Quand Sui ISHIDA dessine Hunter x Hunter

Un chapitre sur Hisoka

C'est dans le webmag Jump+ de la Shueisha que les japonais ont pu découvrir l'ébauche d'un chapitre de Hunter x Hunter de 69 pages dessiné par Sui ISHIDA, l'auteur de Tokyo Ghoul.


Cette collaboration a été réalisée à l'occasion de la sortie du 33ème tome de la série après 3 ans d'absence et du 7ème tome de Tokyo Ghoul:RE. Fan du personnage d'Hisoka, il a décidé de center l'histoire sur lui. L'auteur de Hunter x Hunter,Yoshihiro TOGASHI, lui a donné carte blanche sur le scénario, impatient de voir ce que cela allait donner.

Espérons que nous retrouverons ce chapitre en bonus chez nous dans le tome 33 de la série !

Voici l'interview des deux auteurs en anglais pour ceux que ça intéresse : 


Ishida Sui (hereafter Ishi): I’ve made you wait quite a while since we began talking about this, until I could show you the finished storyboard.

To: No, no. You were also drawing your regular comic, so it couldn’t be helped. I’ve read the story, and it was really good. I didn’t think it was going to be this long, so I was very surprised.

Ishi: Since this project began I’ve had this storyboard in my head constantly, but internally the bar kept getting higher… Because I was going to show it to Togashi-sensei, whom I greatly respect, I didn’t want to show him anything poorly done, and I wanted to construct my own worldview within “Hunter x Hunter”, and so many other things I kept overthinking – it really hindered my progress (laugh). I spent a whole year that way, taking two steps forward and one step back.

To: Since “Hunter x Hunter” is the kind of work which, to a certain degree, can accommodate any worldview, I really wouldn’t mind if you had just freely created a setting. About the manuscript, though – this is drawn in a lot of detail. It’s not like an under drawing or a rough.

Ishi: Yes, I don’t normally draw this much…

— This is a story about Hisoka, but is Hisoka really your favourite character in “Hunter x Hunter”?

Ishi: That’s right. When I was in junior high school, the first manga I copied was of Hisoka. It was the scene where Hisoka is letting down his hair after a bath, after he has a battle in Heaven’s Arena. It was so cool I just had to draw it (laugh).

To: It’s true, I also like when a character with swept back hair lets it down. That scene was influenced by the main character in “Shounan Bakusouzoku”, who normally has a pompadour. He was so cool when he let his hair down, I decided I had to put it in my manga. “Yuu Yuu Hakusho”’s Yuusuke is the same.

— Chrollo from “Hunter x Hunter” also has a scene like that, doesn’t he?

To: Out of the characters in “Tokyo Ghoul”, I like Juuzou the best. I like Hisoka too, and they’re kind of similar. They’re a bit crazy – like how they enjoy hurting themselves. I’ll keep hurting him nicely in “Hunter x Hunter”, as well (laugh).

Ishi: I’m looking forward to it (laugh). Since starting on this storyboard, I’ve drawn drafts I didn’t end up liking, even stuff I drew and immediately after thought “This is no good.” And in the midst of all that I lost sight of what was fun about it. I was taking it too seriously, I think. I even told my editor “If this keeps up I might not be able to make comics anymore.” And they said something like “To hear Ishida-sensei say that after coming into contact with Togashi-sensei’s talent makes me happy”. I was like “What are you saying when I’m this upset?” (laugh). I think my editor appreciates me, but I really felt like I had no allies.

— That’s just your editor’s love, probably (laugh).

To: It’s true – the scariest state for a mangaka is when you can’t remember why it’s fun.

Ishi: It really is. It felt like I was in a fog. I even started thinking it wasn’t good for me as a mangaka to be making a derivative work out of Togashi-sensei’s story. I really was overthinking.

— When you were thinking about the storyboard, you read over “Hunter x Hunter” a lot, didn’t you?

Ishi: I did. I marked all the pages Hisoka appears in, I tried to figure out a pattern in the suit marks in his lines…

To: I’m just choosing those by intuition (laugh).

Ishi: You don’t have any rules?

To: Not really. Just that Hisoka uses a heart with people he likes. I don’t have any idea how diamond and clover are different.

Ishi: When I analysed it, I thought “Diamond” was often used when Hisoka is being serious. “Clover” gets used more when he is thinking something over.

