INTERVIEW DE KIERON GILLEN / JAMIE MCKELVIE / MATTHEW WILSON - PARTIE 2

Suite et fin de cet entretien passionnant avec les auteurs de The Wicked + the Divine.

 

C’est parti pour la deuxième et dernière partie de l’interview du trio d’auteurs de The Wicked + the divine qui aborde, cette fois-ci, les comics indépendants, la colorisation, l’édition et aussi le processus créatif sur la saga.


CS : L’année dernière, nous avons rencontré Matt Fraction

Jamie McKelvie : Je suis tellement désolé pour vous.

CS : Mais non, il était très sympa.

JMK : C’est un de nos meilleurs potes.

Kieron Gillen : Il était vraiment grossier lorsqu’il nous a parlé de vous.

 

CS : Ça ne nous étonne pas [rire]. Nous avons eu une discussion au sujet de l’état de la bande-dessinée indépendante aux Etats-Unis. Pour vous qui travaillez chez Marvel et chez les indépendants, qu’est-ce que vous préférez ?

JMK : Évidemment, nous préférons travailler sur nos propres séries parce que nous pouvons faire ce qu’on veut avec. Ca ne veut pas dire qu’on aime pas travailler pour Marvel, on y prend beaucoup de plaisir, mais il y a toutes sortes de paramètres et de règles à prendre en compte. Il y a des limites à ce qu’on peut faire sur leurs séries. Alors qu’en travaillant sur nos propres projets, la seule limite est la nôtre. Pour faire court, c’est amusant de travailler chez Marvel, on y a fait du bon boulot, mais concrétiser nos propres projets est tellement plus satisfaisant.

KG : C’est très différent pour un dessinateur et un scénariste. Le dessinateur passe beaucoup plus de temps sur chaque comic-book. Moi, je peux écrire quatre ou cinq séries par mois alors que Jamie ne peut en illustrer qu’une seule. J’aime bien dire que les artistes sont monogames alors que le scénariste est une petite salope. En ce qui me concerne, j’adore travailler pour Marvel. Parfois c’est même relaxant. Plus vous travaillez là-bas, plus le processus se simplifie. Malgré l’aspect corporatiste de la maison, qui est complexe, il s’avère plus facile de travailler avec une limite imposée. Sur The Wicked & The Divine, on a dû recréer l’Histoire humaine. C’est bien plus difficile à faire. Mais c’est aussi plus gratifiant. Je ne pourrais pas produire quatre séries par mois si elles ressemblaient toutes à Wick-Div’. Jongler avec des projets plus simples est amusant. Je peux varier. Parfois c’est une aventure pleine d’action ou un récit politique.

Je me souviens d’une chose que m’a dite Matt [Fraction], lui qui a beaucoup produit bien avant moi. Il m’a dit : “un Homme doit s’amuser un petit peu parfois”. C’est un bon conseil. En ce moment, je refuse les projets où je n’ai rien créé. C’est pour ça que je travaille sur Star Wars : Docteur Aphra, qui est plus ou moins mon dernier travail pour Marvel. Je prévois de me concentrer sur mes propres projets pendant les deux prochaines années.

 

Star_Wars_Doctor_Aphra_1_Cover.jpg

La prochaine série de Kieron Gillen dans l’univers de Star Wars sera bien une création

 

CS : Et en ce qui vous concerne, Matt Wilson, est-ce que c’est pareil pour un coloriste ?

Matt Wilson : Difficile à dire. Pour les coloristes, la limite est probablement plus ténue. Au jour le jour, lorsque je suis assis devant mon ordinateur, c’est essentiellement le même travail. Peu importe la série sur laquelle je travaille. Mon seul objectif lorsque je bosse c’est d’aider à raconter l’histoire avec la meilleure palette de couleur. J’ai la même méthode de pensée lorsque je colorise Black Widow, The Migthy Thor,  The Wicked + The Divine ou Paper Girls. Je suis assez chanceux pour avoir une part égale de travail chez Marvel et dans le milieu indépendant, ce qui n’est pas le cas de tous les coloristes. Je passe de l’un à l’autre aisément sans trop différencier l’un de l’autre. J’apprécie juste de bosser sur ces séries.

