8

Critique de Rick et Morty #3

par Le Doc le ven. 7 déc. 2018 Staff

Rédiger une critique
Wubba lubba dub dub !

Le tome 3 de la bande dessinée Rick & Morty, d'après l'excellente série animée de Justin Roiland et Dan Harmon, marque l'arrivée d'un nouveau scénariste qui se révèle être un débutant à ce poste. Car si le canadien Tom Fowler a une longue carrière de dessinateur derrière lui (chez Mad Magazine, Valiant ou encore Marvel), il n'avait pas encore pris ses crayons pour concocter des histoires pour un autre dessinateur (CJ Cannon, qui continue sa prestation sur le titre).

Lorsqu'il a écrit sa première histoire (Espace Mental, #12 à 14), Tom Fowler n'avait vu que la première saison du show et lu quelques comics de Zac Gorman, le précédent scénariste. L'auteur a vite trouvé ses marques dans le ton particulier des aventures délirantes de Rick Sanchez et son petit-fils Morty. Les possibilités qu'offrent la bande dessinée, qui utilise régulièrement des versions alternatives des héros (et il y a énormément de Rick & Morty dans le Multivers !), donnent une certaine liberté qui permet à Fowler de laisser libre cours à son imagination sans être freiné par la continuité du dessin animé (tout en y faisant tout de même quelques références).

Au-delà des concepts bien barrés et un humour qui peut être aussi cruel que jouissif, Il y a une certaine tristesse dans l'univers de Rick & Morty et elle s'exprime dans les premières pages de Espace Mental. Une situation qui occupe presque la moitié du #12 avant de retrouver les héros-titres dans une sorte d'enquête mentale menée sur un rythme soutenue dans la mémoire des têtes coupées de deux de leurs incarnations. Les rebondissements les plus dingues se succèdent jusqu'à un dernier acte en forme de parodie de Dune, ce qui se révèle assez croustillant...et puis comme à la TV, la dernière case de ce passage surprend en amenant une émotion différente et qui fonctionne très bien.

Tom Fowler dessine aussi le #15, Le Grand Jeu, qui voit Morty tenter de survivre dans une arène spatiale à cause de l'éternelle rivalité entre Rick et son gendre Jerry. Un épisode savoureux, tout comme le #11 que l'on doit cette fois à Pamela Ribon (qui écrit pour le grand et le petit écran tout en menant une activité de romancière) et Marc Ellerby. En plus de l'intrigue principale,Ready Player Morty  ménage aussi une place intéressante pour la famille des deux personnages principaux et ce qui arrive à Jerry et Summer est une variation amusante sur un thème connu.


En bref

8
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (333)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Rick et Morty
Boutique en ligne
14,90€
Boutique en ligne
14,90€
Boutique en ligne
14,90€
Commentaires (0)
Laissez un commentaire