7

Critique de La geste des chevaliers dragons #28

par ginevra le lun. 29 juil. 2019 Staff

Rédiger une critique
Expériences contre nature.

On retrouve ici Tarek le contrebandier et le chevalier Sybile déjà rencontrés dans le tome 24. Lui s'est encore fait avoir par un associé temporaire et risque de se faire tuer. Elle est envoyé en mission avec son écuyère Aube pour rejoindre une équipe chargée de tuer un dragon. Les conditions sont un peu particulières car ce dragon sert à créer des créatures du Veill pour étudier leurs comportements. Cela rappelle le tome 4 – Brisken où l'empereur bloquait les habitants du secteur près du dragon pour qu'ils se transforment avant de les envoyer attaquer les chevaliers dragons.

Bien sûr, un tel dragon a eu le temps de se développer et devient d'autant plus dur à tuer… D'ailleurs, Ange ne nous dit pas si le dragon meurt puisque l'album finit sur un assaut conjoint de Tarek et Sybile. Dans cet album, la matriarche d'Ishtar mérite l'admiration pour la décision qu'elle prend de faire tuer le dragon contre le choix de l'Ancienne (qui doit être toujours Farida ex-matriarche d'Ishtar). Donc une histoire qui appelle peut-être une suite concernant les choix d'Ishtar.

Les graphismes de Roberto Viacava sont bien fondus dans l'esthétique générale de la série avec des personnages expressifs et un beau dragon… Merci encore et toujours à Stéphane Paitreau pour la façon dont il colore et illumine les albums de la série.

En bref

7
ginevra Suivre ginevra Toutes ses critiques (1820)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de La geste des chevaliers dragons
Boutique en ligne
14,50€
Boutique en ligne
14,50€
Boutique en ligne
14,50€
Boutique en ligne
14,50€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)