8

Critique de The Power of the Dark Crystal #1

par Le Doc le lun. 14 oct. 2019 Staff

Rédiger une critique
Un autre monde. Un autre temps. Par-delà l'âge des merveilles...

1982 fut une année importante pour le cinéma fantastique. Et si toutes les productions n'ont pas connu le succès financier, beaucoup ont acquis un statut culte avec le temps. C'est le cas de Dark Crystal de Jim Henson et Frank Oz, un conte ténébreux autant qu'une grande aventure peuplée de marionnettes dans un univers fantasy d'une grande richesse. Un long métrage qui n'a pour moi rien perdu de son charme et qui a récemment été décliné en série TV par Netflix (Dark Crystal : L'Ere de la Résistance étant une préquelle du film).

C'est parce que Dark Crystal est devenu un film culte que la Jim Henson Company a tenté de développer une suite intitulée The Power of the Dark Crystal. En 2009, Genndy Tartakovsky avait même été annoncé à la réalisation mais ce projet a finalement été abandonné après quelques années. Pour fêter les 35 ans de Dark Crystal, la Jim Henson Company a poursuivi sa collaboration avec Archaia, filiale de Boom! Studios, pour concrétiser The Power of the Dark Crystal sur papier dans une maxi-série en 12 épisodes. 

L'adaptation du scénario inutilisé a été confiée à l'excellent scénariste britannique Simon Spurrier qui fait un très bon travail en replongeant le lecteur qui connaît bien le film dans un univers où cent ans ont passé (les "voix", les maniérismes des personnages connus sont bien restitués) tout en donnant suffisamment d'informations pour les néophytes. On découvre que Jen et Kira, devenus les souverains de Thra, n'ont plus qu'une présence effacée et ne ressentent ni ne voient plus les besoins de leur monde. Les Gelflings qui ont la charge du cristal reproduisent les erreurs du passé et abusent de la situation.

Il ne faut pas attendre longtemps pour qu'apparaisse l'élément perturbateur, une jeune Feufling du nom de Thurma qui réclame un éclat du cristal pour sauver son monde. Comme les Gelflings ne comptent pas partager la lumière, Thurma va se servir elle-même, déclenchant le retour des Skekses et des UrSkeks et une aventure qu'elle va partager avec Kensho, un paria Gelfling...

Cet album regroupe les quatre premiers épisodes de The Power of the Dark Crystal, un très bon début pour une saga qui permet de retrouver de vieilles connaissances (la prophétesse Aughra est toujours aussi bourrue) tout en donnant de l'importance aux intéressants nouveaux protagonistes, Thurma au caractère bien trempé et le sympathique Kensho. Il y a une sorte de "faux rythme" pendant les deux premiers chapitres qui n'est toutefois pas gênant car c'était déjà une des caractéristiques du film. L'exposition est fluide et jamais ennuyeuse. Ensuite l'action démarre vraiment, avec de nombreux rebondissements et une fin accrocheuse pour l'épisode 4, un cliffhanger qui donne envie de poursuivre avec un tome 2 qui arrivera très prochainement chez Glénat Comics

En bref

Une suite qui ne manque pas d'intérêt, bien servie aux dessins par Kelly & Nicole Matthews, qui apportent autant de délicatesse que d'énergie dans la description des mondes de "Dark Crystal", notamment avec leur très joli travail sur les couleurs.

8
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (641)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de The Power of the Dark Crystal
Boutique en ligne
14,95€
Boutique en ligne
14,95€
Boutique en ligne
14,95€
Boutique en ligne
14,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)