To: Since I’m choosing with my intuition, it’s possible that I’m unconsciously creating those patterns.

Ishi: Hisoka is a really mysterious character, so drawing him is really difficult. I was looking for hints in places like that.

To: How much you can bring out his whimsy is very important. When I want him to do something the most is when he is least likely to move for me. It’s easier to just step back and not think about anything – then he will move on his own. It’s the same way right now in the main story – I just create the surroundings, environment, battle set-ups, and leave Hisoka’s movements up to Hisoka. Then his character will burst out for me.

Ishi: You’re right, I can see him bursting out just with my imagination (laugh).

To: But I kind of put on the brakes.

Ishi: Oh, you did?

To: Hisoka wanted to do more, but there were some places where I put on the brakes inside myself. I regret that a little bit.

— Togashi-sensei, when writing your manga, are there times when you can’t control your characters?

To: I think manga is more interesting when the characters aren’t under control. When I write manga, I first think of a rough outline. But when I actually write the characters, sometimes they say things that are completely different from the storyline I thought of. But I think “This line really fits them!”, and then I have to give up on the original story. But I think it’s much more interesting when that happens.

— Togashi-sensei, what impression do you have after reading Ishida-sensei’s storyboard?

To: At the end, Hisoka uses Dokkiri Texture to transmute a handkerchief and hide the villain’s face, but I had actually thought of using this technique later on in the main story. So I thought Ishida-san had a good sense for using Nen.

It’s really interesting when different people have the same thought.

Also, I thought Ishida-san’s villain was well done. Not just this character, but everyone Ishida-san draws has good atmosphere. I think you get a sense of what manga he has read, and what kinds of pictures he likes, but even his stern old men have a beauty to them. This isn’t something you can achieve through hard work alone. His battle scenes also have a sense of speed which is pretty cool.

Ishi: Thank you…..

To: At the beginning there’s a scene where Hisoka is lying on the ground – did you leave the reason ambiguous on purpose?

Ishi: Yes. I specifically decided not to draw the background for the first scene.

To: That really makes the readers think.

Ishi: Among the discarded drafts, I had ones which talked about Hisoka’s childhood environment – some where he was from a rich family and some where he was poor. But I felt really uneasy about that. Hisoka is the kind of character who doesn’t talk about his past – I felt like as soon as you bring that in, he stops being Hisoka.

To: That’s true. Digging into a character’s past is difficult. It’s like, no matter what story you tell, it won’t surpass the readers’ imagination. Rather than making it clear, it’s more fascinating to leave some things unknown. In Ishida-san’s storyboard, it’s fun to imagine why Hisoka is lying on the ground. I’m very glad that you wrote him like this.

Ishi: Togashi-sensei, do you have an idea of Hisoka’s past?

To: I don’t. That’s why I tried not to think about it. But now I’m thinking I might one day be alright writing about a time in his past just a little before Ishida-san’s manga. Deciding how far back to go is difficult, though.

Ishi: I’m very interested in that.

To: I think my mental age has stopped somewhere between the second year of junior high school and the second year of high school (laugh) [A/N: American system 8th-11th grade]. I think I’d like to write about Hisoka around that age. If I wrote something set any earlier, I’d have to talk about what kind of family he came from, what his parents were like – I think that’d be explaining a little too much.

Ishi: This is just my own idea…. But I can’t really imagine Hisoka having a father. He doesn’t seem to have any influence from a father.

To: In the manga I’ve written so far, all the characters including protagonists have various family situations – many of them have single parents. Even though both of my own parents are still alive and well, and my family situation is pretty typical (laugh). But when I write manga it just comes out that way, especially main characters, or people I think I will have to draw for a long time. Of course, I think parents are just in the way when it comes to a manga story.

Ishi: That’s true, I’ve also had times when I thought parents were in the way in a story. In “Star Wars” the adults who raised the main character get killed right away, and in “Gundam” the story starts when the parents die and the protagonist must leave them. I’ve had the vague idea for a long time that there’s a kind of theory when writing a story that it’s better if the parents are gone.

To: Yes. That’s because the parents in a story are only there to oppose what the protagonist does. For example Gon in “Hunter x Hunter” would be in the upper grades of elementary school in the real world. If he had good parents, they’d never let him go on such a dangerous journey. When you think about it like that, parents really are in the way (laugh). So I thought it’d be better if he didn’t have parents to begin with. Eventually that became a story about searching for his parent, and then I decided on the concept of making his parent a really awful person.

