7

Critique de La geste des chevaliers dragons #31

par ginevra le ven. 17 déc. 2021 Staff

Rédiger une critique
Un tome reprenant une partie d'un autre

Avant de combattre le dragon, un groupe de chevaliers dragons et d'écuyères passe la nuit au bord de la mer. Et les récits pour instruire la jeune Zia vont s'enchaîner sans suivre un vrai fil conducteur autour des hauts faits de la troisième armada de l'Empire d'Occident. Histoire ou légende, nul ne pourra le dire vraiment car beaucoup de protagonistes ont disparu… trahison et loyauté sont au cœur de ces récits.

Il faut noter que les faits racontés dans cet album se situent entre les planches 28 et 29 d'un autre album : "Nous ne nous reverrons jamais", soit le tome 26. C'est encore une preuve qu'Ange n'écrit pas ses scénarios au hasard et que le lien entre les albums, malgré les allées et venues dans le temps, est toujours très fort.

J'ai juste un reproche à faire et ce n'est pas la 1e fois que je le fait : il serait temps qu'Ange crée une carte précise des mers de leur univers. J'ai repris tous mes albums où apparaissent des cartes du monde et le moins que je puisse dire est qu'elles sont des plus imprécises pour ne pas dire fausses. Selon le cas, la Mer Close est proche d'une zone désertique ou non ou elle est en 2 parties : la Mer Close et la Mer des Soupirs. Les grandes villes sont placées de façon différente : tantôt Arsalam, capitale de l'empire d'Orient, est au nord de la Mer Close, tantôt au Sud à la limite des 2 mers intérieures; si Messara et Ishtar bougent peu au-dessus de la Mer Close, elles ne sont pas toujours alignées; Salmyre est celle qui semble la plus mouvante… Quand on sait l'éducation complète donnée aux apprentis chevaliers, il semble aberrant que l'Empire d'Occident n'ait pas eu de géographes convenables au cours du temps surtout quand on se rappelle qu'il dispose d'une flotte de dirigeables commerciaux.

J'admire la façon dont Ig Guara s'est approprié les personnages crées par Thibaud de Rochebrune dans le précédent tome. La couverture est très belle, les scènes maritimes impressionnantes avec des bateaux à voiles superbes, mais j'avoue ne pas aimer son dragon que je trouve un peu trop bizarre. Tous les personnages sont expressifs. Comme dans une majorité des tomes, les dessins sont éclairés par la belle colorisation de Stéphane Paitreau.

Un bon tome de la série qui mérite une relecture du tome 26 pour situer les "conteuses"

En bref

Un bon tome de la série qui ouvre la voie à d'autres récits racontés autour du feu dans d'autres tomes… comme la légende la ville de Silxe, par exemple! Ig Guara a su se fondre dans le style graphique de Thibaud de Rochebrune sans l'imiter pour reprendre ses personnages.

7
Positif

récit intéressant qui mêle politique et action

beaux dessins dynamiques

colorisation parfaite

Negatif

ginevra Suivre ginevra Toutes ses critiques (2731)
Autres critiques de La geste des chevaliers dragons
Boutique en ligne
14,95€
Boutique en ligne
14,95€
Boutique en ligne
14,95€
Boutique en ligne
14,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)