8

Critique de Spider #1

par Niwo le mer. 13 févr. 2019 Staff

Rédiger une critique
Une drogue mortelle

Je découvre de plus en plus l’univers de la BD et ça me plaît. A l’occasion, j’ai choisi de lire « Spider », nouvelle série des éditions Soleil avec un synopsis intriguant. Que feriez-vous si vous viviez dans un monde où une drogue provoque des mutations humaines, les rendant cannibales et physiquement détestables ? Dans Spider, nous nous retrouvons à Detroit, où cette fameuse drogue, nommée Spider, fait des ravages. Et bien que ce ne soit pas mon domaine de prédilection, j’ai tout de suite adhéré à l’histoire mais également à la qualité du graphisme. Cette série, prévue en deux tomes est-elle à la hauteur sur l’ensemble de ce tome ?

Avant que l’histoire ne commence, nous nous retrouvons en Ethiopie, dans ce qui semble être une tribu indigène. Nous sommes alors pris de court par une cérémonie où un jeune garçon doit avaler… une araignée et s’entailler le doigt avec un couteau ensuite. Tous les membres de cette tribu semblent fêter quelque chose, mais quoi… Puisque l’époque est indéterminée, nous n’avons aucun moyen de savoir si ça se passe avant, durant ou après l’aventure qui nous attend. Et ça, j’apprécie : Les auteurs nous montrent que cette drogue appelée « Spider » a très probablement une origine déterminée, mais qu’on va devoir prendre notre mal en patience si nous voulons découvrir de quoi il s’agit. Et j’ai eu beau analyser en détail chaque case de cette première partie, je n’ai pas réussi à obtenir plus d’informations, et aucun indice caché. Mais ça a suffi à éveiller ma curiosité et c’est ainsi que j’aie découvert la suite.

Une enquête surprenante

Changement d’ambiance assez brusque : Nous sommes désormais à Détroit, dans le Michigan, visiblement dans un contexte d’enquête policière. Nous suivons Brandt, détective du département des homicides. Il se rend sur une scène de crime afin d’y découvrir un corps, brûlé et assez mal en point. Jusqu’alors, je n’avais encore aucune idée de ce qui m’attendait. Par la suite, Brandt sera amené à travailler avec le détective Dubowski, nouvelle enquêtrice de ce service, beaucoup plus jeune que lui. On voit déjà apparaître une relation conflictuelle entre les deux individus. Mais l’histoire devient vraiment intéressante au moment où on découvre à nouveau une scène de crime. Cette fois-ci, une femme (qui me fait penser à un zombie, honnêtement) a été trouvée en train de manger… un autre être humain. Sauf que lorsqu’elle se fait arrêter, elle peut parler et répondre avec logique, ce qui me laisse penser qu’on est loin de l’histoire de zombies et que cette fameuse drogue « Spider » a un lien avec toute cette histoire. Et il ne m’en fallait pas plus pour adhérer : Même si les mutations humaines sont très courantes dans ce genre d’oeuvre, je ne peux que saluer l’originalité apportée à l’ensemble, qui rend le tout bien plus intéressant.

Vous vous souvenez du premier cadavre découvert ? Sur cette nouvelle affaire, la victime de la femme mutante est exactement dans le même état, et nous avons droit au diagnostic du médecin légiste. La victime a subi des mutations : poils drus non-humains, deux annulaires coupés, carapace… Tout porte à croire qu’il n’était plus humain, mais comment est-ce possible ? Une fois de plus, ma curiosité est prise de court. Tout est fait méthodiquement et les révélations quant à cette drogue se font progressivement. On peut dire que, jusqu’alors, nous étions dans une phase introductive dans laquelle nous avons pu découvrir deux personnages intéressants : tous deux semblent avoir fort caractère et ne veulent pas se laisser écraser par l’autre. Et bien qu’ils aient une grande différence d’âge, je pense qu’ils sauront créer un lien avant la fin de cette aventure.

L’enquête continue avec un nouvel « infecté » qui semble courir après une araignée. C’est ainsi qu’on découvre officiellement que le nom de cette drogue qui fait ravage est Spider. L’intérêt désormais va être de découvrir comment les gens se la procurent, qui est derrière ce massacre et pourquoi. Alors que le détective Dubowski est désormais suspendue, on va suivre son point de vue à partir de maintenant, pour découvrir… la toile.

