8

Critique de Citrus

par Gregtaicho le lun. 11 févr. 2019

Rédiger une critique
Avant de commencer cette critique, je tiens à préciser que je vais essayer de garder le plus d’objectivité possible vis-à-vis de Citrus et de mon attachement émotionnel pour cette série. La valeur sentimentale sera laissée de côté pour dresser un tableau non biaisé par un ressenti personnel. Il n’y aura également aucun spoil. Je ne ferais pas un résumé de l’œuvre mais bien une analyse critique.
Le scénario de Citrus se défends malgré une trame simple et quelque peu prévisible. En effet, dès la situation initiale, il est possible de deviner sans trop de difficultés le développement scénaristique de l’œuvre. Un grand nombre de poncifs sont utilisés par Saburouta, mais ces stéréotypes évoluent et ne se cantonnent pas au rôle de point de départ facile pour baser le développement scénaristique. En effet Citrus réussi à éviter le ravin où de nombreuses séries similaires chutent (Secret Girlfriend, Shoujo Sect). Cela résulte du talent de Saburouta pour ne pas froisser le lecteur, lassé de lire les mêmes poncifs scénaristiques usés jusqu’à la moelle. Le stéréotype de la présidente taciturne du Conseil des Élèves n’est pas extrêmement original et très peu apprécié de part sa redondance dans le genre du Yuri. J’aborderais les personnages plus tard, mais certaines lacunes du scénario sont comblées par l’arrivée d’un faire-valoir visant à débloquer le status quo, et servant uniquement au déroulement de la trame scénaristique. Sans parler d’un Deus ex Machina, certaines situations au point mort sont résolues rapidement par la présentation d’un personnage. L’univers scolaire japonais est prépondérant également dans Citrus, ce qui est, il faut le dire, un élément essentiel au cahier des charges d’un Yuri. L’atmosphère lycéenne permet entre autres de faire intervenir l’opposition entre la romance utopique des deux protagonistes, à l’instar des relations entre « sœurs » au sein du cadre lycéen.
Sœur jumelle du scénario, la narration est plutôt bien maitrisée dans Citrus. En effet, les événements s’enchainent rapidement, les arcs narratifs sont courts et bien gérés. Simples, car aucun arc n’aborde de sujet trop complexes et l’intrigue n’est jamais extrêmement épaisse. La résolution est souvent subtile et formatrice pour nos personnages. Donc finalement, peu de choses à dire sur la narration. Ni lente (à la manière de Pas à Pas de Ken KUROGANE) ni effrénée (à l’instar de Soujo Sect du même auteur). Elle est fluide et tout ce qu’il y a de plus formelle dans une histoire de ce genre.
Le point central et ayant la capacité de développement analytique la plus importante concerne les personnages de Citrus. Les deux protagonistes, Yuzu et Mei, sont deux lycéennes japonaises. Mei est un stéréotype plutôt connu comme expliqué plus haut, mais l’originalité de Citrus résulte aussi dans le personnage de Yuzu. Jeune fashionista arborant des allures de kogal, au caractère vif, impulsif, extravertie et sincère (« Yuzu » désignant une variété de citron très acidulée…). Ce personnage contraste donc avec Mei, plus classique, froide, et sérieuse. C’est cette opposition propre aux romances dites « impossibles », qui va laisser le lecteur apprécier les changements opérés sur nos protagonistes. Le reste des personnages servent plus de faire-valoir (Matsuri, Harumin…), voire de plantes vertes comme Nina. On ne peut qualifier d’antagonistes pur et dur des personnages comme Momokino ou Sara. En effet elles s’opposent un temps à l’objectif de Yuzu mais sans créer de situation de désespoir total. Yuzu et Mei sont donc opposées, mais bien évidemment, au fil de la narration, les points communs vont se multiplier.
L’aspect romantique de Citrus a fait quelque peu polémique quant à la nature spéciale de la relation entre les deux filles. En effet, Mei et Yuzu n’ont aucun lien de sang mais se retrouve « demi-sœur » par alliance. Leur relation d’attirance mutuelle vaut à Citrus l’appellation de manga « pseudo-incestueux ». Pourtant la série n’aborde pas du tout en profondeur la question « morale » de ma relation ou même la découverte de son homosexualité. Cela reste très léger, et Citrus ne tombe jamais dans le « moralement inacceptable ». Le manga a pour but de proposer une histoire agréable avec des personnages attachant et non une histoire qui va bouleverser les idées reçues, où faire ouvrir les yeux aux personnes les plus réfractaires. L’aspect romance peut paraître cliché et très peu original, car elle passe par toutes les phases classiques d’une histoire d’amour (questionnement, acceptation, désir, séparation…). Cela dit, elle n’en reste pas moins captivante et agréable.
A propos de mon ressenti personnel, Citrus m’a ému aux larmes comme aucun autre manga. La puissance évocatrice des chapitres finaux, le twist terrible et accablant, sont les raisons de mon attachement à cette série. La fin est quelque peu décevante, car bâclée, et l’anime du studio Passione paraît bien fade lorsqu’on a lu et mis le manga sur un piédestal. La série divise la communauté manga depuis sa sortie. Soit on adhère et on ne jure que par elle, soit on n’accroche pas du tout et la lecture ou le visionnage devient vite un calvaire.
Traitons maintenant le dessin de Citrus. Graphiquement, Saburouta nous offre que la très bonne qualité. La finesse, la précision et la limpidité du coup de crayon de la mangaka sont remarquable et permet un voyage dans les émotions entremêlées des personnages. Nous pouvons noter aussi l’évolution graphique très perceptible au fil des chapitres (progression visible juste en jetant un œil aux couvertures des tomes 1 et 7 de la version française de la série).
En parlant de cette édition française justement, la série est éditée en France par Taifu depuis 2016. Cette version française est vendue à un prix supérieur à la moyenne mais la qualité est au rendez-vous. Le papier est épais, agréable à la lecture et les rares illustrations couleurs sont belles.
Pour conclure, Citrus est une série de très bonne facture, incontournable pour des fans de Yuri. J’espère que mon analyse vous aura été utile et vous aura orienté sur vos choix de lecture !

En bref

8
Gregtaicho Suivre Gregtaicho Toutes ses critiques (2)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Citrus
9
Citrus T.4

Citrus T.4 Staff

Lire la critique de Citrus T.4

Boutique en ligne
7,99€
Boutique en ligne
0,00€
Boutique en ligne
7,99€
Laissez un commentaire