8

Critique de Batman Legend #1

par Le Doc le lun. 7 janv. 2019 Staff

Rédiger une critique
Batman Legend #1

Période de la Batmania exceptée (avec des publications Comics USA/Glénat disponibles en maison de la presse), il n'y a pas eu en kiosque de revues régulières consacrées au Chevalier Noir entre la fin des éditions Sagédition (1987) et la reprise du flambeau par Semic (1994). Semic a dans un premier temps profité de la popularité de l'excellent dessin animé Batman développé notamment par Paul Dini, Eric Radomski et Bruce Timm avec Batman Magazine, qui proposait en V.F. la série Batman Adventures, qui reste toujours l'un des meilleurs comic-books tous publics inspirés par une série d'animation.

En 1996, l'éditeur est passé à la vitesse supérieure avec Batman Legend, une nouvelle revue dont l'ambition était de publier "le meilleur de Batman, tous les deux mois", pour reprendre les termes de la page deux de couverture. Deux titres étaient au programme : le mensuel Batman écrit à l'époque par le scénariste Doug Moench et l'anthologie Legends of the Dark Knight, avec ses arcs narratifs imaginés par différentes équipes créatives. Une initiative très intéressante, avec un très bon choix d'histoires, mais hélas le public n'a pas suivi et le titre a été annulé au bout de 5 numéros.

Pour le numéro 1, Semic a choisi de débuter avec le numéro spécial Batman #0, histoire de "refamiliariser" les lecteurs avec les fondamentaux du personnage. Les épisodes "Zéro" ont suivi la laborieuse saga événement Zéro Hour, dont le but était de faire en quelque sorte de faire le tri dans les différentes lignes temporelles de DC (il y a certainement plus à dire sur Zero Hour, mais j'avoue que j'ai toujours eu du mal avec cette illisible mini-série). Pour Batman, le reboot n'a pas débouché sur des changements majeurs: le numéro 0 passe donc en revue les éléments incontournables des origines du héros en parallèle d'une enquête qui le touche au plus près. Rien que du classique donc, mais l'ensemble est bien raconté, avec une utilisation fluide des flashbacks.  Petite curiosité : "Matches" Malone, l'identité que Bruce Wayne prend lorsqu'il se fond incognito dans les bas-fonds, a été traduite à l'époque par...Aldo l'Allouf ! Amusant, mais si je ne me trompe pas, ce nom n'a jamais été réutilisé depuis...

Suite au succès du Batman de Tim Burton, DC a lancé en 1989 un troisième titre Batman intitulé Legends of the Dark Knight. Mais contrairement à Batman et Detective Comics, Legends   suivait un format anthologique, avec une rotation d'auteurs à chaque arc narratif. Ce qui donnait souvent des ambiances différentes des autres titres consacrés au Dark Knight et des histoires qui se déroulaient à diverses époques. Le premier récit publié dans Batman Legend est Faces (Legends of the Dark Knight #28 à 30), par Matt Wagner (Grendel, Mage) au scénario et aux dessins et Steve Oliff aux couleurs. Ici, le ton est horrifique, ce qui est posé d'emblée par l'intense scène du bal masqué. Comme le titre le suggère, le vilain est Double-Face, dont le nouveau but est de créer une "nation de monstres", une société à l'image de son visage ravagé. Une intrigue forte, traversée de visuels chocs, qui puise son inspiration dans le chef d'oeuvre maudit de Tod Browning, Freaks, la Monstrueuse Parade pour une atmosphère étouffante, idéalement servie par le trait de Matt Wagner, sa science des ombres et les choix de colorisation de Steve Oliff.

Le sommaire de Batman Legend était à chaque fois complété en troisième de couverture par une fiche sur le super-vilain principal du numéro...et c'est donc Double-Face qui a ouvert le bal.



En bref

8
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (436)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Batman Legend
Laissez un commentaire