7

Critique de Le pouvoir des innocents (Cycle III) #3

par vedge le ven. 15 mars 2019 Staff

Rédiger une critique
A cœur vaillant rien d'impossible... ou presque

Un homme qui s'endort, une enfant sur l'épaule, une prothèse en plastique, qui lui sert de guibole.

C'est dans ces instants-là, qui sont d'humanité, que l'on comprend mieux et que l'on apprécie le travail de Luc Brunschwig.

Ce scénariste éclectique, qu'il s'exprime au travers de BD de SF, policières ou sociales, nous parle toujours de l'âme humaine.

Dans cette série, ou plutôt ce trio de quintuples albums, il nous parle de la possibilité pour les rêveurs de changer ou non le monde; Le prix à payer est lourd et parfois la fin nécessite, sans les justifier, tous les moyens.

Il nous parle aussi de la peur, préalable à la connaissance et la compréhension.

La peur c'est la facilité, l'opinion toute faite, la fake news généralisée devenue parole d'évangile.

Alors que peuvent quelques individus isolés devant la marche inexorable du monde ?

C'est certainement ce que ces ouvrages nous apprennent, que le combat au singulier n'est jamais vain.

Le dessin est contemporain, réaliste et abrupt, sans concession dirais-je.

Il montre le réel sans filtre, son inhumanité et son déclin.

Les flashbacks initiaux semblent nous rappeler que les errances d'hier ont été oubliés et font place aujourd'hui à d'autres inepties.

Sombres sont les couleurs, sombre est le récit. Car le vœux de bien faire se heurte trop souvent aux inerties des contingences particulières.

L'intérêt public s'efface trop souvent devant l'intérêt privé.

Même si le récit se passe au dehors, on a l'impression d'assister à un huit clos qui amène Jessica Ruppert à la rencontre d'elle-même; Ce qu'elle fut et les circonstances qui l'ont amené à ce qu'elle est.

C'est très bien vu et mené dans une atmosphère réaliste proche du docu-fiction télévisé.

En tout cas un récit prenant qui ne manque ni de fond, ni de forme.

En bref

un récit social et sociétal mené de main de maître par un scénariste au sommet de son art et un dessinateur ancré sur le réel

7
vedge Suivre vedge Toutes ses critiques (2286)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Le pouvoir des innocents (Cycle III)
Boutique en ligne
9,99€
Boutique en ligne
9,99€
Boutique en ligne
9,99€
Boutique en ligne
9,99€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)