Ishi: I see….!

To: By the way, after reading Ishida-san’s manga, I thought I would like to write a manga about Hisoka’s past connecting to that first scene. I don’t know when that would happen, though (laugh).

Ishi: ……. !

— That’s… quite an idea!

To: After reading it, I really felt like connecting something to that opening. If Ishida-san really has no idea what happened before Hisoka was lying on the ground, and if it’d be alright if I did whatever I wanted with it, I’d think I’d like to draw it. Also, I think I’d like to play around with the circus troupe as well.

Ishi: I was worried about even making this storyboard, so to have Sensei speak that way about it…. I’m honoured, I’m really happy…..

To: Don’t expect too much (laugh). If I ever draw it I’ll show it to you.

Source:

Kana

Articles en relation
Nouveau trailer pour le jeu Tokyo Ghoul:re Call To Exist

Nouveau trailer pour le jeu Tokyo Ghoul:re Call To Exist

mar. 20 août 2019

Avec une date de sortie pour la France !

Top MS hebdo du 27/05/2019 au 02/06/2019

Top MS hebdo du 27/05/2019 au 02/06/2019

lun. 3 juin 2019
Voici le TOP MS des tomes les plus ajoutés dans le...
Top MS hebdo du 20/05/2019 au 26/05/2019

Top MS hebdo du 20/05/2019 au 26/05/2019

lun. 27 mai 2019
Voici le TOP MS des tomes les plus ajoutés dans le...
Commentaires (7)
  • yongi17
    Membre

    HxH 33 ????? J'y croyais plus :'(

  • Therru
    Membre

    [quote="Tori":2bk15r6w]du coup, j'ai fait ma traduction pour rien ! ~___^[/quote:2bk15r6w] Désolée. :oops: :oops: J'avais vu ton message, et j'avais du temps devant moi, et je me suis dite "oh tiens, un petit projet simple et un peu créatif dans l'emploi des tournures, sans facture à faire", donc je me suis lancée.^^ Et je pensais que tu verrais mon post entre temps. :oops: Bah, poste ta traduction, c'est toujours intéressant de voir les différences d'adaptation entre deux personnes (enfin, ça l'est pour moi, mais c'est un peu mon domaine aussi^^). Et tu as été plus professionnel que moi, j'ai eu la flemme d'ajouter une note pour "Shônan Bakusôzoku" et je n'ai pas trop réfléchi à ma ponctuation au niveau des guillemets, me contenant de reprendre le même format.^^ Il y a quelques phrases que je modifierai volontiers pour rendre plus le style plus fluide et plus joli, mais bon, pour un premier jet avec peu de relecture, ça suffira. Et le sujet semble moins intéresser les gens qu'un changement de 2 mm dans la taille de leur manga de toute façon. :)

  • Tori
    Staff

    [quote="Therru":15ufsen2]Here you go, free of charge.[/quote:15ufsen2] Merci (du coup, j'ai fait ma traduction pour rien ! ~___^). Il y a quelques différences entre ta traduction et la mienne, mais ça m'amuse de voir qu'on se rejoint sur certaines façons d'adapter le texte quand on s'en éloigne un peu, et que tu as pensé (comme je l'avais fait) à modifier certains noms propres... J'avais juste remplacé les guillemets anglais par de l'italique (là où tu as mis des guillemets français), et ajouté une note précisant que [i:15ufsen2]Shônan Bakusôzoku[/i:15ufsen2] était un manga de loubards par l'auteur de [url=http://www.manga-sanctuary.com/bdd/manga/2327-tennen-pur-et-dur/:15ufsen2]Tennen[/url:15ufsen2]. J'ajouterai également une petite note : on voit que cette interview avait été traduite en anglais depuis le japonais : les noms abrégés sont « Ishi » et « To », correspondant aux premiers kanji de leurs noms respectifs (石 de 石田 pour Ishida et 冨 de 冨樫 pour Togashi), alors qu'en anglais (ou en français), on aurait eu respectivement simplement « I » et « T ». Tori.