J’ai aussi la chance de pouvoir collaborer avec de très bon artistes et scénaristes. J’en arrive même à un point où je peux refuser des projets qui ne m’intéressent pas. J’ai le plaisir du choix.

KG: Nous sommes vraiment dans une bonne posture. Nous sommes vernis. J’ai refusé tellement de projets l’année dernière et il faisait tous partie de mes rêves. Je les ai refusé pour me consacrer à mes séries et ces dernières se vendent bien ! Tous les auteurs n’ont pas cette chance. Certains ont du mal à vendre leurs créations et doivent donc palier avec des travaux de commande ou pire. On est chanceux. Je n’échangerais ma situation pour rien au monde.

MW : j’aimerais ajouter qu’en tant que coloriste, travailler dans le milieu indépendant n’est pas toujours agréable pour diverses raisons. Parce que la paie n’est pas bonne ou que vous ne pouvez pas être payé aussi ponctuellement que lorsque vous faites un travail de commande. Mais dans mon cas, je suis inclus en tant que partenaire créatif. Ce n’est pas comme si je recevais seulement les pages à la fin pour les coloriser et point barre. Nous discutons ensemble presque toutes les semaines, même lorsque nous ne produisons pas la série. J’ai la même relation avec les équipes créatives de mes autres séries indépendantes.

C’est une différence énorme pour moi. Parce que si le travail du coloriste dans l’indépendant est le même que sur une commande et qu’en plus il y a une chance de ne pas être payé, je répondrais simplement : “Je vais me contenter de travailler pour Marvel”. [rire]. Heureusement, ce n’est pas le cas.

KG : C’était vraiment important pour nous que Matt [Wilson] soit là pour le lancement de la série. Je le dis souvent, on est un peu comme une famille. C’est notre travail à tous. Si on retire l’un de nous, The Wicked + The Divine n’est plus. J’aimerais que Clayton [Cowles] soit là. C’est notre lettreur et il fait un travail formidable sur la série.

CS : De plus, la couleur est l’un des premiers contact du lecteur avec la série.

MW : C’est là que je deviens un peu égocentesticule, je crois. [rire] Je dirais que la couleur est la première chose que remarque le lecteur. C’est ce qui attire l’oeil. Et quand je veux vraiment me la raconter je dis : “tu réalises que la couleur représente en fait 90% de cette page”. [rire]

KG : Tu devrais faire scénariste. De toute manière, on met plein de jolis mots sur les pages donc ça va. [rire]

 

CS : Matt Wilson, avez-vous un artiste favori avec lequel vous avez collaboré ?

MW : Tous les artistes avec lesquels je travaille sont des artistes que j’admire depuis toujours. Il y a par exemple Cliff Chiang sur Paper Girls. Nous avons aussi fait Wonder Woman ensemble. C’était déjà un artiste reconnu lorsque je débutais. J’ai vu un de ces dessins et j’ai voulu travailler  immédiatement avec lui. Mais ça m’a pris presque 10 ans.

Vous connaissez Chris Samnee ?

CS : Bien sûr.

MW : Nous faisons Black Widow actuellement et puis il y a eu Daredevil avant ça. J’adore travailler avec Chris. C’est l’un des tout premier dessinateur que j’ai eu à coloriser chez Marvel et nous avons beaucoup collaboré ensemble depuis. J’adore travailler avec ces deux artistes.

Et puis il y a Kieron Gillen et Jamie McKelvie bien sûr.

 

Black-Widow-2.png

Matthew Wilson apprécie aussi de travailler avec Chris Samnee

 

CS : Nous parlions de collaboration étroite plus tôt, ça semble être le cas au sein de l’équipe artistique de Black Widow.

MW : C’est tout à fait vrai. Entre Daredevil et Black Widow, l’interaction que nous avons est similaire à celle que j’entretiens avec les équipe artiste de mes séries indépendantes contrairement à tous mes projets chez Marvel.  

KG : Quand tu lis les séries Daredevil et Black Widow, c’est un tel plaisir de tourner les pages.

 

CS : Jamie est connu pour ses chorégraphies très travaillées. Kieron Gillen, quelle est votre implication dans ce processus artistique ?

