement sympas. J’invite, en tout cas, tout lecteur à découvrir cette œuvre qui excelle dans le fait de donner vie et du fond à des personnages par le biais d’intéractions étonnantes qui devraient inspirer un grand nombre d’auteurs. En plus, c’est superbement illustré, pourquoi hésiter ?

8
Blackiruah Suivre Blackiruah Toutes ses critiques (476)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Rachel Rising
Boutique en ligne
14,50€
Boutique en ligne
14,50€
Boutique en ligne
14,50€
Laissez un commentaire