  • Therru
    Membre

    Here you go, free of charge. ___________________ Ishida Sui (ci-après dénommé Ishi) : Cela fait un moment que nous avons commencé à parler de ce projet, et je vous ai fait attendre avant de vous présenter le story-board terminé. To : Non non, pas de soucis. Vous dessiniez en même temps votre série à parution régulière, c’était inévitable. J’ai lu votre histoire, et elle était vraiment excellente. Je n’imaginais pas qu’elle serait si longue, j’ai été très surpris. Ishi : J’avais le story-board en tête constamment dès le début du projet, mais au fond de moi je n’arrêtais pas de me mettre la pression… Parce que cette histoire allait vous être soumise, Maître Togashi, et j’ai un énorme respect pour vous. Je ne voulais pas vous présenter quelque chose de bâclé, et je voulais créer mon propre point de vue du monde de « Hunter x Hunter ». Je me suis beaucoup pris la tête à propos de tout et de rien, ce qui a vraiment ralenti mon travail (rires). Deux pas en avant, un pas en arrière. J’ai passé un an ainsi. To : « Hunter x Hunter » est le type d’œuvre qui peut être adapté à tout type de point de vue ou presque. Cela ne m’aurait pas gêné si vous aviez juste créé un cadre vous-même. Concernant le manuscrit – Le tout est dessiné avec beaucoup de détails. Ce ne sont pas juste des esquisses ou une ébauche. Ishi : Oui, je ne détaille pas autant, en général… - C’est une histoire à propos d’Hisoka, mais est-ce vraiment votre personne préféré dans « Hunter x Hunter » ? Ishi : Oui, tout à fait. Quand j’étais au collège, le premier personnage de manga que j’ai recopié était Hisoka. Il s’agissait de la scène où il laisse retomber ses cheveux après sa douche, suite à un combat dans la Tour du Tournoi Céleste. Il avait tellement la classe qu’il fallait absolument que je le dessine (rires). To : C’est vrai, j’aime aussi quand un personnage avec des cheveux tirés en arrière les laisse retomber. Cette scène tire son inspiration du personnage principal de « Shounan Bakusouzoku », qui est coiffé d’habitude d’une banane. Il avait tellement la classe quand il avait les cheveux relâchés, j’ai décidé que je devais absolument intégrer cette scène dans mon manga. C’était pareil pour Yusuke dans « Yu Yu Hakusho ». - Kuroro dans « Hunter x Hunter » a droit aussi à une scène du genre, n’est-ce pas ? To : Parmi les personnages de « Tokyo Ghoul », c’est Jûzo que je préfère. J’aime beaucoup Hisoka aussi, et ils sont un peu pareils. Ils sont tous les deux un brin cinglés – tous les deux sont des masochistes, par exemple. Je compte bien continuer à le faire souffrir comme il faut dans « Hunter x Hunter » également. (rires) Ishi : Je n’en attends pas moins. (rires) Depuis que j’ai commencé le story-board, j’ai dessiné des ébauches que je n’aimais pas au final, et certaines où je me suis dit « ce n’est pas bon » immédiatement après les avoir achevées. Et à un moment, j’ai perdu de vue que le but était de m’amuser avec ce projet. Je le prenais beaucoup trop au sérieux, je crois. J’ai même dit à mon responsable éditorial « si je continue ainsi, je finirai par ne plus pouvoir dessiner de manga du tout. » Et il m’a répondu quelque chose du genre « Vous entendre parler ainsi après vous être confronté au talent de Maître Togashi me rend vraiment heureux ». Et moi de mon côté, je me disais, « Est-ce vraiment des choses à dire alors que je suis si inquiet ? » (rires) Je pense que mon responsable m’apprécie, mais je me sentais vraiment seul. - C’est juste la façon dont votre responsable vous montre son affection, probablement (rires). To : C’est vrai – le pire état d’esprit pour un mangaka est le moment où on perd de vue que créer un manga doit être un plaisir. Ishi : C’est vraiment ça. J’avais la tête embrumée en permanence. Je commençais à penser que ce n’était pas une bonne idée pour moi en tant que mangaka de créer une histoire dérivée à partir de votre travail. Je réfléchissais vraiment trop. - Quand vous étiez en train de travailler sur le story-board, vous relisiez beaucoup « Hunter x Hunter », n’est-ce pas ? Ishi : C’est vrai. J’ai noté