KG : J’avais pour habitude de rédiger religieusement des scénarios très détaillés, page par page, case par case (lorsque la page est segmentée). Je travaillais énormément sur les grilles de chaque page. Mais lorsque nous avons travaillé sur Young Avengers ainsi que sur Phonogram, nous avions une méthode semi-Marvel. Par exemple, quand on a commencé sur Young Avengers, on a commencé avec la méthode Marvel qui consiste à écrire le récit sans dialogue. Nous ne le faisons plus car nous… Je suis obsédé. J’ai donc inclus la plupart des dialogues dès la rédaction des premiers brouillons.

En fait, on agit comme un comité. Je fais plusieurs propositions : “cette page pourrait être comme ceci car elle parle de ci et ça, on pourrait aller dans cette voie ou une autre”. Je donne quelques idées, Jamie amène d’autres idées puis on en discute. Du coup, nous travaillons globalement avec la méthode Marvel mais sous le couvert d’un scénario un peu plus détaillé. Voilà comment on aboutit sur l’un de ces séquencements de fou.

[Ndr : En fait, la méthode Marvel, popularisée par Stan Lee, consiste en une description succincte des événements. C’est ensuite le dessinateur qui s’occupe de la “construction” du comic-book. Pour finir, le scénariste vient appliquer les dialogues.

Au contraire, la méthode “Full Script” consiste en une écriture détaillée, page par page, case par case, dialogue par dialogue, de chaque scénario].

 

CS : Cette double page [cf. ci-dessous]est d’ailleurs complètement psychédélique.

© 2016 Kieron Gillen Limited and Fiction & Feeling Limited © 2016 Glénat

Cliquez sur l'image pour la voir en grand format 

KG : En fait, c’est une page terriblement simple. On utilise les visages de manière répétitive. [Kieron montre les pages 86-87]

© 2016 Kieron Gillen Limited and Fiction & Feeling Limited © 2016 Glénat

Cliquez sur l'image pour la voir en grand format 

JMK : Celle-là n’aurait jamais dû y être [Rires].

KG : Tu dis toujours ça ! Ici, on utilise les deux pages pour séparer la case avec un effet d’assombrissement, créant ainsi une sensation d’espace autour du personnage.

MW : D’ailleurs, on aurait pu faire cette composition en une seule page.

KG : On aurait pu. Sauf que Marvel nous paie à la page alors qu’ici, chez Image Comics, on possède le comic-book. On peut faire n’importe quel arrangement artistique même le plus abstrait. Nous pouvons travailler sur l’espace, ça ne nous coûte rien de plus.

 

CS : Il y a une autre scène qui est impressionnante sur la page 147, où le noir a un vrai impact...

© 2016 Kieron Gillen Limited and Fiction & Feeling Limited © 2016 Glénat

Cliquez sur l'image pour la voir en grand format  

KG : Exact, les gens ont tendance à oublier dans les comics que le dialogue est une image. Vous pouvez penser le dialogue comme une partie du comic-book, comme une figure visuelle. Et il sert aussi à [donner envie au lecteur] de tourner la page. On joue ainsi beaucoup sur l’espace et le rythme parce qu’on peut le faire. Et puis c’est tellement amusant !

MW : On ne pourrait pas le faire dans un comic-book de Marvel. Il faut se battre pour ajouter ce genre de page et proposer notre idée à l’éditeur qui devra lui-même la défendre devant son chef.

KG : Exactement. Ici, c’est plutôt une mentalité de groupe. Nous pouvons laisser une place pour l’improvisation. Ces compositions folles que vous voyez, parfois elles sont préparées à l’avance et parfois elles surgissent de nulle part. Ça reste cependant un processus difficile.

Notre blague récurrente, c’est quand j’écris sur le script écrit “tu verras, ça sera une page “facile” [rire]. Ça n’est jamais simple.

JMK : C’est probablement une bonne blague pour toi mais pour nous autres, c’est pas drôle du tout. [rire]

KG : En fait, tous les scénarios sont difficiles à concrétiser. Il y a même un numéro dans le troisième recueil qui est une sorte de remixe. C’est un résumé des évènements qui sont survenus, un peu comme ceux qu’on pouvait découvrir sur la première page de tous les comics à une autre époque. On a changé le rythme, les couleurs et les dialogues pour obtenir, au final, un comic neuf. J’ai joué à dieu en remixant les évènements et ça fonctionne spectaculairement bien. Cependant, c’était beaucoup plus de travail que prévu.