Au plus profond de la toile

Et nous voilà pour la partie la plus intéressante du titre. Lors de sa suspension, notre charmante détective va trouver des « dealers » de Spider et va plonger dans la toile (réseau qui communique sur cette drogue). Contre son gré, elle va devoir avaler une Spider et découvrir les effets de cette dernière. On va, de cette manière, en apprendre plus sur son passé et sur ce que cette folie provoque. Et ça, je ne m’y attendais pas. Nous ne sommes plus dans une enquête classique mais dans une histoire qui ne peut plus être prévisible. Cette drogue est addictive et va beaucoup jouer sur la psychologie de notre détective. Pour un titre prévu en deux tomes (de ce que j’ai compris), je suis soulagé de voir que les auteurs n’ont pas laissé de côté le passé de nos personnages. Je n’irai pas plus loin sur ce sujet, car mon but n’est pas de spoiler toute l’histoire. Alors qu’elle doit faire face à une dépense difficile à gérer, son supérieur va lui conseiller de… continuer de consommer afin d’en découvrir plus sur la toile et trouver un moyen d’y mettre un terme. Très peu orthodoxe, il la menace même de la virer si elle n’accepte pas de faire ce qu’il lui dit. Alors j’en ai vu des personnages exécrables mais lui, il mériterait un trophée. Il ne fait preuve d’aucune empathie, comme s’il n’avait que faire de la vie des gens tant qu’il peut se faire mousser et bien voir.

On va assister à une véritable descente aux enfers et comprendre l’ampleur du danger que cette drogue représente. Et à ce moment-là, l’ambiance change du tout au tout, devient de plus en plus oppressante et convaincante. Et on arrive à la conclusion de ce tome : Une « Spider party » à laquelle notre détective prend part. On en apprend de plus en plus et on se rapproche de la vérité. Et ça me rassure car en lisant au premier abord, je me demandais comment ça allait pouvoir tenir en deux tomes. Mais finalement, le rythme est suffisamment dynamique pour permettre une bonne finalité. On ne peut pas encore en être sûr mais je reste persuadé que les révélations seront au rendez-vous et loin d’être décevantes. Surtout qu’à la toute fin, une femme qui semble faire partie de l’organisation de la Spider appelle notre inspectrice « Anansi ». Ça ne vous rappelle rien ? Dans les premières pages du tome, lors du rituel, la tribu hurlait ce mot (ou nom) en boucle. On peut désormais être certains que tout ceci a un lien.

Une pâte graphique digne

Etant novice dans le milieu, mon avis sera purement amateur sur ce point, mais je dois dire avoir adoré les graphismes de ce titre. Les traits sont assez fins et clairs même s’ils restent durs à la fois pour coller à l’univers dans son intégralité. On est loin d’un style épuré puisque l'on a droit à de nombreux détails de décor, vêtements ou expressions des personnages, ce qui permet de singulariser le tout. Et la coloration est superbe également, surtout lors des changements d’ambiance (le panel de couleurs change en conséquence). J’ai également remarqué une grande différence lors des souvenirs des personnages : La première fois, nous avons eu droit à un style sépia, et ensuite principalement rouge. Comme si une correction graphique avait été faite en parallèle. En tout cas, c’est très bien réussi et on comprend tout de suite pourquoi ce changement a eu lieu.

En bref

Spider est une très bonne expérience dans le domaine. Une série prévue en deux tomes qui devrait avoir suffisamment de développement pour nous offrir une bonne fin. Les thèmes abordés sont convaincants et certains rebondissements sont imprévisibles, tout comme les mystères qui rôdent sur cette fameuse drogue. J'ai hâte de découvrir la suite de cette BD et découvrir le lien entre Détroit et l'Ethiopie.

8
Positif

Pâte graphique excellente

Le thème est revisité

Du suspense maîtrisé

Revirements de situation inattendus

Deux personnages atypiques

Negatif

Certaines réactions exagérées et peu crédibles

Niwo Suivre Niwo Toutes ses critiques (426)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Spider
9
Spider T.2

Spider T.2 Staff

Lire la critique de Spider T.2

5
Spider T.1

Spider T.1 Staff

Lire la critique de Spider T.1

Boutique en ligne
14,95€
Boutique en ligne
14,95€
Boutique en ligne
14,95€
Boutique en ligne
14,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)