toutes les pages où Hisoka apparaît. J’essayais aussi de comprendre la logique derrière l’apparition des enseignes de cartes dans ses dialogues… To : Je les place intuitivement, rien de plus (rires). Ishi : Vous n’avez pas de règles ? To : Pas vraiment. Hisoka utilise « cœur » avec les personnes qu’il apprécie. Je n’ai pas la moindre idée de la différence entre « carreau » et « trèfle », par contre. Ishi : D’après mes lectures, je pense que « carreau » est utilisé quand Hisoka parle sérieusement, alors que « trèfle » apparaît quand il réfléchit à quelque chose. To : Comme je choisis les couleurs intuitivement, il est possible que j’aie créé cette logique sans m’en rendre compte. Ishi : Hisoka est un personnage vraiment mystérieux. Le dessiner était vraiment difficile. Je cherchais des indices le concernant dans ce genre de détails. To : La façon dont on fait ressortir ses manies fantaisistes est primordiale. Plus je voudrais qu’il fasse quelque chose, moins il va réagir selon mes désirs. Il est plus facile de prendre de la distance et de ne pas trop réfléchir. À ce moment-là, il agira de sa propre volonté. C’est pareil dans l’histoire principale. Je détermine le cadre, l’environnement, les conditions de combat et je laisse Hisoka libre de ses mouvements. Alors ses réactions s’imposent à moi. Ishi : Vous avez raison, je peux le voir s’imposer rien qu’en l’imaginant. (rires) To : Mais j’ai dû lui mettre des limites. Ishi : Oh, vraiment ? To : Hisoka voulait en faire davantage, mais à certains endroits, j’ai limité moi-même son impact. Je le regrette un peu. - Maître Togashi, en dessinant votre manga, y-a t’-il des moments où vous ne parvenez pas à contrôler vos personnages ? To : Je pense que dessiner un manga est plus intéressant quand les personnages sont libres de leurs gestes. Quand j’écris mon manga, je pense d’abord à la ligne directrice générale. Mais quand j’écris pour les personnages, ils réagissent à l’histoire parfois d’une façon complètement différente de celle prévue. Mais je pense alors, « c’est tout à fait ce qu’ils diraient ! », et puis je dois laisser tomber le scénario initial. Mais je pense que c’est beaucoup plus intéressant quand cela arrive. - Maître Togashi, quelle est votre impression après avoir lu le story-board de Maître Ishida ? To : À la fin, Hisoka utilise sa texture trompeuse pour transformer un mouchoir et cacher le visage du méchant, mais j’avais en fait pensé à utiliser cette technique plus tard dans l’histoire principale. Je pense donc que Monsieur Ishida a un bon ressenti par rapport à l’utilisation du nen. C’est vraiment intéressant quand des personnes différentes ont la même idée. De plus, je trouve que le méchant est très bien fait. Pas seulement ce personnage, mais tous sont entourés d’une bonne aura. Vous pouvez distinguer quel manga Monsieur Ishida a lu, et quel type de style il apprécie, et même ses vieux bonhommes très sérieux possèdent une certaine beauté. Ce n’est pas quelque chose qu’on peut obtenir seulement par le travail. Ses scènes de combat dégagent aussi une vraie sensation de vitesse, ce qui est plutôt classe. Ishi : Merci beaucoup… To : Au début, il y a une scène où Hisoka est couché à terre. Avez-vous laissé volontairement la raison sans réponse ? Ishi : Oui. J’ai délibérément décidé de ne pas dessiner les circonstances de cette première scène. To : Cela fait vraiment réfléchir le lecteur. Ishi : Parmi les projets abandonnés, j’abordais dans certains l’enfance d’Hisoka – dans l’un il venait d’une famille riche, dans l’autre d’une famille pauvre. Mais je ne le sentais pas. Hisoka est le genre de personnage qui ne parle pas de son passé. Je pense que si on le dévoile, il perdra de sa personnalité. To : C’est vrai. Plonger dans le passé d’un personnage est difficile. Peu importe l’histoire à laquelle on pense, elle ne surpassera jamais celle que les lecteurs ont imaginé pour lui. Plutôt que de le dévoiler, il est plus fascinant de laisser certaines choses dans l’ombre. Dans votre story-board, c’est intéressant d’imaginer pourquoi Hisoka gît sur le sol. Je suis très heureux que