MW : Théoriquement, vous pourriez penser : “Oh, ils réutilisent les mêmes dessins. C’est facile”. Mais ce n’est pas le cas en réalité.

KG : C’était quand même plus simple que de réaliser un numéro habituel mais bien moins que ce qu’on aurait pu imaginer.

 

CS : N’avez-vous pas peur de perdre ce qui fait la spécificité de la série lorsqu’elle sera adaptée à la télévision ?

JMK : Ce sera très différent. Je veux dire par là que nous ne voulons pas que ce soit une copie du comics.

© 2016 Kieron Gillen Limited and Fiction & Feeling Limited © 2016 Glénat


Compliqué de reproduire ce genre de mise en scène sur un format télévisé

 

CS : C’est exactement ce qu’a répondu Matt Fraction.

KG : On est sur la même longueur d’onde.

JMK : C’est parce qu’il est notre producteur exécutif sur [l’adaptation télévisée]. Nous voulons trouver un adaptateur qui fera sa propre version de The Wicked + The Divine tout en ayant les bonnes raisons de vouloir le faire [sans dénaturer l’esprit de la bande-dessinée]. Il faut que cette personne sache adapter la série sur la forme parce que le milieu de la bande-dessinée et celui de la télévision sont très différents. On peut perdre en substance mais en gagner ailleurs. Ce sera différent.

KG : Nous écrivons The Wicked + The Divine en tant que comic. Toutes ses choses expérimentales que nous faisons, c’est du comic pur jus. Nous aimerions que l’adaptation soit tout aussi expérimentale mais sur le petit écran. C’est ce que j’aimerais voir [la production] réussir. [avec un regard en biais vers Matt Wilson] Et de belles couleurs aussi.

MW : Ils m’ont dit qu’ils comptaient tourner la série en noir et blanc. (Rires)

 

CS : Et que pensez-vous de l’édition française de The Wicked + The Divine ?

KG : Elle est magnifique. Vous parlez de cette édition !

 

giphy 2.gif

Kieron Gillen continue à exhiber le recueil 


JMK : J’adore la façon dont le logo brille quand vous bougez la couverture. Ça vaut son pesant de cacahuètes. [Digne d’un télé-achat, Kieron Gillen fait bouger la couverture devant la caméra].

Cette édition est vraiment magnifique. On en est très heureux.

KG : Il y a une deuxième édition spécifique pour cette convention, avec une autre couverture. Et il y a aussi une édition spéciale avec des lettres dorées et quelques bonus supplémentaires à la fin.

 

Glénat propose plusieurs éditions pour la sortie de ce premier volume de The Wicked and the Divine.


En Angleterre, nous envions les éditions françaises. C’est tellement plaisant d’enfin posséder une version française de notre travail. On la montre même à nos mamans et à nos collègues.


CS : Dernière question sinon on va se faire taper sur les doigts, qu’est-ce que vous écoutez lorsque vous travaillez sur The Wicked + The Divine ?

JMK : Je suis né dans la musique. Mon père et ma mère dirigeaient un club de Rock dans le style des années 50. Il y avait toujours de la musique dans la maison. J’écoute de la musique tout le temps, que je travaille ou non. La musique prend énormément de place dans ma vie.

KG : La musique a changé ma vie aussi. Nous avons eu une importante formation grâce à la musique d’arrière fond. Je ne suis pas né dans une famille musicale dans le sens de la performance mais en tant qu’enfant issu de la classe ouvrière, il y avait toujours de la musique dans la maison. A l’époque, il y a eu l'émergence de la Nothern Soul en Angleterre et beaucoup de gens se réclamaient de la Nothern Soul. Cette formation est à l’origine de ce que nous faisons aujourd’hui.

[Ndr : Northern Soul est un genre musical de la fin des années 60 qui s’entête à reproduire le son de la Motown dans les clubs du nord de l’Angleterre (d’où son nom) et, ce, malgré l'émergence de nouveaux genres musicaux populaires comme la Funk et la Soul.]

