8

Critique de Weird Detective

par bulgroz le mar. 15 août 2017 Staff

Rédiger une critique
New York. Une série de crimes étranges oblige le département de police à placer sur l’affaire son plus fin limier, Sebastian Greene, un Sherlock Holmes moderne que personne n’apprécie ni ne comprend trop. On ne le comprend pas, ni lui, ni ses méthodes peu conventionnelles d’ailleurs, et on s’en méfie même. Alors on décide d’enquêter sur lui. L’inspectrice Sana Fayez, également en charge de l’enquête sur les crimes mystérieux, est missionnée par ses supérieurs pour découvrir les secrets de ce mystérieux Greene…

Le comics s’ouvre avec cette phrase : « S’il est bien une chose réconfortante en ce monde, selon moi, c’est la capacité qu’a le cerveau de mettre en corrélation tout ce qu’il reçoit ». D’où cela sort-il ? Du cerveau d’Howard Phillips Lovecraft : « Ce qui est, à mon sens, pure miséricorde en ce monde, c'est l'incapacité de l'esprit humain à mettre en corrélation tout ce qu'il renferme ». L’hommage au champion américain de la littérature d’horreur est flagrant. Amateurs et amatrices du créateur de L’Appel de Cthulhu et des Montagnes hallucinées, vous allez être servis. On ne vous en dévoile pas trop, mais dans Weird Detective il est question de créatures à tête de poulpe… "Weird" Detective, comme les "Weird" Tales, qui publièrent les premiers écrits de Lovecraft. D’ailleurs, signalons au passage la sortie en 2016 d’une intégrale des adaptations en BD de quatre romans de Lovecraft par Ian Culbard, chez Akileos également.

Le scénario de Fred Van Lente (Cowboys & Aliens, Marvel Zombie) est malin, les amateurs de fantastique et d’horreur en auront pour leur argent. Les dialogues sont drôles. On suit avec plaisir l’évolution de la relation entre les deux enquêteurs. Des personnages franchement attachants : le louche Greene qui, parfois, nous rappelle un certain John Constantine, la fière et tenace Sana Fayez...
Le jeune illustrateur Guiu Vilanova (Dark Shadows chez Dynamite, Conan the Avenger chez Dark Horse) livre des planches au dessin résolument adulte. C’est beau, c’est dynamique. Mention spéciale aux créatures.

Le New York dans lequel évoluent Greene et Fayez est gangrenée par la corruption. Les flics sont véreux. On aurait apprécié que le scénariste approfondisse cet aspect de l’histoire, que le côté polar et roman noir ressorte davantage. Lovecraft à Gotham, quoi !
Il n’en reste pas moins que cet album est une très belle surprise. On attend avec impatience de nouvelles aventures de l’inspecteur Greene !

En bref

8
bulgroz Suivre bulgroz Toutes ses critiques (65)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
16,00€
Boutique en ligne
16,00€
Boutique en ligne
16,00€
Laissez un commentaire