vous l’ayez écrit de cette façon. Ishi : Avez-vous une idée concernant le passé d’Hisoka ? To : Non. C’est pourquoi j’essaie de ne pas y penser. Mais maintenant, je pense qu’un jour, je serai capable de dessiner à propos d’un événement de son passé, qui prendrait place un peu avant votre manga. Décider à quel point je peux remonter dans son passé est difficile, cependant. Ishi : Cela m’intéresserait beaucoup. To : Je pense que mon âge mental s’est arrêté entre la moitié du collège et la moitié du lycée. (rires) Je crois que j’aimerais dessiner Hisoka aux alentours de cette période de sa vie. Si je remonte plus loin, je serai obligé de parler de sa famille, ses parents… Je pense que je devrai donner trop d’explications le concernant. Ishi : C’est juste une idée… Mais j’ai vraiment du mal à croire qu’Hisoka avait un père. Il ne semble pas avoir été influencé par une présence paternelle. To : Dans mon manga, tous les personnages sans exception ont des situations familiales variées. Beaucoup d’entre eux sont issus d’une famille monoparentale. Pourtant, mes deux parents sont vivants et en bonne santé, et ma situation familiale est plutôt banale (rires). Mais quand je dessine un manga, j’en arrive toujours à ce schéma, particulièrement pour les personnages principaux, ou les personnages qui apparaissent régulièrement. Je pense que les parents sont juste une nuisance dans l’histoire d’un manga. Ishi : C’est vrai, à plusieurs reprises, je me suis rendu compte que les parents sont juste une gêne dans l’histoire. Dans « Star Wars », les adultes qui ont élevé le personnage principal sont tués dès le début, et dans « Gundam », l’histoire commence avec la mort des parents et le protagoniste doit s’en aller. J’ai le sentiment depuis longtemps qu’il y a une sorte de règle tacite où, lorsqu’on crée une histoire, c’est plus simple si les parents sont absents. To : Oui, c’est parce que les parents dans un récit ne servent qu’à s’opposer aux actions du protagoniste. Par exemple, Gon dans « Hunter x Hunter » serait à la fin de l’école primaire dans le monde réel. Des parents responsables ne l’auraient jamais laissé partir pour un voyage si dangereux. Quand on y pense, les parents sont vraiment une gêne. (rires) J’ai donc pensé que ce serait mieux s’il n’avait pas de parents dès le début. Au final, il part en quête de son père, et j’ai alors décidé de faire de lui une personne vraiment détestable. Ishi : Je vois…. ! To : D’ailleurs, après avoir lu votre manga, j’aimerais maintenant dessiner une histoire à propos d’Hisoka qui ferait le lien avec votre première scène. Je ne sais pas quand cela arrivera, cependant. (rires) Ishi : .... ! - C’est… une idée des plus intéressantes ! To : Après lecture, j’ai vraiment ressenti quelque chose pour cette introduction. Si vraiment vous n’avez pas imaginé ce qui a amené Hisoka à se retrouver couché au sol, et si vous êtes d’accord de me laisser le champ libre, j’aimerais vraiment dessiner quelque chose. De plus, j’aimerais reprendre l’idée du cirque également. Ishi : J’étais inquiet de simplement dessiner ce story-board, alors vous entendre parler ainsi… Je suis très honoré, je suis vraiment très heureux… To : N’en attendez pas trop ! (rires). Si je dessine cette histoire un jour, je vous la montrerai.

  • Tori
    Staff

    Pourquoi l'interview n'a-t-elle pas été traduite en français ? J'ai un peu la flemme (et je ne l'ai pas encore lue), mais si personne ne s'en est chargé avant moi, je mettrai la traduction demain soir. Quant à la présence du chapitre en question dans la version française du tome 33, il ne faut pas y compter : il n'est pas dans la version japonaise. Peut-être en bonus dans le tome 34 (les chapitres parus pour l'instant depuis la reprise ne sont pas non plus dans le tome 33, il me semble : il s'arrête juste avant)... Tori.

  • vernes
    Membre

    Des infos sur le contenu du tome 33 m'intéresseraient davantage même si ça gâcherait la surprise (que j'espère bonne avec la couverture) .

  • Kagemaru
    Membre

    Ça fait pas mal de courbettes mais c'est une initiative intéressante :)