MW : Je suis probablement le membre de l’équipe qui a la moins grande connivence avec la musique. Je n’ai pas grandi dans une maison où on écoutait beaucoup de musique. J’ai dû la découvrir moi-même plus tard, principalement lorsque je suis entré au lycée. J’ai mis un pied dedans très tard. Je suis moins “fanatique” sur le sujet si je puis dire. J’ai cette relation “loin des yeux, loin du coeur”. Mais si Jamie et Kieron parlent d’un nouvel album sur la toile, je vais souvent voir de quoi ils causent. En dehors de ça, je ne fais pas de recherche par moi-même. Cela dit, je prends beaucoup de plaisir à chaque fois que je découvre [leur musique].

C’est ce que j’adore à propos de la série que nous faisons, en tout cas en ce qui me concerne. Dès que j’ai digéré le scénario ou les notes, alors je peux écouter un peu de musique et l’apprécier tout en travaillant.

 

CS : Est-ce que vous avez quoi que ce soit à dire à vos lecteurs français ?

[Les trois compères rigolent alors que Jamie McKelvie recommence à exhiber le premier tome de The Wicked + The Divine]

JMK : The Wicked + The Divine est un très bon comic. Vous devriez l’acheter.

KG : J’espère que vous aimerez. Et merci de nous avoir reçu.

CS : Merci pour ce bel entretien !
 

Comic-Sanctuary tient à remercier tout particulièrement Fanny de Glénat comics qui nous a permis, chose rare, d’interviewer le trio dans le temps imparti. Le résultat est devant vos yeux.

LIEN PARTIE UNE 

 

Tous les 90 ans ou presque, douze dieux se réincarnent dans le corps de jeunes adultes. Ils sont charismatiques et brillants. Ils se tiennent devant des foules immenses, qu'ils emmènent dans l'extase à travers des langues inconnues. La rumeur veut qu'ils soient capables de miracles. Ils sauvent des vies, que ce soit métaphorique ou concret. Ils sont aimés. Ils sont détestés. Ils sont brillants. Dans moins de deux ans, ils seront tous morts...

 
Acheter 17,50 €
 
 
Source:

Interview réalisée par Jack! et Blackiruah

Traduite par Jack!

Articles en relation
Top COMICS hebdo du 06/04/2020 au 12/04/2020

Top COMICS hebdo du 06/04/2020 au 12/04/2020

lun. 13 avril 2020
Voici le TOP des comics les plus ajoutés dans les ...
INTERVIEW DE KIERON GILLEN / JAMIE MCKELVIE / MATTHEW WILSON - PARTIE 1

INTERVIEW DE KIERON GILLEN / JAMIE MCKELVIE / MATTHEW WILSON - PARTIE 1

mer. 30 nov. 2016
Découvrez notre passionnante interview de l...
Commentaires (19)
  • Blackiruah
    Membre

    [size=150:xpvj8zci][url=http://www.comics-sanctuary.com/news/25787/interview-de-kieron-gillen-jamie-mckelvie-matthew-wilson-partie-2.html:xpvj8zci][b:xpvj8zci]INTERVIEW DE KIERON GILLEN / JAMIE MCKELVIE / MATTHEW WILSON - PARTIE 2[/b:xpvj8zci][/url:xpvj8zci][/size:xpvj8zci]

  • KabFC
    Membre

    Ca me rappel un passage de Transmetropolitan ou il y a un flashbacks sur Spider qui couvre la fin de la guerre des mots et discute avec un français en lui disant que c'était normal que cette guerre soit perdue vu le peu de gens parlant le français.

  • Tori
    Staff

    [quote="Blackiruah":qczjuwql]Non : http://www.larousse.fr/dictionnaires/fr" title="Se rendre à « http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/digital_digitale_digitaux/25502">http://www.larousse.fr/dictionnaires/fr »" class="website">http://www…nnaires/fr ... taux/25502[/quote:qczjuwql] Ils ont dû l'ajouter il y a peu (ils ont également ajouté "mature" pour "mûr" T___T alors que ce sont les deux anglicismes que j'entends le plus, et qui ont des équivalents qui existaient déjà)... Dommage qu'ils n'aient pas, comme dans la version papier du Robert et du Larousse (que j'ai consultés avant de répondre) indiqué qu'il s'agissait d' un anglicisme déconseillé (et qu'ils recommandaient l'utilisation de numérique). Je sens que ça va faire comme le verbe "réaliser", qui est la bête noire de Jim. [quote="nikohell":qczjuwql]C'est le problème des langues vivantes ... dès que tu as le dos tourné elles évoluent et s'octroient le droit d'utiliser de nouveaux mots voir(e) même de les emprunter à d'autres langues ! C'est fourbe, les langues vivantes :mrgreen:[/quote:qczjuwql] Ce n'est pas tant l'emprunt à l'anglais ou l'utilisation d'un nouveau mot qui m'embête, mais bien le remplacement d'un mot français par sa traduction en anglais... Un peu comme si, d'un seul coup, je disais que le message que j'écris, je l'ai tapé sur le keyboard de mon computer... Et que ces mots finissent par remplacer complètement les mots "clavier" et "ordinateur". Tori. P.S. : d'ailleurs, il y a trois ans, on pouvait lire [url=http://www.academie-francaise.fr/digital:qczjuwql]ceci[/url:qczjuwql].

  • Blackiruah
    Membre

    Ouep ! xD

  • nikohell
    Membre

    C'est le problème des langues vivantes ... dès que tu as le dos tourné elles évoluent et s'octroient le droit d'utiliser de nouveaux mots voir(e) même de les emprunter à d'autres langues ! C'est fourbe, les langues vivantes :mrgreen:

  • Blackiruah
    Membre

    [quote="Tori":206lwudv][quote="Blackiruah":206lwudv]à mon humble avis et dans ces phrases, ils utiliseraient bien plus digital et gang (surtout quand tu parles de gang bien plus pourri) plutôt que bande et numérique. Mais là est mon avis.[/quote:206lwudv] Je veux bien l'entendre pour le mot "gang", mais "digital" n'est pas français (ou plutôt n'a pas ce sens en français : une édition digitale, c'est une édition faite avec les doigts)... Tori.[/quote:206lwudv] Non : http://www.larousse.fr/dictionnaires/fr" title="Se rendre à « http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/digital_digitale_digitaux/25502">http://www.larousse.fr/dictionnaires/fr »" class="website">http://www…nnaires/fr ... taux/25502

  • ouais mais c'est plus secure :mrgreen:

  • Tori
    Staff

    [quote="Blackiruah":e38y89xj]à mon humble avis et dans ces phrases, ils utiliseraient bien plus digital et gang (surtout quand tu parles de gang bien plus pourri) plutôt que bande et numérique. Mais là est mon avis.[/quote:e38y89xj] Je veux bien l'entendre pour le mot "gang", mais "digital" n'est pas français (ou plutôt n'a pas ce sens en français : une édition digitale, c'est une édition faite avec les doigts)... Tori.

  • Blackiruah
    Membre

    [quote="Tori":1bbqkz6p]Attention aux faux-amis : ça sent le "eventually" mal traduit, ici... ~___^[/quote:1bbqkz6p] Bien vu, c'est corrigé. [quote="Tori":1bbqkz6p][quote:1bbqkz6p]A une époque, la technique de Crosshatch a été mise au point parce que les dessinateurs ne pouvaient pas jouer avec les nuances d’ombres.[...] De toute manière, je n’ai jamais été très doué en Crosshatch et je n’ai pas à l’être. [...] [Ndr : Crosshatch est une technique d’ombrage qui permet de donner plus de profondeur au dessin en superposant plusieurs couches de traits d’épaisseurs différentes.][/quote:1bbqkz6p] Il n'y a pas d'autre terme que ce mot anglais ? Parce que le remplacer par "hachures" (ou "hachures croisées", si vous préférez) ne me semble pas en changer le sens (et la majuscule est inutile, au passage)...[/quote:1bbqkz6p] On a fait le choix de le garder le terme anglais car bien qu'on sache qu'ils parlent des hachures, on ne maîtrise pas la traduction exacte de la technique de dessin en français. Du coup, cette forme semblait la plus secure. [quote="Tori":1bbqkz6p] [quote:1bbqkz6p]Aujourd’hui, nous avons fait une telle avancée, que ce soit dans l’édition ou en digital[/quote:1bbqkz6p] Cet anglicisme me hérisse chaque fois que je le vois (j'en avais d'ailleurs déjà parlé ailleurs)... "digital" et "mature" (pour, respectivement, "numérique" et "mûr") sont partout, depuis déjà quelque temps, et ça m'agace vraiment...[/quote:1bbqkz6p] [quote="Tori":1bbqkz6p][quote:1bbqkz6p]Ou on est un gang si vous préférez. Un gang bien pourri. [/quote:1bbqkz6p] je trouve que ça marche mieux avec le mot "bande"... "Une bande", ça sonne nettement mieux, à mon avis, qu' "un gang"... Bon, je sais bien que la traduction d'une interview, c'est compliqué et qu'on essaie de faire vite pour pouvoir la publier assez rapidement (c'est d'ailleurs pour ça que je n'ai cité que les exemples qui me semblaient relever de la traduction, et que j'ai laissé de côté les coquilles et fautes d'accords qui semblent inévitables sur un long texte.), mais ces quelques morceaux me chagrinent. J'espère que vous ne prendrez pas mal mes remarques.[/quote:1bbqkz6p] Concernant le fait que ça te hérisse qu'on choisisse un mot plus moderne ou qu'on choisisse gang au lieu de bande ont un sens (et ils restent des mots français) : tu oublies que quand tu traduis des propos, il faut essayer aussi de restituer le ton de la personne. Là tu as 3 personnes qui ont un esprit résolument punk moderne, et à mon humble avis et dans ces phrases, ils utiliseraient bien plus digital et gang (surtout quand tu parles de gang bien plus pourri) plutôt que bande et numérique. Mais là est mon avis.

  • KabFC
    Membre

    [quote="Blackiruah":gd7x2iaw] Non on n'a pas voulu faire une ITW de Kieron Gillen mais des 3 conjointement (même si vous verrez dans la deuxième partie où on fait une mini parenthèse sur le coloriste). Donc on n'évoque, dans les questions, ni Dark Vador, ni X-Men, ni Uber, etc.[/quote:gd7x2iaw] Oh pardon je parlais à fred en fait.

  • Tori
    Staff

    Tiens, j'ai écrit mon message hier, mais il n'est apparemment jamais parti... Voici ce que j'y disais : Interview assez intéressante... J'ai quelques remarques sur sa traduction, toutefois : [quote:389ymxe5]Les gamins ont merdé et, éventuellement, ils font face.[/quote:389ymxe5] Attention aux faux-amis : ça sent le "eventually" mal traduit, ici... ~___^ [quote:389ymxe5]Aujourd’hui, nous avons fait une telle avancée, que ce soit dans l’édition ou en digital[/quote:389ymxe5] Cet anglicisme me hérisse chaque fois que je le vois (j'en avais d'ailleurs déjà parlé ailleurs)... "digital" et "mature" (pour, respectivement, "numérique" et "mûr") sont partout, depuis déjà quelque temps, et ça m'agace vraiment... [quote:389ymxe5]A une époque, la technique de Crosshatch a été mise au point parce que les dessinateurs ne pouvaient pas jouer avec les nuances d’ombres.[...] De toute manière, je n’ai jamais été très doué en Crosshatch et je n’ai pas à l’être. [...] [Ndr : Crosshatch est une technique d’ombrage qui permet de donner plus de profondeur au dessin en superposant plusieurs couches de traits d’épaisseurs différentes.][/quote:389ymxe5] Il n'y a pas d'autre terme que ce mot anglais ? Parce que le remplacer par "hachures" (ou "hachures croisées", si vous préférez) ne me semble pas en changer le sens (et la majuscule est inutile, au passage)... [quote:389ymxe5]Ou on est un gang si vous préférez. Un gang bien pourri. [/quote:389ymxe5] je trouve que ça marche mieux avec le mot "bande"... "Une bande", ça sonne nettement mieux, à mon avis, qu' "un gang"... Bon, je sais bien que la traduction d'une interview, c'est compliqué et qu'on essaie de faire vite pour pouvoir la publier assez rapidement (c'est d'ailleurs pour ça que je n'ai cité que les exemples qui me semblaient relever de la traduction, et que j'ai laissé de côté les coquilles et fautes d'accords qui semblent inévitables sur un long texte.), mais ces quelques morceaux me chagrinent. J'espère que vous ne prendrez pas mal mes remarques. Tori.

  • Blackiruah
    Membre

    [quote="KabFC":2cxz1iug]Je suis d'accord avec toi fred, mais je note que tu ne parles pas de son run sur les X-Men.[/quote:2cxz1iug] Non on n'a pas voulu faire une ITW de Kieron Gillen mais des 3 conjointement (même si vous verrez dans la deuxième partie où on fait une mini parenthèse sur le coloriste). Donc on n'évoque, dans les questions, ni Dark Vador, ni X-Men, ni Uber, etc. [quote="Fred le Mallrat":2cxz1iug]C est assez rigolo que sur toutes les questions sur le fond de ses séries, il réponde "ce n'est pas vraiment cela" et explique ensuite (ca vaut pour YA par exemple) ce qu il a voulu dire. Tu montres que clairement il a du mal a faire passer ses messages. Sinon ton interview est trés bonnes mais sur le fond de W+D ce qu il dit sur el fond est déjà dans l interview qui est présente dans le volume.[/quote:2cxz1iug] C'est pas faux, mais je pense qu'il veut aborder beaucoup de choses de manière à en faire des titres profondément riche. Mais comme dit à Kab, je comprends tout à fait votre point de vue. Dans l'ITW, j'ai eu l'impression qu'il veut surtout que tu saisisses toute l'oeuvre une fois qu'elle soit achevée, ils ont l'air de vouloir prendre leur temps en fait. [quote="Fred le Mallrat":2cxz1iug] c est surement pour cela qu il y a des séries que j adore vraiment (loki, YA, Phonogram ..) et d autres que j aime bien mais qui manque de quelque chose (Thor, Angela, Siege, Wicked + Divine..) ou que je trouve faible (Iron man) C est qu a certains moment une partie de son discours n atteint pas le lecteur.[/quote:2cxz1iug] Alors je n'ai pas lu Phonogram, mais ce n'est pas un peu le même style que TW+TD ?

  • KabFC
    Membre

    Je suis d'accord avec toi fred, mais je note que tu ne parles pas de son run sur les X-Men.

  • C est assez rigolo que sur toutes les questions sur le fond de ses séries, il réponde "ce n'est pas vraiment cela" et explique ensuite (ca vaut pour YA par exemple) ce qu il a voulu dire. Tu montres que clairement il a du mal a faire passer ses messages. Sinon ton interview est trés bonnes mais sur le fond de W+D ce qu il dit sur el fond est déjà dans l interview qui est présente dans le volume. Si tu dois expliquer ce que tu as voulu dire c est que tu le dis mal (j en sais quelque chose mais je suis pas auteur). Mais bon j adore enormément de séries de Gillen... j ai juste pas vu tout le temps ce qu il voulait dire et les intervieweur non plus.. c est surement pour cela qu il y a des séries que j adore vraiment (loki, YA, Phonogram ..) et d autres que j aime bien mais qui manque de quelque chose (Thor, Angela, Siege, Wicked + Divine..) ou que je trouve faible (Iron man) C est qu a certains moment une partie de son discours n atteint pas le lecteur.

  • Blackiruah
    Membre

    [quote="soyouz":1q6ew3zt]En tout cas, avant toute chose, il y en a un qui semblait vraiment heureux d'être là ... ou de voir Blackie ! :mrgreen:[/quote:1q6ew3zt] Ahah c'est une photo de Glénat et non de nous ^^

  • soyouz
    Membre

    En tout cas, avant toute chose, il y en a un qui semblait vraiment heureux d'être là ... ou de voir Blackie ! :mrgreen:

  • Blackiruah
    Membre

    [quote="soyouz":sgd8l0yg]Je ne sais pas si je vais la lire, je vais encore interpréter n'importe quoi, je suis sûr ....[/quote:sgd8l0yg] Je préfère que t'interprète plutôt que tu ne lises pas hein :mrgreen:

  • soyouz
    Membre

    Je ne sais pas si je vais la lire, je vais encore interpréter n'importe quoi, je suis sûr ....

  • Blackiruah
    Membre

    [b:3twpilum][size=150:3twpilum][url=http://www.comics-sanctuary.com/news/25707/interview-de-kieron-gillen-jamie-mckelvie-matthew-wilson-partie-1.html:3twpilum]INTERVIEW DE KIERON GILLEN / JAMIE MCKELVIE / MATTHEW WILSON - PARTIE 1[/url:3twpilum][/size:3twpilum][/b:3twpilum]